Hammerfall  1416 (35) (800x533)Après une période d’accalmie, je sors de ma tanière juste le temps d’un concert à Lyon. Et pour cause, cela faisait sept ans que les Suédois de HammerFall n’avaient pas foulé le sol lyonnais. Pour cette tournée mondiale de (r)Evolution, leur dernier album, HammerFall a emmené avec lui les Allemands d’Orden Ogan et de Serious black. Une belle soirée qui s’annonce purement Power Heavy Metal.

<br/>

Serious Black

Serious Black (800x533)  (19)L’attente sous la pluie commence à être un peu longue, surtout pour celles et ceux venus très tôt ! D’un côté, cela laisse le temps de saluer quelques amis. Ça y est, on entre, c’est pas trop tôt. J’apprends aussi que le concert est complet, génial pour les groupes. Ce sont donc les Allemands de Serious Black qui ouvrent cette soirée. Malgré le peu de place sur scène, chacun arrive à se caser et dès les premières notes, on se dit que le concert s’annonce plutôt bien. En effet, les riffs sont très accrocheurs et entraînants, les musiciens sont dynamiques et enjoués à l’image de leur musique. Urban Breed (chant) possède un charisme certain et se montre très proche du public. De ce fait, il ne se contente pas seulement de chanter, il s’adresse aussi aux fans. Leur style Power Metal n’est pas sans rappeler certains de leurs aînés (comme Helloweenou Gamma Ray). Rapidement, la salle du Kao se réchauffe et une bonne ambiance conviviale s’y installe. Dès le quatrième titre, il devient difficile de se déplacer dans la salle. Serious Black nous présente son premier album As Daylight Breaks très prometteur et leur concert reflète bien celui-ci, puissant, mélodique et dynamique. Pour la tournée, Roland Grapow (Masterplan,ex Helloween) à la guitare et Thomen Stauch (ex Blind Guardian, Iron Savior) à la batterie ne sont pas de la partie et sont remplacés par Bob Katsionis (guitare) de FireWindet Rami Ali (batterie) de Freedom Call. De plus, le groupe se compose de musiciens ayant joué dans d’autres groupes comme Visions of Atlantis pour Mario Lochert à la basse… Bref, une belle brochette de musiciens au talent reconnu depuis longtemps. Serious Black jouera la moitié de son album durant ce set, l’avantage étant qu’on peut se faire une bonne idée de celui-ci. Le temps passe vite et il est l’heure de laisser place à Orden Ogan. J’ai déjà hâte de les revoir en concert.

Setlist :

  1. Temple Of The Sun
  2. Akenaton
  3. Setting Fire To The Earth
  4. High And Low
  5. Older And Wiser
  6. Sealing My Fate
  7. I Seek No Other Life

Serious Black (800x533)  (21) Serious Black (800x533)  (19)

Orden Ogan

Orden Ogan (5)Changement de plateau pour Orden Ogan , les quatre chevaliers germains arrivent sur scène et commencent par l’intro Orden Ogan et le titre F.E.V.E.R. afin de nous présenter leur dernier album Ravenhead fraîchement sorti dans les bacs (découvrez notre chronique ainsi que l’interview de Seeb). Décidément, les Allemands sont en forme ce soir, Orden Ogan s’inscrit dans le pure style Power/Heavy Metal avec une touche mélodique où certaines rythmiques et soli ne sont pas sans rappeler quelques airs de Running Wild, et des années 90′ comme Ravenhead et We Are Pirates, entre autres. Cela ne les empêche nullement d’avoir leur propre identité, bien au contraire. Tobi (guitare) se montre toujours autant souriant. D’une tournée à l’autre, le groupe change de tenue de scène et cette fois, ce sont des haillons noirs qui les recouvrent. Les titres s’enchaînent aisément les uns aux autres ainsi que les headbanging. Seeb (chant) demande au public de chanter le refrain du titre The Things We Believe In et de répéter en chœur à la suite de And So We Are : cold, dead and gone ! Une petite répétition sera nécessaire avant afin de coordonner tout cela mais le public lyonnais s’en sort plutôt bien. Ce titre clôture le set d‘Orden Ogan et laisse le Kao dans une bonne effervescence pour accueillir HammerFall.

