FDC – Indignation

Posté le : 11 mars 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , , , ,

Indignation front coverFDC,originaire de Besançon, évolue sous la forme d’un quatuor et se compose d’Ali à la basse, d’Aurélien derrière les fûts, de Mat au chant et enfin de Nico à la guitare. La formation du Doubs a vu le jour en 2009 et vient nous servir, avec un petit verre de vin jaune, son album Indignation. Enfin, ce dernier sort chez Topaz Prod’

<br/>

<br/>

Genre : Rock alternatif  – Sortie : 2015

Genre : Rock alternatif – Sortie : 2015

Indignation ou le besoin d’en découdre face au subversif. Les p’tits gars de FDC sont indignés et on les comprend. Leur arme ? Leur album bien sûr. Leurs munitions ? Ces titres qui le composent ainsi que les divers styles formant la texture de ces derniers. Prenons par exemple le premier morceau ouvrant la charge : Addict. Nombreux rythmes, breaks, basse ronflante et ronronnant comme un gros chat. Un gros chat oui, mais capable de vous sautez au visage sans raison. Un rythme sur ce premier titre pouvant faire penser aux Red Hot. Une bien belle référence, n’est-il pas ? Pas le temps de disserter sans fin car ce profile NRV, titre saccadé, guitare proche de l’envolée, riffs vifs et variés. Là encore, FDC se trouve à la croisée de styles Metal, Rock, Punk et tout ce qui possède la faculté de faire vibrer. Bien sûr, tout cela ne saurait tenir debout sans un chant direct, franc, sans artifices et surtout riche en textes faits de paroles choisies et hautes en couleur. Un point fort, des mots qui claquent comme les dents quand il fait froid dehors. Les chœurs sont aussi au rendez-vous, Résignation se charge de les mettre en valeur. Certains y trouveront aussi des accents de la Mano Negra et autres affiliés, mais il y a aussi beaucoup de rage, comme le final de ce même titre. Vous aimez rire ? La bonne humeur règne sur la galette et se montre communicative. L’envie d’écouter le titre suivant est présente sur chaque morceau. BSP et ses paroles donnent le sourire, incontestablement. Toilettes publiques aura fini de vous convaincre de l’humour de la troupe. Mais recadrons quand même les choses, nous n’avons pas affaire ici à une troupe de comiques non plus ! Ça cogne quand même et de là à avoir Don King comme manager, il n’y aurait pas un grand pas à franchir. Radin se montre plus « punkisant » dans son exécution que ses prédécesseurs, la partie des guitares vous claque en pleine tronche comme le fouet sur le cul d’un cheval et vous allez courir, croyez-moi. On change d’ambiance et de registre, faut que ça groove avec Charlie. Et Charlie groove et nous avec, aidé en cela avec une nouvelle fois des textes de grande qualité ! Ah, le déjà cultissime « qu’on soit nulle part ou à Dakar, buvons français, buvons Ricard » mériterait une distinction du Ministère de la Culture, une claque dans le dos de la part de Pivot et l’analyse éclairée du maître des lettres Francky Ribéry. On ne savait pas vient clore la fête d’aussi belle manière qu’elle avait commencée, avec un titre au final rebelle capable de redonner le bleu dans le ciel.

FDC et son Indignation ont vu juste. Un bon petit album qui pourra en contenter plus d’un. Le panel des styles s’étale sur cent quatre vingt degrés mais reste orienté Punk dans l’esprit quand même. La curiosité n’étant pas un vilain défaut, penchez-vous sur ce disque, vous allez voir, vous allez aimer.

Pat

Tracklist :

  1. Addict
  2. NRV
  3. Débauche
  4. Résignation
  5. BSP
  6. Toilettes publiques
  7. Radin
  8. Charlie
  9. On ne savait pas
  10. Full Bottle (bonus track)

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/FDCtopazeprod

Site officiel (actuellement en construction) : http://www.fdcmusique.fr/