Black Bomb A – Comfortable Hate

Posté le : 13 avril 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , , ,

Black Bomb A - Comfortable Hate coverIl vous faudra des protections particulières aujourd’hui, si vous souhaitez sortir indemnes du dernier né de Black Bomb A. Nous ne présenterons plus les coreux qui occupent les scènes de France et de Navarre depuis vingt ans. Nous saluerons tout de même le retour d’Arno au chant grave pour tenir la réplique aux hurlements aigus de Poun, le leader de toujours. La pochette devrait déjà vous inquiéter avec ce type à la mine patibulaire, affalé sur son siège dans une cave glauque. On peut se demander si c’est le type qui va être torturé ou le bourreau lui-même qui s’est infligé une petite correction masochiste. Enfin bref, tremblez et faites les bises à vos proches, ce sera peut-être les dernières. Place à la musique.

Genre : Punk Metal Hardcore - Sortie : 2 mars 2015

Genre : Metalcore – Sortie : 2 mars 2015

Vingt petites secondes d’intro pour se mettre dans le bain et de suite, c’est l’angoisse, vite suppléée par la sulfateuse. D’entrée de jeu, aucun répit n’est laissé, aucune feinte, c’est directement envoyé en pleine face. Comfortable Hate place d’emblée les chevaux qui auront ce coup là des dents pointues et plusieurs cornes. Bête immonde dans sa déferlante, le broyage est total. Une batterie qui pourrait difficilement taper plus fort et les deux chanteurs qui hurlent à s’arracher les poumons. L’un growle, l’autre scream et c’est cela chers lecteurs qui va être le gros point fort de BBA. Une grande partie des contrastes musicaux se joueront à ce niveau. Toute la gorge est utilisée, les cordes vocales sont tordues dans tous les sens. On entend bien le type torturé pour le coup, ainsi que le bourreau qui pratique l’interrogatoire. Parfois, le rythme va un peu ralentir, non pas qu’un titre comme Lets Starts Again manquerait de punch, mais la section rythmique met plutôt le mode rouleau compresseur, pendant que les vocalistes poursuivent leur œuvre de découpage au rasoir. Les atomiques nous font aussi parfois des farces, des vraies et des fausses. Les fausses, c’est par exemple l’introduction de Rescue From This World qui nous laisse penser à un petit blues peinard sur fond de guitare basse ronde et mélodieuse. Cela ne dure qu’une petite minute, avant que le sieur Rambo surgisse de derrière le talus pour envoyer sa salve à la mitraillette accompagnée de quelques roquettes. Ou encore une de celle qui m’a bien plu, Tears Of Hate, à l’intro guitare pour une fois pas saturée et mélodieuse, suivie d’une belle montée en sauce de la part de la batterie. Ce chant comporte de beaux passages d’une violence toujours très présente à des temps plus posés, ce qui réussit tout aussi bien au combo. Le refrain est ici à souligner car Poun chante de façon claire pendant qu’Arno nous propose un petit contre chant growlé. Puis la vraie farce, c’est Into The Void. Non, vous ne rêvez pas, les gars savent s’asseoir, prendre une guitare sèche et la jouer tendresse. Une belle surprise pour ma part qui nous montre autre chose que du muscle pur. Ces mecs là ont aussi du cœur, n’ayez pas peur. Finalement, ce type sur sa chaise serait moins dangereux qu’il n’y parait ? Je n’irais pas jusque là, car ce sera le seul titre vraiment calme, la déferlante envahit le reste de l’œuvre. Je terminerai en mettant encore le focus sur On fire car le riff de guitare d’intro est très prenant. Là aussi, à travers le contraste entre des strophes à te faire tomber la peau par petits bouts et un refrain presque planant façon grunge, le groupe montre qu’il sait mettre de la variété dans ses compositions.

Black Bomb A apparaît comme une formation de premier plan de la scène Metalcore française, et ce n’est pas pour rien. Vingt ans d’expérience, cela se remarque. Dans un style musical marqué parfois, à mon sens, par un manque d’originalité, les Yvelinois montrent une musicalité développée. Ils n’ont jamais abandonné leur force et sans connaître leurs précédentes productions, leurs fans devront reconnaître l’identité du combo sans problème. Dans le même temps, BBA joue judicieusement avec les contrastes dans l’expression des deux voix, les passages entre l’ultra rapide et le plus lent, la violence extrême et une certaine légèreté. Au vu du nombre de concerts et festivals où le groupe va se produire, le milieu de la musique a bien compris ce à quoi ces types étaient capables. Pour enflammer les scènes cet été, toutes les armes sont à leur disposition.

Khaos

Tracklist :

  1. Here Comes The…
  2. Comfortable Hate
  3. Let’s Start Again
  4. The Point Of No Return
  5. Rescue From This World
  6. Land Of Bastards
  7. Rise Up
  8. Into The Void
  9. On Fire
  10. The Poison
  11. Tears Of Hate
  12. They Say
  13. As A Lion

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/BLACKBOMBA.OFFICIEL

Soundcloud : https://soundcloud.com/black-bomb-a