Beyond The Dust – Khepri (Album)

Posté le : 05 janvier 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , ,

Beyond The Dust - Khepri coverBeyond The Dust est un groupe parisien qui a vu le jour dans le courant de l’année 2010. Après la sortie d’un EP, New Dawn, en 2011, le groupe s’attaque alors à la scène de façon plus intensive, ce qui lui permet de se faire pas mal de contact dans le milieu et d’asseoir quelque peu sa notoriété. Ils enregistre dans la foulée un nouveau titre, Reality Deformed, avec Jay Berast (ex Aliases) au chant, début 2012. Un peu moins de deux ans plus tard, après avoir choisi de mettre les bouchées doubles, le concept album Khepri sort pour nous montrer ce qu’il y a par-delà la poussière. Il est à noter que le groupe reste dans une idée plus ou moins annoncée par le premier EP. New Dawn étant la nouvelle aube, et Khepri étant un Dieu de l’antiquité égyptienne représenté par un homme à tête de scarabée. Il symbolise le renouveau par l’avènement prochain du soleil, la renaissance.

Genre : Djent, Progressive Metal - Date de sortie : 17 novembre 2014

Genre : Djent, Progressive Metal – Date de sortie : 17 novembre 2014

Dans un premier temps, la pochette est belle et très travaillée. Nous pouvons y voir une barque navigant sur un cours d’eau qui paraît lui-même flotter au dessus d’une étendue de lave en fusion. Ce cours d’eau droit se dirige vers un point lumineux, au bas d’une chaîne de montagnes mystérieuses. Des sortes de sphères de roches reposent sur les flancs des monts. Le ciel est grisâtre mais nous pouvons distinguer à droite de l’image comme une percée d’où la lumière solaire est perceptible. Notons quelques entités lumineuses dans l’eau qui semblent accompagner la barque, ou tout du moins se diriger au même endroit. L’ambiance mystique évoque un paysage d’heroic fantasy. Le ton est-il donné pour la suite ?

La qualité du son est irréprochable. L’enregistrement aura été fait dans les règles de l’art. Le groupe est parisien mais si nous ne le savions pas, nous pourrions aisément le faire passer pour un groupe international à grosse production. Le mixage et le mastering apportent leur petite touche de magie. La guitare à un gros son mais tout à fait propre et aisément identifiable. La basse grossie les riffs et apporte un peu de texture grave au son plus medium d’une guitare qui descend pourtant bien bas, guitare à huit cordes oblige. La batterie est tout aussi propre et sans reproche, ni trop en avant ni trop en retrait. Le chant se place légèrement au dessus de l’ensemble dans des envolées tantôt lyriques, tantôt plus brutales.

Musicalement parlant, cela nous raconte pas mal de choses. Tout d’abord, vous aurez l’impression d’entrer en des territoires déjà connus avec des sonorités graves à la Meshuggah. Avantage certain, ces incursions dans les graves et ce twang qui sonnent régulièrement, passent assez facilement en arrière plan, comme une structure nécessaire à ce qui va se faire par dessus. Des mélodies fort sympathiques, techniques comme il faut pour que cela sonne agréablement, enveloppées par une basse sûre d’elle et bien réglée avec un martèlement carré et syncopé comme il faut. Vous ne pourrez pas non plus écouter cela sans penser à des Dream Theater, des Devin Townsend, des Periphery ou encore d’autres qui donnent un peu plus dans la pop. L’enchaînement des pistes est clair et efficace, nous promenant d’un univers vers un autre, toujours en conservant ce thème originel sans perdre un instant de sa cohérence. Nous commençons donc tout doucement, pour avancer vers ce qui caractérisera Beyond The Dust dès le milieu de la première piste. Le reste suivra aisément, toujours selon cette logique implacable avec des cris de rage, des pauses lyriques et poétiques, pour finir par la trilogie The Edge Of Earth And Sea qui vous laissera avec cette impression que vous en reprendriez bien un peu.

Dans les confessions que nous vous devons, amis lecteurs, il ne sera pas possible de dire que nous avons aimé ce groupe, ce disque, dés la première écoute. Ce qui résuma cette écoute fut un sentiment diffus de frustration ou d’impression de déjà-vu trop poussée peut-être. Pourtant, en en remettant une deuxième couche quelques jours plus tard, nous avons complètement redécouvert l’artiste et le concept-album. Le tout nous est apparu plus cohérent et ses similitudes avec d’autres, en se faisant jour plus clairement, nous ont amené à constater aussi ses très grandes différences. Beyond The Dust a finalement réussi un mariage improbable entre une musique syncopée et djenty à souhait et du Metal mélodique de bon goût frisant parfois l’opéra rock. Des relents pops surgissent et l’œuvre est dans son ensemble très abordable. Pour autant, elle conviendra tout aussi bien à des amateurs plus consciencieux, en recherche d’un groupe à la fois original mais pas fondamentalement à l’opposé de la vague Metal actuelle. En définitive, il s’agit d’un excellent album qui vous laissera facilement quelques mélodies, syncopes et rythmiques dans la tête, comme des refrains dont vous ne voudrez pas vous débarrasser de toutes façons. La renaissance d’un groupe ou l’avènement d’un jour nouveau. Le concept est bien choisi. L’album est un succès. Vous devriez jeter une oreille, ou bien vous allez manquer quelque chose de véritablement intéressant.

F4R537KTP09

Line-up :

  • Andrew : chant
  • Steeves : guitare
  • Regan : basse
  • Anthony : batterie

Tracklist :

  1. Rise
  2. Clarity
  3. After The Light
  4. Relief
  5. Last Breath
  6. Zero
  7. Silence And Sorrow
  8. The Edge Of Earth And Sea (Part 1)
  9. The Edge Of Earth And Sea (Part 2)
  10. The Edge Of Earth And Sea (Part 3)

Lien Facebook : https://www.facebook.com/beyondthedust/info?ref=page_internal

Site du groupe : http://www.beyond-the-dust.com/

Clip de Clarity : http://m.youtube.com/watch?v=Vdfh571vDLU