SPACE FISTERS-20150130-002C’est dans la salle du Jack Jack, située dans la commune de Bron, limitrophe à Lyon que va se dérouler notre soirée. Que du bon au menu ! L’organisateur a veillé à satisfaire tous les goûts, jugez plutôt : de la Fusion Rock avec Screw You Guys, du Rock avec The Shooks et du Stoner psychédélique avec Space Fisters. Il est huit heures, l’heure de se mettre à table. Toutefois, malgré l’invitation très alléchante, les convives se font rare mais nous y reviendrons. Pour l’instant, goûtons à l’entrée.

<br/>

Screw You Guys (Funk The Nation)

SCREW YOU GUYS-20150130-012Ce quatuor d’origine lyonnaise est déjà apparu dans mes chroniques. Soufflant le chaud et le froid, nous avions eu droit à de très bonne performances comme des moyennes. Ce soir, Screw You Guys nous offre une excellente prestation, servie par un très bon son faisant la part belle aux aigus et aux mediums. Le chanteur, Julien, semble très en forme et délivre un chant clair et puissant. Vincent (basse) s’en donne à cœur joie sur sa Musicman Stingray 4 noire et nous envoie des lignes slappées parfaitement maîtrisées. De l’autre côté de la scène, le guitariste use d’effets pour créer des ambiances surprenantes, à l’instar de ce que pouvait faire Tom Morello. L’ombre de Rage Against The Machine plane sur le groupe. Toutefois, Screw You Guys ne tombe pas dans la copie facile du géant californien de la Fusion. Le groupe possède sa propre personnalité, son style. Bien que la salle soit quasiment vide (je compte à peine une quarantaine de spectateurs), l’ambiance est là. Les quelques spectateurs postés au premier rang encourage le groupe ou le chambre. « C’est mou ! » peut-on parfois entendre comme une moquerie accompagnée de rires. Sur scène, SYG envoie le pâté sans s’essouffler. Même un faux départ vers la fin du set n’entachera pas la bonne humeur qui règne. Julien nous apprend que le premier album est en préparation et que nous pouvons aider à sa réalisation grâce à la plate-forme Kiss Kiss Bank Bank. La sortie est d’ores et déjà prévue pour le printemps et je ne vous cache pas qu’il me tarde de découvrir cet opus. En attendant, Screw You Guys nous aura complètement ravi avec un concert de grande qualité.

SCREW YOU GUYS-20150130-003 SCREW YOU GUYS-20150130-005 SCREW YOU GUYS-20150130-009

The Shooks

THE SHOOKS-20150130-016Il est désormais temps de découvrir The Shooks et son Rock à priori si prenant. Nous ne serons pas déçus. Le quintet démarre son concert par une chanson très énergique et groovy, ce qui nous donne le ton pour le reste de la prestation. Un des points importants à relever est la forte cohésion et la complicité qui règne au sein du quintet. Les musiciens ne se quittent jamais du regard et affichent tous de larges sourires. Ils semblent prendre un pied énorme sur scène et nous le font savoir en interprétant parfaitement leurs compositions. Marlou chante avec beaucoup de justesse et d’attaque mais sait aussi nous charmer, notamment avec deux chansons jouées en acoustique. La première d’entre elles, It’s Done, est interprétée en duo par Drew (guitare) et Marlou. Récemment écrite, cette composition douce au texte mélancolique offre une pause bienvenue au milieu d’un set énergique. Après une nouvelle chanson acoustique jouée cette fois par David (guitare), le reste des musicien reprend sa place. Les perles s’enchaînent, l’enthousiasme ne quitte pas les membres du groupe qui fait fi du faible nombre de spectateurs pour s’éclater. D’autant que certains sont partis durant l’entracte. Tant pis pour eux, ils auront raté un concert très touchant, haut en couleurs et décidemment revigorant. À noter qu’il s’agissait là de la première représentation pour la nouvelle section rythmique de The Shooks, parfaitement intégrée et déjà au point. Bravo à eux !

THE SHOOKS-20150130-011 THE SHOOKS-20150130-009 THE SHOOKS-20150130-018

Space Fisters

SPACE FISTERS-20150130-005Vous le savez certainement si vous nous suivez, Sons Of Metal compte plusieurs fans du trio savoyard Space Fisters. Pour votre serviteur le trio est à compter parmi les espoirs du Stoner made in France and Navarre, mais il serait temps que le public fasse l’effort de venir s’en rendre compte par lui-même. Car, au moment où le groupe débute sa prestation, on ne compte qu’un peu moins d’une trentaine de personnes dans la salle ! Triste mais vrai. Pourtant, Space Fisters mérite bien plus comme lors de son passage très remarqué (et assourdissant) au Sylak 2014. Là aussi, le son est puissant mais le réglage est plus raisonnable qu’au Sylak (ndla : merci Franck !). C’est qu’il en faut des watts pour retranscrire la fougue impétueuse du trio. Dès l’entame, Space Fisters nous envoie, ou plutôt envoie nos oreilles, en orbite. Ça pulse, ça frappe ! Que ce soit Clément (basse), Robin (guitare) ou Léo (batterie), chacun s’applique sur son instrument en appuyant fort sur les accents pour nous faire vibrer. Et ils y parviennent ! Il suffit de regarder quelques instants les spectateurs pour en avoir la preuve. Les yeux sont fermés, les têtes oscillent lentement d’un côté à l’autre, les bras se balancent le long du corps. Aucun doute, plusieurs personnes sont parties dans un univers lointain. En cela, Space Fisters porte bien son nom : c’est un coup de poing intersidéral qui vous envoie valdinguer dans le grand vide. Les titres extraits de l’album Volume 1 s’enchaînent sans temps mort, écrits de manière à ce que le concert soit perçu comme un tout unique. Hélas, un incident technique viendra perturber cette course, les musiciens perdant le retour basse pendant une chanson. Le problème sera résolu et fort d’un nouveau réglage de son, le concert reprendra son cours. Inéluctablement, nous arrivons à la fin mais pour pallier au creux de tout à l’heure, les Savoyards nous propose de rejouer un morceau de notre choix. C’est reparti pour un tour et les cinq dernières minutes sont semblables aux précédentes : magiques.

SPACE FISTERS-20150130-002 SPACE FISTERS-20150130-004

Comme nous l’avions déjà dit, Elovite et moi, Space Fisters est sur une pente ascendante et le niveau technique des trois gaillards s’élève un peu plus à chaque fois. Désormais une valeur sûre du Stoner psychédélique, Space Fisters mérite amplement de fouler de plus grandes scènes. The Shooks nous a aussi comblé avec sa musique aux différentes facettes. À la fois doux et mordant, le groupe aura délivré un très bon set. Quant à Screw You Guys, ce fut un sans-faute.

Merci aux groupes et au personnel du Jack Jack, très accueillant. Merci également aux vaillants spectateurs qui auront fait l’effort de venir.

Kouni

  1. […] groupe lyonnais Screw You Guys, dont les concerts furent chroniqués dans nos colonnes, s’apprête à sortir son premier album Jungle, le 21 octobre prochain. Pour marquer le coup, […]