Lappalaïnen - Kraken's Awakenning coverLe fleuve du Folk Metal comprend plusieurs affluents musicaux. Nous avons le courant le plus doux assez proche du Rock comme Haeredium chroniqué ici il y a quelques mois. Une branche intermédiaire où se mêlent astucieusement mélodies douces et agressives, voix claires et gutturales, c’est le cas Eluveitie et d’autres comme Furor Gallico également chroniqués il y a peu. Lappalaïnen appartient à un troisième courant plus brutal que l’on peut aisément qualifier de Folk Death Metal. Quoique, à l’écoute c’est un Death plutôt mélodique qui nous est offert par les Lillois. C’est ce que nous verrons plus loin mais en attendant, un petit tour de présentation. Les Ch’timis ont créé leur formation en 2011 et ont déjà produit un petit single nommé Road To Greenland la même année. Pour cette nouvelle production, la très belle pochette que nous offre Thibaut Marlard, également bassiste du groupe, nous entrainera encore dans les mers du nord de l’Europe. Montons dans le Drakkar avec peintures de guerre sur le visage pour aller dévaster les contrées à l’aide de cette musique taillée dans les icebergs.

Genre : Folk/Death Metal - Sortie : 13 février 2015

Genre : Folk/Death Metal – Sortie : 13 février 2015

D’un point de vue d’ensemble, ce qui frappe en premier sont les très bonnes capacités vocales de Flo. Celui-ci alterne chant guttural typique du Death et saturé aigu, plus courant dans le Black Metal. Il y a un côté chien fou avec beaucoup d’énergie et d’agressivité, un peu comme le cerbère qui garde la porte du royaume d’Hades, on ne sait jamais avec quelle gueule il va mordre en premier. Mention spéciale aussi au batteur Robin. J’imagine bien l’ingé son s’arracher les cheveux dans les petites salles où le groupe doit parfois jouer, à devoir sonoriser une flûte avec un batteur qui cogne aussi fort. Mais attention, le viking qui tient les futs est très ordonné et sait aussi parfois se calmer dans les passages ou cela le nécessite. En tout les cas, la double pédale, il aime et il maîtrise. Le travail de Victor pour les instruments traditionnels est aussi à souligner, la flûte principalement mais aussi une guitare acoustique qui apporte une belle couleur, très différente de ce qui a déjà pu être entendu ailleurs. Les deux guitares électriques de Julien et Thomas font un boulot correct, ils produisent des soli réussis et des belles mélodies également. La basse est un peu noyée dans l’ensemble, même si Thibault nous sort une intro accrocheuse dans le titre Folk Lords.

Un petit coup d’œil de plus près pour voir ce que les nordistes ont sous le casque. Le premier titre comme souvent dans ce courant du Metal est calme et instrumental. Guitare acoustique, batterie légère et petite mélodie à la flûte. On démarre tranquille mais juste l’espace d’une petite minute car Cresting The Waves s’enchaine, déchaine. Le rythme s’accélère brutalement et Flo fait son entrée sans lâcher les tripes de l’auditeur. Quant à la batterie, j’imagine une horde de vikings fonçant sur leurs ennemis hache en avant. Premier massacre. Le titre suivant est à mon avis le plus réussi, Before The End Of The Days démarre avec un son de tonnerre et s’en suit un rythme plutôt lent mais lourd. La mélodie est assurée par la guitare et relayée plus tard par la flûte. Le chant est toujours aussi énergique jusqu’à un passage plus calme bien trouvé. La batterie double ses coups, puis se calme subitement et ré-accélère. Un morceau très bien construit qui inclut quelques passages bien plus tranquilles pour finir en trombe. Riding Of The Load Of Day démarre de manière très mélodique et l’agrément des petits chœurs en « hey » lui donne une couleur intéressante. Là aussi, nous assistons à un festival de variations de rythmes avec un chant bien viril. Un chant qui mêlerait les sonorités de Amon Amarth avec celles de Children Of Bodom (avec encore un peu de travail pour arriver au niveau de ces géants). La seule petite note négative sur cet album est le titre Forge Your Heart. J’ignore s’il y a une démarche volontaire mais l’une des guitares qui assure la partie solo ainsi qu’un passage instrumental qui doit être à la cornemuse ne sonne pas très bien. Il y a quelque chose d’un peu désagréable sans savoir exactement de quoi il s’agit. Toutefois, je ne me focaliserai pas là-dessus : neuf titres réussis sur dix pour un groupe qui a quatre ans d’expérience, c’est une belle performance.

En conclusion, je dirais de Kraken’s Awakenning que c’est un album encourageant qui mêle aisément la brutalité du Death Metal avec la légèreté des mélodies folk. Au final, le côté bourrin ressort presque davantage, tant l’agressivité vocale et la multiplication des passages en double pédale sature l’espace malgré la présence des instruments folk. Des amateurs habituels de Death classique ou mélodique, qui n’estimeraient pas hérétique la présence d’une flûte dans un groupe de Metal devraient aussi trouver leur compte avec la musique de Lappalainen. Donc, les amis lillois, continuez, vous êtes sur une bonne voie.

Khaos

Tracklist :

  1. First Light
  2. Cresting The Waves
  3. Before The End Of The Day
  4. Forge Your Heart
  5. Riding On The Load Of Hay
  6. Brännvin
  7. Still Life
  8. The Truth Imposed By My Axe
  9. Folk Lords
  10. Kraken’s Awakenning

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/Lappalainen.Folk.Metal?fref=ts

Lien Bandcamp : https://lappalainen.bandcamp.com/album/krakens-awakening