SISTER SIN-20150108-009Au lendemain de l’attentat qui a frappé la rédaction de Charlie Hebdo, le groupe suédois Sister Sin pose ses amplis au Brin de Zinc, soutenus par les Italiens de Seventh Veil et les Grenoblois de Urgent. Le public fait un peu la grise mine mais très vite, les sourires réapparaitront à la première note de musique. Le spectacle doit continuer…

Cet article est dédié aux victimes de l’attentat et à leurs familles.

<br/>

Urgent

URGENT-20150108-004Les Grenoblois sont donc les premiers à monter sur l’étroite scène. Le public s’est massé et en jetant un rapide coup d’œil, nous voyons que le Brin de Zinc affiche presque complet ! Voilà qui donne déjà du baume au cœur. Urgent entame son set devant un parterre de fans, certains filmant leur prestation de bout en bout. Les musiciens sont à l’aise, principalement Yvan, le chanteur. Son timbre aigu, idéal pour le Hard Rock ou le Heavy Metal, est bien audible, bien plus que le bassiste que l’on entend à peine. Les titres s’enchaînent bien et durant les temps morts dus à l’accordage des instruments, le vocaliste en profite pour faire la promotion de son groupe. Un hommage à Charlie Hebdo est rendu avec la chanson Twisted qui est dédiée à tous ceux qui défendent la liberté d’expression. Urgent exécute un set carré, propre et solide. Les influences 80’s sont facilement décelables mais les Grenoblois parviennent à y insuffler un peu de modernité. Notons la convaincante reprise de Feed My Frankenstein d’Alice Cooper (extrait de l’album Hey Stoopid, 1991) qui nous montre l’étendue du talent d’Yvan et des guitaristes David et Stéphane. Le concert se termine sous les applaudissements, Urgent ayant apporté la bonne humeur dont tout le monde avait besoin.

Seventh Veil

SEVENTH VEIL-20150108-002Les natifs de Verona prennent place sur la scène et débutent leur prestation devant un public toujours aussi garni. On remarque que certains spectateurs n’ont pas bougé de leur place entre-temps, démontrant qu’ils attendent Sister Sin de pied ferme. Parlons d’abord de Seventh Veil. Les Italiens nous propose un Hard Rock teinté de Heavy Metal légèrement progressif. Cela s’entend surtout dans le chant de Steven qui, s’il maitrise les notes aigues et les demi-tons, n’est toutefois pas très original. On entend très souvent la même ligne mélodique, le même phrasé. À ses côtés, les musiciens abattent un boulot très solide, bien que l’on surprenne quelques erreurs par instants. Au fil du concert, l’enthousiasme du début laisse place à un sentiment de lassitude, chaque chanson étant similaire à la précédente, tant sur le plan musical que vocal. Nous retiendrons un seul moment épique, celui où le groupe interprète une ballade poignante, les musiciens et le chanteur étant à fond dedans. Sinon, pas grand chose à se mettre sous la dent ou dans les oreilles, hélas.

