Sybernetyks – Cerberus (EP)

Posté le : 04 février 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , ,

Sybernetyks - Cerberus coverRetrouvons les Tourangeaux vivant dans l’univers du cybernétique (d’où le nom Sybernetyks) pour leur second Ep, Cerberus avec un design toujours aussi percutant et bien fait. Ici, vous avez un joli virus compatible Androïd au premier plan qui contamine progressivement des fichiers. Si la pochette est soignée, vous serez en revanche quelque peu déçus par la longueur du Cd que vous ne trouverez d’ailleurs qu’au format numérique, gratuitement sur le bandcamp du groupe.

<br/>

Genre : Rock Industriel - Sortie : 24 janvier 2015

Genre : Rock Industriel – Sortie : 24 janvier 2015

Mais laissons la musique nous transporter au fin fond des composants des systèmes informatiques et de la musique du quatuor. C’est donc Cerberus qui se lance avec une courte introduction d’environ une minute. Nous retrouvons avec plaisir la voix de Paul, tandis que Emilien Vives (Metropolis Child, Fonkey Cops) joue tranquillement avec sa batterie, laissant la guitare déverser ses riffs. La basse ronfle dans le lointain alors que vous headbanguerez à toute vitesse sur le refrain. Vous l’aurez compris, se sont des mélodies légères avec un chant clair que propose le combo. Le morceau suivant est quant à lui une bouffée d’Oxygen avec un rythme soutenu et un martelage consciencieux de la grosse caisse. Ajoutez le son du charleston, la guitare et ses à-coups qui vous propulsent dans les limbes des circuits pour ordinateurs. On pourrait presque se dire que cette chanson à été construite à partir des paterns de batterie et que les autres instruments sont venus se greffer ensuite, tant les sonorités que sort Emilien avec ses baguettes de sorcier semblent magiques. Pour la dernière chanson, Neo Tokyo, le groupe a récidivé dans l’étrange avec certains de ses passages qui possèdent un tempo et des sons proches d’un bon vieux Zelda. Une chanson douce sans paroles donc, ressemblant étrangement à celle de l’Ep précédent Cyberspace et qui fait ainsi une coupure, tranchant fortement avec le reste des titres proposés par le quatuor.

En conclusion, vous avez là une production bien plus qu’honorable, avec deux principaux défauts que sont la dernière piste et la durée de cet Ep. Espérons qu’un jour ces musiciens talentueux réussiront à entreprendre la grande aventure qu’est un album complet car il y a ici un bon matériaux de base. Bref, je garde ce Cd en tant que première très bonne expérience pour l’année 2015.

Diamond

Tracklist :

  1. Cerberus
  2. Oxygen
  3. Neo Tokyo

Liens :

Facebook : https://www.facebook.com/sybernetyks/timeline

Bandcamp : http://sybernetyks.bandcamp.com/