Mudbath – Corrado Zeller (Album)

Posté le : 19 décembre 2014 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , ,

Mudbath - Corrado Zeller coverMudbath qui est originaire d’Avignon compte déjà à son actif un premier EP intitulé Red Desert Orgy, sorti en 2012 et toujours disponible. Le groupe composé de Mika à la guitare et au chant, de Flo à la guitare et au chant, de Luke à la batterie et au chant et enfin de Marco à la basse, s’apprête à sortir son premier album début janvier. Le quatuor a vu le jour en 2011 et possède à son actif un bon nombre de concerts à travers l’Europe. Enfin, son album sort chez Lost Pilgrims Records.

<br/>

Style : Doom Metal, Sludge, Black Metal – Sortie : 31 Janvier 2015

Style : Doom Metal, Sludge, Black Metal – Sortie : 31 Janvier 2015

Trois titres. Trois titres sonnant comme une trilogie entre le mal et le mal. Trois titres éprouvant pour notre bien tant la déprime est totale. La lourdeur du premier titre est pachydermique. Thus I Saw The Destructive Voracity Of An Execssive Ritual ouvre l’album de façon oppressante. Preuve s’il en est, ces longs hurlements qui accompagnent une ligne musicale faite de névrose électrique à la saturation à la limite de l’extrême. Le sentiment de claustrophobie est palpable, le solo de guitare intervenant vers la fin du titre agit sur votre cerveau comme autant d’électrodes sur un rat de laboratoire, vous souffrez, nous souffrons, il souffre. Vous venez d’absorber près de onze minutes de lente agonie. Merci. Shrim Alternative Healing Center, le deuxième titre, se montre plus rapide que son prédécesseur dans les premières mesures pour ensuite faire place de nouveau à la lourdeur, comme si vous marchiez dans de la mélasse et que chaque pas que vous faites vous épuise un peu plus à chaque fois. Vous avez peur et vous avez raison, ce n’est pas seulement lourd, c’est sombre, si dépressif et usant. Il va sans dire que les hurlements délivrés auront leur lot de partisans comme leur lot de détracteurs. N’en déplaisent aux uns et aux autres, la musique distillée par Mudbath est aussi obsédante qu’un vieux Black Sabbath de la grande époque. Cette musique est un venin que vous absorbez lentement, subrepticement, sans vous en rendre compte. Une fois en vous, il est trop tard. C’est probablement par trop de souffrance due à l’empoisonnement que le chant s’en trouve au-delà du cri primaire et bestial. Ce morceau fait étalage de beaucoup d’originalité dans sa composition. Amis metalleux, avec Salmonella, le troisième et dernier titre, votre dégénérescence interviendra après dix-huit minutes de riffs retenus, contenus, ainsi que de ces sempiternels cris de désespoir, growl habillé de noir, le calice jusqu’à la lie il te faut boire. Relents brutaux, passages à l’univers psychédélique, le son transporte l’auditeur dans un univers musical qui n’aurait pas déplu à Rotgrub lui-même. L’accélération intervenant avant la onzième minute ajoute encore à cet univers et propose ensuite un break qui vous sonne littéralement. Comme si votre tête venait de heurter le sol et que vous vous relevez incrédule, perdu, cherchant des repères. Le solo joué prend alors une toute autre dimension, éclair de lumière dans le sombre obscur, notes sous acides, vos oreilles subissent le son jusqu’à leur extinction. La curie est passée, tout comme Mudbath et son alchimie sans pitié.

Mudbath vient probablement de délivrer aux troupes fanatiques de Doom/Sludge Metal un album que d’aucun vont crier au génie et ils n’auront pas tort, mais aussi que d’autres désapprouveront. Mais chacun devra reconnaître et s’incliner devant le travail réalisé sur cet album, un album unique, le mal est son identité.

Pat

Tracklist :

  1. Thus I Saw The Destructive Voracity Of An Execessive Ritual
  2. Shrim Alternative Healing Center
  3. Salmonella

www.facebook.com/pages/Mudbath

http://mudbath.bandcamp.com/