IMG_0620-ModifierSons Of Metal : On est là pour parler de Shadowmaker, le nouvel album d’Apocalyptica. Alors, comment c’est passé l’enregistrement de ce CD ?

Paavo : On a eu une méthode assez originale pour cet album. On a commencé à composer au printemps dernier avec comme objectif d’avoir un album compact et rock. On ne voulait pas avoir une production démesurée derrière comme c’était le cas sur Wagner Reloaded avec l’Aventi Orchestra. On a voulu revenir sur un album basiquement rock et on a trouvé qu’un seul chanteur serait la meilleure solution pour cela. On avait beaucoup de défis sur cet enregistrement pour avoir un son rock tout en laissant la place aux violoncelles. Du coup, nous avons essayé beaucoup de combinaisons de micros pour avoir un son naturel mais aussi pouvoir le combiner avec les amplis et effets de guitare pour avoir un tout très punchy. Bien sûr, il y a des passages où l’on ne peut même pas imaginer que c’est un violoncelle au départ, on a quand même utilisé beaucoup d’effets comme le ferait un guitariste normal. Typiquement, on a des sons très étranges sur cet album, on s’est bien amusés à trouver les bons effets. Notre ingénieur du son à voulu que l’on enregistre déjà tous les morceaux en une seule prise, comme en live. Contrairement aux précédents albums où il fallait à chaque fois adapter les morceaux pour le live, on a commencé par enregistrer live et on a ensuite réenregistré chacun nos parties tout seul en studio par-dessus l’enregistrement live.

Pourquoi avoir choisi d’avoir un seul chanteur sur cet album ?

C’était vraiment pour avoir un son uni, pour connecter les chansons les unes avec les autres. Mais aussi pour nos fans, c’était devenu un peu triste de faire des coopérations fantastiques en studio avec des chanteurs comme Corey Taylor ou Till Lindermann. Toutes les personnes avec qui nous avons collaboré étaient fantastiques mais ça nous était impossible d’amener cette expérience sur scène. Bien sûr, il y a eu la tournée avec Tipe Johnson qui est un très bon chanteur mais ce n’est pas la même chose. Maintenant, nous pouvons donner la même chanson en album et en live. Voilà les principales raisons. On peut aussi ajouter que faire un album avec quatre ou cinq chanteurs, c’est le bazar avec les différents management et labels. Par exemple, pour 7th Symphony, on nous disait tout le temps : « Non, vous ne pouvez pas sortir celle-là parce que untel sort son single » ou commentaires du genre. On ne pouvait quasiment rien faire. Ce n’est pas la raison principale, mais c’est une des raisons aussi.

« Je pense que tous les fans de la première heure sont un peu apeurés par ce changement, mais il ne faut pas avoir peur. »

Et pourquoi avoir choisi Francky Perez en particulier ?

On a organisé une audition avec quelques personnes clés, nos amis, des gens en qui nous pouvions faire confiance, environ vingt-cinq chanteurs, ce qui fait déjà du monde. On leur a demandé de chanter I’m NotJesus et Hole In MySoul qui est une très belle balade, pour voir qui pouvait à la fois être un bon chanteur de Metal mais s’adapter sur des morceaux plus doux. Et Francky était de loin le meilleur chanteur. Il a une voix très flexible qui peut être très Heavy et puissante et d’un coup passer dans un registre doux. Et aussi, il avait vraiment la volonté de jouer avec nous. [rires] C’est non négligeable pour quelqu’un qui va enregistrer un album entier et passer deux ans sur la route avec nous. Il n’est pas un membre officiel du groupe, il fera peut-être le prochain album aussi mais pour le moment nous ne savons pas. On verra cela plus tard. Je pense que tous les fans de la première heure sont un peu apeurés par ce changement, mais il ne faut pas avoir peur. On est vraiment très, très, contents d’avoir trouvé un aussi bon chanteur. Ça va être une de nos meilleures tournées et je suis sûr que nos fans vont l’aimer. C’est quelqu’un de très gentil, une personne adorable. Croyez-moi. Paavo le dit : « Vous allez l’aimer. »

Et donc, pour la tournée, vous prévoyez de jouer la majeure partie des morceaux avec Francky ? Vous continuerez à jouer Hall Of The Mountain King, par exemple ?

Oui, bien sûr ! Hall Of The Mountain est toujours un moment très important pour nos concerts. Il ne faut pas s’inquiéter là-dessus. Francky chantera sans doute quatre chansons, cinq maximum en live. Donc, la plus grosse partie des concerts sera toujours de l’instrumental. Ce n’est pas un si grand changement de ce côté-là, ça sera simplement mieux qu’avant.

Vous êtes déjà très bon en live, ça va être assez dur d’être encore meilleurs. [Rires]

Crois-moi, si tu penses que l’on ne peut pas être meilleur que ce que l’on est déjà en live, c’est que tu ne nous fais pas assez confiance. [Rires]

Quelle est ta chanson favorite sur cet album ?

Dead Man’s Eye, c’est la dernière de l’album. C’est une chanson que je ressens quasiment religieusement. C’est vraiment une très belle chanson qui représente un pas vers un autre monde, c’est ma préférée. Une autre de nos chansons favorites est Shadowmaker. C’est la chanson éponyme de l’album et elle fait plus de sept minutes donc pas du tout le format radio. Mais c’est un morceau chanté qui se transforme en une piste instrumentale totalement étrange qui fait voyager quelque part sur une autre planète avant de revenir sur le chant. Je dirais que c’est un bon exemple de ce qu’est l’album. Beaucoup de fans nous ont dit qu’il y avait trop de chant dessus mais si on regarde, la moitié du temps, l’album est en instrumental. Ce n’est pas le nombre de morceaux qui importe mais ce qui se passe dans les morceaux, comme pour Shadowmaker dont la moitié de l’album est instrumental.

