IMG_9120L’an 2014 s’est terminé, les gueules de bois plus ou moins appréciables du début de 2015 sont passées, il était temps de se remettre dans le bain. Et pour cela, rien de tel qu’une petite soirée concert pour voir et découvrir des groupes. Pour ce qui est de découvrir des groupes, on repassera puisque l’affiche de cette soirée était constituée de trois groupes dont je connaissais déjà la musique, que ce soit en live ou en album. Mais c’est aussi l’occasion de découvrir une de ces petites salles trop peu connues de la région parisienne et malheureusement trop loin de Paris pour réellement attirer les foules. Alors, que s’est-il passé à la MJC Cyrano ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.

Slave Machine

IMG_9037C’est devant une petite vingtaine de personnes que débute ce concert, une affluence qui ne variera pas vraiment au cours de la soirée et donnera souvent l’impression d’une salle presque vide. Mais Slave Machine est là pour envoyer du bois et ça se sent. Si le public n’est pas nombreux, sur scène aussi il manque un membre. En effet, Guillaume, le bassiste, a été retenu à un enterrement et laissera un vide dans le spectre sonore peu habituel pour le Metal moderne et corrosif du groupe. Malgré cela, les Slave Machine ont décidé de maintenir le concert et se débrouillent plutôt bien. L’ambiance est chaleureuse, bon enfant et la musique vient titiller nos cervicales. Même si rien ne peut remplacer un bassiste, le groupe convainc et donne envie de voir ou revoir la formation complète. Justement, ils seront en finale du Fallenfest le 31 janvier à la Cigale et je ne peux que vous encourager chaudement à aller les soutenir.

Setlit :

  1. Antrophobia
  2. Will You
  3. Relevant
  4. Just Like Me
  5. The OtherWay
  6. Trouble
  7. Evil Inside
  8. Relevant Fast
6:33

IMG_9120Nous passons d’une formation atypique sans bassiste à une nouvelle formation atypique, mais sans batteur cette fois-ci. Il n’est sans doute plus nécessaire de vous présenter la musique de 6:33 et si ce n’est pas encore le cas, je vous invite à aller lire les chroniques et interviews du groupe publiées dans nos pages mais aussi à aller écouter leurs albums. Pour la transposition en live de ses chansons, 6:33 fait le pari de samples plutôt que d’avoir recours à un véritable batteur. Mais nous trouverons quand même sur scène un guitariste, un bassiste, un chanteur mais aussi pas moins de deux claviéristes régnants du fond de la scène. Tout ce petit monde portant des masques sans véritable cohérence entre eux, si ce n’est cette petite folie ambiante qui rattache un anonymous à un catcheur ou un tueur en série à un gobelin. Un bref regard dans la fosse me permet de supposer que la plupart des personnes présentes ne sont pas familières avec le combo parisien. L’arrivée de la musique avec Hellalujah vient confirmer cette impression et il faudra quand même un petit temps d’adaptation au public avant de comprendre à peu près ce qui lui arrive. Une fois cette étape d’adaptation passée, le groupe fait mouche. Le son live un peu moins bien défini qu’en album semble donner une part plus important à la brutalité des morceaux et est magnifiquement porté par un groupe tout aussi déjanté sur scène qu’en album. Alors, même avec peu de public, les 6:33 mettent tout leur cœur à l’ouvrage et l’on passe vraiment un bon moment en leur présence. À voir, écouter, revoir et réécouter.

Setlist :

  1. Hellalujah
  2. Order Of The RedNose
  3. Black Widow
  4. Little Silly Things Part 1 et 2
  5. I’m A Nerd
Nightcreepers

IMG_9308L’heure commence à tourner lorsque les Nightcreepers montent sur scène. Et oui, pour ce troisième groupe de la soirée, c’est encore un changement de style bien affirmé avec cette fois-ci un groupe de Pagan jusqu’au bout des ongles dans la musique et l’accoutrement. La musique de Nightcreepers va directement au but : faire bouger les gens avec des riffs brutaux donnant envie de danser bien que l’absence d’accordéoniste, présent lors des précédents shows du groupe auxquels j’ai pu assister, réduise un peu ce côté dansant de la musique et laisse une ambiance plus primaire aux chansons. On ne parlera pas de folie furieuse dans la fosse qui, minuit passé, avait déjà commencé à se vider un peu mais les têtes suivent très vite le rythme de la musique et invitent les cheveux longs à osciller. À l’inverse sur scène, les headbangs fusent avec même quelques loupés venant emmêler les cheveux des uns dans les instruments des autres, le tout avec le sourire car, on le sent, le groupe est aussi là pour s’amuser et ce genre de petits imprévus n’en fait que de bons souvenirs pour les musiciens comme pour le public (même si sur le coup ça doit faire mal, mais ce sont des guerriers nordiques que nous avons en face de nous, ce n’est pas en leur tirant les cheveux que l’on va les arrêter !). Alors que dire, si vous aimez la bière, l’hydromel et les pogos, filez les voir dès que possible pour un concert que vous ne regretterez pas !

Setlist :

  1. Tale of haste
  2. Alpha
  3. A guild is formed
  4. Elmore tempest
  5. Beloved dryad from the hollow woods
  6. Death to the hypocrite
  7. Set Sails
  8. The Hreidd’s path

La nuit est déjà bien avancée lorsque la soirée se termine et ce n’est pas sans un petit regret sur le manque d’affluence que l’on repart de la salle. Ce genre d’évènement et les groupes que l’on y programme mériteraient franchement plus d’attention et de communication de la part des organisateurs. Mais il n’en est pas moins un très bon concert pour débuter le week-end. Je terminerais ce report par une mention spéciale à la buvette de la MJC Cyrano qui, contrairement à la plupart des salles de concert, nous offre des bières de choix car, quoi de tel que d’écouter de la bonne musique avec une bonne bière ?

Eladan