Sister Sin

SISTER SIN-20150108-009Voici le groupe que tout le monde attend. Deux ans après un passage très remarqué en ces mêmes lieux, Sister Sin revient pour notre plus grand plaisir. Les premiers rangs sont pris d’assaut par le public qui se bouscule pour voir la plantureuse chanteuse Liv Jagrell. L’intro retentit puis les musiciens entrent en action avec la chanson, vite rejoints par la vocaliste qui semble en très grande forme. La chanson Food For Worms, extraite du nouvel album Black Lotus, marque le départ de ce concert. Se sera un faux départ car après quelques mesures, le batteur stoppe sa cavalcade, faute d’une pédale de grosse caisse cassée. Une pédale de remplacement sera installée et les Suédois reprendront depuis le début. L’accueil du public donne le sourire aux musiciens qui nous le rendent bien en interprétant Outrage. Hélas, la formation de Göteborg n’est pas épargnée par les problèmes techniques car, cette fois-ci, c’est l’amplificateur de la basse qui fait des siennes ! Une entrée jack récalcitrante nous prive de la basse par intermittence, frustrant Andreas Strandh qui devra pourtant composer avec durant tout le concert. Outre ses soucis de matériel, Sister Sin nous offre une prestation très solide et sincère. Liv Jagrell revêt une casquette militaire durant Chaos Royale, un nouveau titre et prend des airs de chanteuse Pop. La belle est littéralement prise d’assaut par les spectateurs munis de smartphones et autres tablettes se bousculant, chacun voulant s’approprier un cliché ou une vidéo, gênant considérablement la vue et le confort de nombreux spectateurs, ainsi que le travail des reporters-photographes professionnels. Dans les derniers rangs, le public est ainsi obligé de supporter la vue d’une forêt d’appareils portés en l’air et de regarder le concert à travers un prisme numérique. Heureusement, Sister Sin et ses hits diminuent cet inconfort visuel. Les Gothembourgeois se donnent à fond, en SISTER SIN-20150108-011particulier Liv et le batteur Dave Sundberg. Entre deux titres, la chanteuse déclare souhaiter prendre un moment pour nous exprimer sa compassion quant aux victimes de l’attentat envers Charlie Hebdo et notre nation puis, s’exprimant dans notre langue et prenant une posture très digne, dit « Je suis Charlie », avant de conclure en anglais : « Ne restez jamais silencieux ! ». Les spectateurs scandant alors « Charlie ! Charlie ! » puis laisse le groupe reprendre sa prestation de plus belle avec Fight Song. Sans surprise, la chanson 24/7 remporte le prix de la meilleure participation du public, ce dernier reprenant un refrain qu’il connaît par cœur de vive voix. On peut compter sur les Suédois pour exécuter des concerts quasi parfaits (et ce n’est pas Elovite qui me contredira sur ce sujet) et bien entendu, Sister Sin n’échappe pas à la règle. Les titres sont tous parfaitement joués, avec parfois quelques variations dans les soli de Jimmy Hiltula, toujours aussi précis. La (fausse) fin arrive avec End Of The Line, morceau très apprécié également. Liv nous demande si nous en voulons encore et devinez quoi ? Le public en reveut. Ainsi, nous avons droit à deux derniers titres, le très efficace Better Than Them qui a fait connaître le groupe au monde entier, puis Sound Of The Underground qui met un terme à ce concert haut en couleurs qui nous aura fait découvrir pas moins de quatre nouveaux morceaux sur quatorze interprétés. La formation quitte logiquement la scène sous les applaudissements nourris du public, celui-ci s’empressant en direction du merchandising pour acquérir Cds et T-shirts.

Setlist :

  1. Food For Worms
  2. Outrage
  3. Chaos Royale
  4. One Out Of Ten
  5. Fight Song
  6. Heading For Hell
  7. 24/7
  8. Desert Queen
  9. On Parole
  10. Sail North
  11. Hearts Of Gold
  12. End Of The Line
  13. Better Than Them
  14. Sound Of The Underground

SISTER SIN-20150108-010 SISTER SIN-20150108-005

Pour une reprise des concerts, ce fut une belle reprise ! Deux ans séparent les concerts des Suédois au Brin de Zinc et nous vîmes la même fougue, le même plaisir d’y jouer. La France entretient une belle relation avec Sister Sin qui ne semble pas prête de s’éteindre. Urgent est un groupe très sympathique et consciencieux de sa musique, parfait pour animer les planches de salles de concerts. Quant à Seventh Veil, les Italiens ont livré une performance en demi-teinte, pour ne pas dire bancale. Espérons qu’il ne s’agisse là que d’un mauvais jour, une coup de « moins bien ». À revoir pour se faire une idée plus précise de son potentiel.

Nos remerciements aux groupes, au personnel du Brin de Zinc toujours aussi chaleureux, au public présent en nombre.

Et surtout, nos remerciements à Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et à toutes les autres victimes qui ont contribué à l’existence de Charlie Hebdo.

Kouni