IMG_0620-Modifier

« Je ne voudrais pas être moi-même un faiseur de ténèbres »

A propos de la pochette de l’album, on sait que tu fais un peu de photos, as-tu participé au choix de l’artiste qui a fait l’artwork ?

Oui, je suis le directeur artistique de l’artwork. Bien sûr, on en a beaucoup parlé avec le groupe mais c’est moi qui ai tout supervisé. J’ai choisi le photographe parce que je suis un grand fan de son travail, c’est Juha Arvid Helminen [Page Facebook]. Ce n’est pas juste un photographe mais vraiment un artiste de la photo. Il est connu grâce à ses personnages noirs sur fond noir, sans visages, à la personnalité très forte. Donc, on lui a demandé de faire des personnages blancs sur fond blanc. Des peaux blanches, des lèvres blanches comme une espèce d’opposé à son mode habituel. L’image de couverture est une fille en tenant une autre dans ses bras. Ce sont une domina et une ballerine et l’histoire se passe entre ces deux personnages. Tout l’artwork est inspiré des Comics, on peut le lire page par page et « lire l’album » avec les paroles. Ce n’est pas une histoire simple qui saute aux yeux mais elle est là. La première page est blanche et suivante est noire. Noire, noire, noire, noire ! Avec des personnages noirs qui me rappellent étrangement nous-même. Mais on ne peut pas vraiment savoir si c’est le cas car l’on ne voit pas leurs visages. Ensuite, on a de nouveau une page blanche qui nous raconte l’histoire du Shadowmaker [ndlr : faiseur de ténèbres]. C’est une image sur laquelle on voit une fille si blanche, si innocente, on pense qu’il n’y a pas de rapport mais elle peut être la faiseuse de ténèbres au final. On a beaucoup de faiseurs de ténèbres dans nos vies. Ça peut être une entreprise une grosse compagnie ou un parti politique qui vient assombrir la vision des gens, mais ça peut aussi être plus personnel, comme dans une relation amoureuse qui étouffe une personne. Je ne voudrais pas être moi-même un faiseur de ténèbres.  Et j’espère que vous n’en serez pas non plus. Mais je te rassure, on a aussi des chansons plus romantiques, Dead Man’s Eye par exemple. Mais il vaut mieux lire les paroles et se faire sa propre idée des chansons. Il va y avoir plusieurs versions de cet album : la version classique avec un livret de dix-sept pages, assez simple et compact mais il y aura aussi le digipack qui, comme pour 7th Symphony, aura un livre complet de trente-deux pages avec plus de lecture et d’illustrations. Il va aussi y avoir une Box-set avec la version double vinyle avec le digipack pour les plus grands fans. Le livret qui va avec est un objet à part entière que l’on a vraiment hâte de montrer aux fans.

Vous avez déjà repris les concerts avec le 70 000 Tons Of Metal. C’était comment là-bas ?

C’était génial. Trois mille personnes sur le même bateau, plus de soixante groupes et tout ça sur le même bateau partageant les mêmes restaurants, les mêmes activités. On a joué le premier et le quatrième jour après avoir passé quelques heures en Jamaïque. [rires] Tu sais, c’est une sorte de grosse famille du Metal, tout le monde là-bas se considère comme faisant partie d’une famille. C’était cinq jours vraiment géniaux, une très bonne ambiance, sans aucun problème, comme un festival de Metal normal. On pense toujours que les métaleux sont dangereux, effrayants mais il n’y a jamais le moindre problème de sécurité comme on peut en voir sur des festivals plus pop. Les métaleux ne sont pas si durs qu’ils ne le laissent penser. Ce sont des gens tranquilles et c’est une bonne chose je pense, il y a tellement de problèmes dans le monde, la musique à un énorme rôle à jouer pour rassembler les gens.

Vous allez sortir un clip pour Cold Blood, réalisé par Lisa Mann. C’est la cinquième fois que vous travaillez avec elle, pourquoi ?

Oui, on adore Lisa. On a travaillé avec elle pour la première fois pour le clip de I Don’t Care et on a adoré le rendu, c’était magique. C’est pour ça que l’on a voulu l’avoir pour 7th Symphony aussi. On avait un concept avec trois vidéos qui racontent une seule histoire : End Of Me, Not Strong Enough et Brocken Pieces. Ça passe du côté sombre au côté lumineux. On admire son style et la manière dont elle crée son univers. C’est sombre mais en même temps réellement joli. C’est pour cela que l’on a voulu avoir un clip en plus avec elle. Mais le suivant ne sera pas avec elle, on aimerait aussi essayer d’autres horizons. Mais on aime tellement son travail.

Une dernière question, est-ce que vous avez d’autres projets dans ou hors Apocalyptica que cet album ? Par exemple, ce morceau que vous avez fait pour AngryBirds.

Hum… Pour le moment, on se concentre sur Shadowmaker, on n’a pas d’autres projets en vue pour les deux prochaines années. Il se pourrait qu’il y ait quelques projets particuliers d’ici un an pour les concerts, on aurait une année un peu particulière qui arrive mais c’est un secret. Ce sera une surprise. Personnellement, j’ai aussi travaillé sur des morceaux acoustiques avec Tipe, on a enregistré pas mal de choses et on pourrait éventuellement sortir un disque acoustique indépendamment d’Apocalyptica. On ne sait pas encore mais ce serait un side-project. Mais ce n’est pas pour tout de suite.

Merci d’avoir répondu à nos questions.

Merci à toi et on espère vous voir nombreux quand on passera à Paris, ce sera vraiment un chouette concert.