Scorpions – Return To Forever

Posté le : 13 mars 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Scorpions - Return To Forever coverAujourd’hui, je vais, une fois n’est pas coutume, débuter une chronique en racontant ma vie. Car, si pour certains, l’entrée dans l’univers Hard Rock/Metal le fut par Iron Maiden, Motörhead ou autre AC/DC, pour ma part ce fut Scorpions. Le tout en l’an de grâce 1992 lorsque je découvris le dernier album en date, Crazy World, dont la cassette audio a été usée par ses nombreux passages dans les lecteurs. Une fan attitude de teenager m’avait fait aimer ce groupe, même plus tard lorsqu’il fut ringardisé par la vague grunge puis néo-metal, je tenais bon. Scopions était mon groupe de référence.

Genre : Hard Rock - Sortie : 20 février 2015

Genre : Hard Rock – Sortie : 20 février 2015

À l’annonce de leur retraite, je ne me sentais pas triste, plutôt heureux qu’ils terminent sur un Sting In The Tail de bonne facture avant de vaquer à d’autres occupations et laisser la place aux jeunes. Forever In Our Heart. Puis, ce fut trois événements qui me déçurent fortement : une fin de tournée Sting In The Tail ou je sentis le groupe fatigué et n’ayant plus l’énergie d’avant, un album comeback qui sentais le réchauffé et le vrai/faux arrêt dont je ne compris pas le sens. Heureusement ou non, la tentation de reprendre mon attention au groupe s’est recréée et c’est avec curiosité que je vais jeter une oreille à ce Return To Forever que les Teutons nous offrent.

Il faut dire que cette année, le groupe fêtera ces 50 ans de carrière avec un film (Forever And A Day) dont la première projection a déjà eue lieu en Allemagne. Cet album était avant tout le projet de récupérer des vieux titres laissés dans les tiroirs pendant leur longue carrière et de les remettre au goût du jour. Vont s’y ajouter quelques compositions récentes dont deux entièrement par leurs deux producteurs suédois : Mikael Nord Andersson et Martin Hansen. Jetons donc une oreille « track by track » à cette dernière piqure des arachnides.

Going Out With A Bang marque des points d’entrée de jeu. Il n’est pas particulièrement heavy, plutôt dans une veine blues/rock, mais il sonne neuf et est bien agréable à l’écoute. Les guitares sont un tantinet plus lourdes dans les refrains, ce qui contraste bien avec les strophes assez épurées. On peut difficilement lier ce titre à ce qu’aurait fait le groupe avant et c’est une belle entrée en matière. We Build This House, qui est déjà sorti en single, n’a qu’un but principal : passer à la radio. Si le passage qui précède le refrain est bien agréable, le refrain en lui-même comporte des chœurs un peu trop « happy » pour du Hard Rock, c’est musicalement trop épuré, mid-tempo, pas catchy du tout et le solo est trop minimaliste. Je ne suis même pas certain qu’il passe en live. Rock My Car nous replonge heureusement dans le bain Scorpions avec une rythmique lourde comme le groupe les aime. Il rappelle des anciens albums comme Unbreakable ou Crazy World. James, derrière ses futs, se défoule pour l’occasion, bien remis des ses petits déboires d’il y a un an. House Of Cards est la première ballade qui apparaît dans la tracklist et si elle n’apporte rien de neuf, elle montre que les Germains sont toujours des maîtres dans ce genre de composition. Un côté toujours poignant qui ne connaîtra pas la destinée de Still Loving You ou Wind Of Change, car elle ne tombe pas dans le même contexte mais on ne change pas une formule qui marche. Retour dans le bon rock avec All For One au refrain accrocheur et catchy, celle-là je la vois bien en live par contre. Beau solo de Matthias, au passage. Rock’n’roll Band est pour moi la meilleure de l’album. Rythme rapide avec des beaux riffs de guitares, Klaus montre qu’il s’épanouît aussi sur ces morceaux plus énergiques. Faites-nous plus de chansons comme ça la prochaine fois ! Catch You Lucky And Play débute par un riff de guitare que je trouve superbe mais il est dommage que le refrain sonne trop pop, ce qui fait retomber la sauce. Par contre, on entend bien l’humainement discret Pawel à la basse. Celui-ci assure bien le rythme en arrière fond avec son instrument qui, pour une fois, n’est pas trop mis en retrait dans le mixage. Rollin’ Home, c’est quoi ce truc ? Une verrue sur cet album et sur toute la carrière des Scorpions. Composée par les producteurs suédois, elle ne ressemble à rien de l’identité du groupe, sauf s’ils se mettent à faire du Justin Bieber. À oublier, et vite ! Hard Rockin’ The Place a au moins le mérite de nous faire revenir dans le Hard Rock. Riffs catchy et lourds, basse ronde et pesante, il n’est pas le meilleur titre de l’album mais il passe bien. Eyes Of The Storm, deuxième ballade, un peu moins efficace que le quatrième titre de l’album mais assure l’essentiel avec encore une fois un solo bien trouvé de Matthias. The Scratch est aussi un titre que j’aime bien, on se déhancherait bien dessus. C’est certain qu’il ne cherche pas dans la difficulté mais vise juste et efficace. Gypsy Life termine l’album en beauté comme souvent chez les Teutons. Une ballade encore plus belle que les deux précédentes, ne pas l’écouter lorsqu’on est triste et mélancolique sous peine de verser une larme. Les différentes versions comportent des titres bonus (sept au total) dont je ne ferai pas de détail. Néanmoins, il y a bien l’une ou l’autre comme Delirious et When The Truth Is A Lie qui auraient pu aisément remplacer les We Build This House et Rollin’ Home qui ne correspondent pas à l’identité du groupe.