Setlist :

  1. Orden Ogan
  2. F.E.V.E.R.
  3. To New Shores Of Sorrow
  4. The Lords Of The Flies
  5. To The End
  6. Ravenhead
  7. We Are Pirates
  8. Deaf Among The Blind
  9. The Things We Believe In

Orden Ogan (21)

HammerFall

Hammerfall  1416 (35) (800x533)Pendant que les techniciens s’affairent sur scène, les premiers rangs se resserrent progressivement. Il semblerait que HammerFall aime se faire attendre, comme si cela ne suffisait pas d’avoir déjà attendu sept ans avant qu’ils ne reviennent sur le sol lyonnais. Les fans s’impatientent et nous avons tous très envie de les voir (ou revoir) et écouter ce que donneront en live les nouveaux titres de (r)Evolution. Les voici qui arrivent sur la scène du Kao, accueillis comme des rois. HammerFall commence par Hector’s Hymn, suivi de Any Means Necessary. Leur bassiste Frederik Larsson n’ayant pu venir sur la tournée, nous avons l’agréable surprise de le voir remplacé par Stefan Elmgren qui n’est autre que leur ancien guitariste. Ce changement d’instrument ne pose absolument aucun souci à Stefan qui se montre autant à l’aise à la guitare qu’à la basse. Au bout de quelques titres, la salle du Ninkasi Kao se met en ébullition où les headbanging et pogos font rage derrière le premier rang, les photographes ont toutes les peines du monde à prendre quelques clichés. Le premier rang se retrouve écrasé contre la scène. Voilà une super ambiance qui fait plaisir à voir et à vivre, d’autant plus que HammerFall est ravi de nous dire que le concert est complet. Joacim Cans (chant) nous annonce qu’ils reviendront à Lyon et cette fois dans une salle plus grande, de quoi rajouter une flambée d’enthousiasme aux fans. Oscar Dronjak et Pontus Norgren, les deux guitaristes, se montrent assez proches de leur public, les riffs et les soli sont toujours autant saisissants. La musique de HammerFall a le don de vous mettre de bonne humeur et de donner l’envie de faire la fête. Oscar change assez souvent de guitares, dont l’une avec la fameuse forme du marteau.

Hammerfall  1416 (19) (800x533)Après Live Life Loud, Stefan échange sa basse contre une guitare, certainement une furieuse envie de jouer sur une six-cordes et aussi histoire de se remémorer le bon vieux temps. Nous voyons ainsi Stefan se lancer dans les soli des premiers albums de Glory To The Brave, Legacy Of Kings, Renegade… Oscar et Pontus se joignent à lui pour l’accompagner et se lancer dans de mémorables headbaging, on devine une bel complicité entre eux. Joacim est de retour pour Threshold et le Kao bat son plein d’énergie et de sueur. Au milieu de cette effervescence, la balade Glory To The Brave est la bienvenue, où la quasi totalité des fans connaissent les paroles et accompagnent le chanteur. Joacim présente le groupe au public en commençant par Pontus, Stefan, David Wallin (batterie) et, à l’annonce du guitariste, tous les projecteurs, feux d’artifice et fumigènes s’allument en même temps sur un Oscar Dronjak glorifié, vénéré tel un dieu. Joacim, impressionné, se présente en disant : « Au milieu, au micro : Joacim ! ». Et là, pas de feu d’artifice ni de cérémonie, rien de la sorte. Toutes les lumières s’éteignent et plonge la scène dans l’obscurité la plus totale, avec juste la lueur d’une lampe de poche venant éclairer son visage. Joacim poursuit en annonçant : « We are… HammerFall ». Le concert arrive à grand regret vers la fin, le groupe quitte la scène. Les Suédois se font attendre puis reviennent sur les planches avec Templars Of Steel et Hearts On Fire. Ainsi se termine ce spectacle absolument fabuleux, les musiciens ont le sourire sur le visage et saluent longuement leurs fans. C’est sûr, ils reviendront dans une salle plus grande. Les lumières se rallument sur l’outro Dreams Come True.

Setlist :

  1. Hector’s Hymn
  2. Any Means Necessary
  3. Renegade
  4. B.Y.H.
  5. Blood Bound
  6. Heading The Call
  7. Let The Hammer Fall
  8. Live Life Loud
  9. 400 Meter Medley
  10. Threshold
  11. Last Man Standing
  12. Glory To The Brave
  13. We Won’t Back Down
  14. HammerFall

Rappel :

  1. Templars Of Steel
  2. Hearts On Fire

Hammerfall  1416 (14) (800x533)

Une soirée placée sous le signe du pur Power et du Heavy Metal dont Serious Black, Orden Ogan et HammerFall furent les fervents acteurs et nous offrirent un agréable moment en leur compagnie, en mettant le feu au Ninkasi Kao. Seul point négatif : les lumières pour les deux premiers groupes, une lampe halogène aurait presque été mieux !

Un grand merci à HammerFall pour ce retour inoubliable, à Orden Ogan et Serious Black, ainsi que Roger et son équipe de BaseProd et le Ninkasi Kao.

Melissa