Cowards – Rise To Infamy (Album)

Posté le : 04 février 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , , , ,

Cowards - Rise To Infamy coverLa carrière de Cowards démarre dans le courant de l’année 2012 quand les cinq musiciens qui le compose décident de monter un projet ensemble, à Paris. Très rapidement sort un mini album/maxi EP en Juin 2012, intitulé Shooting Blanks And Pills comprenant six titres pour plus d’une demi-heure de musique. Les concerts s’enchaînent. Productifs à souhait, ils récidivent à peine un an plus tard avec un EP de cinq titres intitulé Hoarder qui nous en remet une couche derrière les oreilles. Encore plus de concert un peu partout en France et même en Europe. Une période un peu plus longue, peut-être à cause de toute cette agitation, avant de voir arriver le premier album officiel des Cowards énervés qui sortira début février : Rise To Infamy, sujet de notre chronique.

Style : Sludge, Doom, Black, Hardcore - Date de sortie: 9 février 2015

Style : Sludge, Doom, Black, Hardcore – Date de sortie: 9 février 2015

Selon la tradition qui commence à apparaître dans ce groupe, la pochette de l’album se trouve être en noir et blanc, flanquée du nom Cowards dans le tiers le plus bas de l’image, cependant très évident. Le graphisme du nom fait quasiment office de logo, étant très travaillé et n’ayant pas changé depuis le début de leur carrière. Ici, nous avons droit à un dessin ou une photo retouchée façon dessin, difficile de le dire, représentant une tête de femme enserrée dans l’étau de deux mains qui peuvent soit l’étrangler, soit lui soumettre un couteau à proximité de la trachée. Ambiance déjà lourde, violence visuelle. Image qui peut marquer et nous invite à aller écouter de quoi il retourne.

L’enregistrement est d’une qualité plus que correcte, voire très bonne. Les guitares ont une sonorité grasse, très présente aussi. La saturation est là mais pas excessive. Dans le registre sonore, les basses ont été plutôt estompées, ce qui s’avère être un choix judicieux laissant pleine visibilité à la basse que l’on discerne du même coup aisément. Le scream de J.H. est dans le mix, quasiment au niveau des guitares, très légèrement au-dessus. La batterie martèle comme il se doit sans envahir les autres instruments. C’est tout juste si le charley est un peu invasif parfois, mais disons que tout le reste passe sans problème. Le mixage est plutôt réussi et la progression par rapport aux deux dernières productions se sent positivement. La masse sonore était auparavant moins bien gérée et donnait un sentiment confus, ne sachant pas toujours ce que nous entendions. Ce problème a été résolu et si c’est toujours un mur de son, parfois à la limite de la cacophonie qui nous est présenté, celui-ci est plus cohérent et nous permet de discerner tout le monde.

Le style des Cowards est un mélange assez intéressant entre du Black Metal, du bon gros Hardcore bien brutal et du Sludge tendant au Doom sur certains passages. En fonction du moment de l’écoute ou du morceau il sera difficile de trancher. Le scream est là et s’impose régulièrement. Dans un premier temps, nous avions pensé à un Malcolm Young dopé et en colère. Finalement, c’est un scream qui frise le registre suraigu mais tend cependant à rester dans la tradition du Hardcore contemporain. Les musiciens font un beau boulot de composition derrière cela, avec des ambiances lentes et glaciales qui évoluent vers des riffs plus violents et rapides, un mélange de power chords et de dissonances, ponctué par des larsens à gogo. La basse joue donc un rôle primordial dans le groupe car elle assoie la ligne mélodique et permet aux deux guitaristes d’aller explorer des contrées aigües et dissonantes, tout en ne nous perdant pas. Le Hardcore et le Sludge ne sont jamais vraiment éloignés du Black Metal, ici. Pour autant, depuis les débuts du groupe, le style a bien évolué et la part a été faite à plus de diversité. Si, sur les deux premiers enregistrements il était possible de voir de façon tout à fait évidente les influences Black Metal, ceci se retrouve sur Rise To Infamy à un niveau où nous comprenons que l’assimilation s’est bien passée. La pâte est désormais plus personnelle et l’ensemble sonne d’une façon nouvelle, sans pour autant nous dépayser de trop.

Ne nous voilons pas la face : si vous n’aimez ni le Hardcore, ni le Black, vous ne pourrez pas aimer Cowards car le scream persistant, les ambiances souterraines et malsaines des riffs distillés à longueur de temps vous taperons sur les nerfs. Les compos sont originales. Le mélange est réussi et l’évolution est sur la bonne pente. Le quintette s’élève donc bien vers le succès qui lui revient de droit et pas vers l’infamie, si ce n’est dans la noirceur des compositions. La série de ses nombreux concerts en sera une preuve suffisante pour l’instant. Et nous constatons que cette formation marche réellement bien étant donné sa productivité : pas moins de vingt-et-un titres en moins de trois ans, une flopée de performances et une personnalité qui s’affirme de mieux en mieux. Amateurs de scream et de Black, amateurs de Sludge et de sensations fortes, vous ne pouvez pas vous permettre de passer à côté de Cowards qui est voué à faire partie des grands s’il continue sur sa lancée. Le disque s’écoute très bien, même si cela peut s’avérer un tour de force à la longue étant donné l’énergie dégagée. Disons qu’il faut bien cinq minutes de repos avant de refaire tourner le disque. Moyennant cela, vous aurez suffisamment récupéré pour en remettre une couche. D’ailleurs, c’est le moment.

F4R537KTP09

Line-Up :

  • J. H. : chant
  • C. L. : batterie
  • G. T. : basse
  • T. A. : guitare
  • A. L. : guitare

Tracklist :

  1. Shame Along Shame
  2. Never To Shine
  3. Frustation (Is My Girl)
  4. Beyond My Hands
  5. Birth Of The Sadistic Son
  6. Low Esteem
  7. Anything But The Highroad
  8. Wish For Infamy
  9. Bend The Knee
  10. So Easy

Lien :

Site internet : http://cowards.fr/

  1. […] has been reviewed in Metal France, Daily Rock, Sons of Metal & Alternativ […]