En conclusion, certes Return To Forever n’est pas l’album du siècle, on ne refait pas le passé, autre temps, autres mœurs. Mœurs de métalleux qui pourront s’exprimer lors des prestations scéniques en France prochainement, si toutefois le groupe sait puiser le meilleur de cet album en y ajoutant les quelques classiques qui marchent toujours bien. Mœurs des radios et autres sociétés commerciales aussi, et c’est l’aspect un peu agaçant du groupe, à l’heure où j’apprends que Scorpions passera dans une émission de Patrick Sébastien. « Buisness as usuall », certaines choses n’ont été pensées que pour ramener des dollars et c’est ce qui tâche cet album. En particulier les deux titres les plus commerciaux. Pour le reste, c’est un album plutôt agréable et c’est cela que je retiendrais avant tout. Des titres comme Going Out With A Bang, Rock My Car, All for One, Rock’n’roll Band ou Gypsy Life me ramènent aux bons souvenirs de ce groupe. Les bases sont toujours là. Le travail des producteurs suédois, outre que ce sont de bons hommes d’affaires, est très bon sur le son global de l’album. Il est bien équilibré, net et sans bavures de ce côté-là. Maintenant, j’espère que les papys du Metal sauront se ménager pour ne pas faire la tournée de trop et envoyer la même énergie que les fans ont toujours connue. Et puis, mettre le point final, ça fait partie du roman comme ça devrait faire partie de l’expérience d’un groupe. Un beau concert anniversaire à Hannovre (leur ville d’origine) dans un an et Scopions restera une des légendes du Hard Rock, sans avoir poussé le bouchon trop loin. On pourra alors dire : Scorpions, 50 ans et toutes leurs dents.

Khaos

Tracklist :

  1. Going Out With A Bang
  2. We Build This House
  3. Rock My Car
  4. House Of Cards
  5. All For One
  6. Rock’ n’ Roll Band
  7. Catch Your Lucky And Play
  8. Rollin’ Home
  9. Hard Rockin’ A Place
  10. Eyes Of The Storm
  11. The Scratch
  12. Gypsy Life

Liens :

Site Internet : http://www.the-scorpions.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/Scorpions

Crazyscorps (fan club français ) : https://www.facebook.com/pages/Crazyscorps-Fanclub-officiel-Francophone-du-Groupe-Scorpions/49898929180

Youtube, clip We Build This House : https://www.youtube.com/watch?v=ZgbmDMNu42s

  1. […] avons chroniqué il y a peu le nouvel album de Scorpions. Le parcours de Michael Schenker, jeune frère du fondateur du combo germanique, n’a pas connu la […]