SOTO – Inside The Vertigo (album)

Posté le : 24 février 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Soto - The Inside Vertigo coverSOTO est un nom bien connu, car c’est celui de l’ancien chanteur du groupe Talisman, qui fit aussi des collaborations réussies avec Yngwie Malmsteen ou Axel Rudi Pell. Depuis le split de son ancien groupe en 2007, celui-ci se lança dans une carrière solo sous son nom complet : Jeff Scott Soto. SOTO est un nouveau groupe qui marque surtout une nouvelle orientation musicale par rapport à ses albums précédents. En effet, pour avoir jeté une oreille sur l’album solo nommé Damage Control, sorti en 2012, l’orientation sonnera désormais moins Hard Rock FM et ira vers des sonorités davantage ente le Power Rock et le Hard Rock classique. C’est donc avec une nouvelle musculature que ce Inside The Vertigo sera présenté. Nous retrouverons autour de Jeff qui assure surtout le chant : Jorge Salan, collaborateur de longe date et très bon guitariste d’origine espagnole, BJ aux claviers et guitares, un multi instrumentiste brésilien, David Z à la basse et Edu Cominato à la batterie. Nous avons aussi droit à la présence de nombreux invités à la six cordes dont Gus G (Firewind) ou Jason Bieler (Saigon Kick). Enfin, Jeff s’est entouré d’autres musiciens réputés pour la composition, parmi lesquels Casey Grillo (Kamelot). Album auto produit, il a été enregistré à Boston par John Ellis.

Style : Hard Rock/ Power Rock - Sortie : 30 janvier 2015

Style : Hard Rock/ Power Rock – Sortie : 30 janvier 2015

C’est une écoute bien agréable qui va m’être donnée et voila un artiste qui me surprend agréablement. Alors que certains groupes allègent leur jeu avec l’âge pour espérer toucher un public plus large, Jeff retrouve des racines bien rock et des sonorités qui correspondent exactement à sa tessiture de voix. Un seul mid-tempo un peu dans l’esprit des albums précédents à travers le titre When I’m Older, pour le reste c’est une alternance entre des titres aux rythmes rapides bien entrainants avec d’autres au tempo plus lent mais dont la lourdeur de l’ensemble guitare/basse sonne presque southern Rock. C’est notamment le cas de Wrath, dont le petit génie grec Gus G assure la guitare et la basse. Un savant mélange entre le poids lourd de la rythmique et les envolées mélodiques de Gus. Tout cela accompagne une voix très puissante qui évolue plutôt dans les tonalités mediums. Le contraste entre les passages posés et les montées en voix de tête donnent toute l’intensité au chant de Jeff. Dans Final Say qui introduit l’album, c’est Mark Orlando, guitariste de Adrenaline Mob qui lance les hostilités avec un riff très accrocheur avant que la batterie de Edu ne monte progressivement en puissance à travers des roulements de plus en plus rapides. La basse de David est bien présente sur l’ensemble de l’album et la section rythmique tient la dragée haute. Les claviers ne sont pas présents de manière égale sur l’album, c’est aussi une bonne manière d’offrir une diversité. Quasiment absents sur certains titres, ils ont toute leur importance sur la magnifique chanson Break qui démarre avec une guitare au pas d’éléphant et une basse bien groovy. Les claviers qui sont au début légèrement en retrait prennent plus d’espace dans le refrain, soutenant la voix de Jeff avec l’aide des chœurs. Tout ceci est très bien construit avec des agréments aux soli de guitares qui s’insèrent avec perfection dans la mélodie d’ensemble. Je terminerai mon tour d’horizon par End Of Days qui est une fausse ballade. En effet, des chœurs méditatifs créent un espace sonore ou n’entre qu’une guitare en arpège léger. Non, ce n’est pas le rock atmosphérique d’Anathema mais toujours Soto que je suis entrain d’écouter. Puis, il y a, pour employer une métaphore sportive : feinte de frappe puis coup de canon dans la lunette grâce à un premier semblant de montée en puissance, avant qu’une véritable évolution du morceau se fasse jour. Nous quittons astucieusement la ballade pour entrer dans le Power Rock/Metal sans savoir exactement à quel moment le décollage a pu se concrétiser. La fin retombe dans une construction légèrement plus calme, tout en préservant la tension sonore. Ce titre est tout simplement épique.

L’écoute de ce nouvel album du chanteur d’origine portoricaine qui se veut une nouvelle orientation musicale est une agréable surprise. Un album bien équilibré, où il n’y a pas d’impression de remplissage, le tout joué par de très bons musiciens. Le style tout de même pas trop violent de l’ensemble pourrait lui faire toucher un public assez large, sans pour autant tomber dans la Pop mièvre et renier ses racines. C’est l’habile équilibre qu’à réussi Jeff et ses acolytes sur Inside The Vertigo. Tout juste est-il encore difficile de trouver les liens vers ce nouveau groupe à travers les moteurs de recherches et les réseaux sociaux, tant le nom de SOTO est courant. Vous imaginez un groupe français qui s’appellerait Martin ? Cependant, je ne peux que vous conseiller d’écouter attentivement cet album et de transmettre les coordonnées à vos contacts car vous passeriez à côté d’une belle création.

Khaos

Tracklist :

  1. Finally Say
  2. The Fall
  3. Wrath
  4. Break
  5. Narcissiticaly Yours
  6. End Of Days
  7. Inside The Vertigo
  8. When I’m Older
  9. Trance
  10. Jealousy
  11. Karmas Kiss
  12. Fall To Pieces

Liens :

Site Internet : http://sototheband.com/site/band/index.html

Page Facebook : https://www.facebook.com/SOTOofficial

The Fall, sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=85MjeRWGnUE