Blackout – Armageddon (Album)

Posté le : 11 février 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Blackout - Armageddon coverLa France a une incroyable scène. Il suffit de voir comme ça bourgeonne dans l’hexagone ! Pour preuve aujourd’hui, Blackout, groupe Seine-et-Marnais formé en octobre 2012. Jeune groupe donc, constitué de Sylvain à la six-cordes et au chant, d’Alex en guitare lead, de Kenny à la basse et aux chœurs, et de Vad au marteau-piqueur à baguette. Les présentations étant faites, penchons-nous dès à présent sur le tout premier effort des quatre lascars : Armageddon.

<br/>

Genre : Metal - Sortie : 2014

Genre : Metal – Sortie : 2014

Armageddon pose d’emblée un problème à l’émérite chroniqueur : celui de l’étiquette. Comment chroniquer un groupe qui se définit lui-même comme du « Blackout-metal » ? La meilleure des choses à faire est d’insérer la galette dans son lecteur en se disant qu’on y verra plus clair. Le couperet tombe : Blackout n’invente rien mais ne sonne comme personne. Tout juste peut-on ici et là piocher des influences plus ou moins évidentes. À la volée, on peut se surprendre à penser à du Death mélodique type At The Gates avec Bloody Tears, Turn Over ou encore Spiteful Ambitions. On vibre également à l’écoute de parties Techno Thrash bien senties, comme sur le premier morceau On the Brink, Dark Road et Fall and Rise et son solo d’anthologie. Dernière influence évidente et revendiquée, celle du Heavy Metal, tantôt mode New Wave of British Heavy Metal avec Burning Empire, puis façon teutonne avec le burné Dark Road, enfin moderne avec l’imparable Face the Demon. Globalement, chaque piste joue avec ces divers courants assez astucieusement tout en restant toujours dans une veine très mélodique. Exception faite de la piste instrumentale Injustice, solo de basse faisant hommage au légendaire Cliff Burton. D’où son titre qui fait certainement référence à la fin précoce et horrible de ce génie. Les connaisseurs feront le rapprochement avec la piste (Anesthesia) Pulling Teeth présente sur le cultissime Kill ’em All de Metallica. D’ailleurs, la recette est la même : une basse ultra saturée et une partition quasi-néo classique.

On l’a compris, l’instru est vraiment bonne, la technique étant mise en avant sans écœurer l’auditeur. En revanche, le chant pêche réellement. Non pas que les vocaux de Sylvain soient mauvais. Mais son accent est beaucoup trop présent et fait parfois sourire. Toutefois, n’oublions pas que les petites anglaises adorent notre prononciation ! Le résultat est plus qu’honnête et on imagine parfaitement la déferlante que doit être ce groupe en live. Il suffit de prendre le final apocalyptique de Spitful Ambitions dans la face pour se sentir conquis. On attendra un second album avec une production meilleure, notamment pour la batterie : on flaire le Pro-Tool trop facilement. Mais on ne peut blâmer Blackout, dont on imagine des ressources financières limitées. Encourageons notre scène, encourageons Blackout !

Walhälla

Tracklist :

  1.  On The Brink
  2.  Burning Empire
  3.  Fall And Rise
  4.  Bloody Tears
  5.  Turn Over
  6.  Dark Road
  7.  Taken By The Dark
  8.  Injustice
  9.  Face The Demon
  10.  Spitful Ambitions

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/BlackoutMetalband

Site officiel : http://www.blackout-metal.com/