Klone – Here Comes The Sun

Posté le : 16 avril 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Klone - Here Comes The Sun coverKlone,originaire de Poitiers, n’en n’est pas à son coup d’essai, loin s’en faut. Le groupe vient nous livrer ici sa septième création discographique. Sa première trace discographique remonte à 2003 avec l’opus Duplicate. Puis, vinrent High Blood Pressure en 2004, All Seeing Eye en 2008 et Black Days en 2010. Un EP a vu le jour en 2011, The Eye Of Needle ainsi que The Dreamer’s Hideaway en 2012. La formation se compose de Yann au chant, Guillaume et Aldrick aux guitares, Jean Etienne à la basse, Florent à la batterie et enfin, Mathieu au saxophone et claviers. Dernier détail, son album sort chez Verycords/Klonosphère/Warner/PHD. Tout est dit, c’est parti.

Genre : Metal/Rock/Psyché – Sortie : 9 mars 2015

Genre : Metal/Rock/Psyché – Sortie : 9 mars 2015

Tiens, voilà le soleil ! Le printemps est là avec son cortège d’oiseaux et tout le bazar qui accompagne et caractérise cette saison. Mais nous ne sommes pas là pour un nouvel épisode de « très chasse, très pêche » que seuls les insomniaques connaissent. Voilà donc le soleil, il est là et il chauffe, il va même chauffer très fort ce soleil là. Il y a fort à penser que les huit êtres se trouvant sur autant de perchoirs de cette très belle pochette ne vont pas tarder à rôtir sous les effets de l’astre solaire que l’on aperçoit poindre au travers de ce ciel menaçant. Oui, la pochette est superbe, mais pas seulement. La beauté revêt aussi une forme auditive. Les premières notes d’Immersion posent un cadrage d’évasion ou l’impression de planer au-dessus de fjords sans fin vous envahit. Immersion dans l’émotion où la voix de Yann vous sert de véhicule tout au long de ce premier titre composé en forme d’échappatoire à la morosité. Il y a des petites choses qui font penser au Floyd, le Pink, pas le rose, même si Pink c’est rose. Enfin, vous voyez ce que je veux dire. Une très belle entrée en matière qui se poursuit avec Fog. Là encore, le planant et la volupté dominent les débats. Il faut dire qu’avec un son touchant au parfait, la tâche est rendue plus aisée. Le son des guitares est superbe, le grand Carlos Santana en serait fier.

Le chant est le fil rouge de cet album. Une voix toute en rondeur, suave et équilibrée. C’est presque parfait. Bien sûr, ici, le Metal est très poli et l’on ne pense pas Metal, d’ailleurs, on pense musique avec un grand « M ». Ces p’tits gars sont passés maîtres dans l’art de la mélodie salvatrice mais aussi dans celle possédant le nécessaire brun de mélancolie. Le son de la basse sur le troisième titre Gone Up In Flames est juste magnifique. The Drifter vous transporte encore plus loin, plus haut. Regardez comme c’est beau, vu de là-haut. Cette musique pourrait accompagner n’importe quel road movie solitaire ou toute autre quête à la recherche de soi. Nebulous poursuit dans la même veine mais en se montrant plus enlevé, par le biais des guitares qui prennent les deux premières places sur le podium de ce morceau. Gleaming, titre instrumental, se fond parfaitement dans l’ensemble et quoi de mieux pour l’écouter que de fermer les yeux ? Rien d’autre. Grim Dance se montre plus « costaud » au regard des autres titres et le groupe s’en tire une fois de plus à son avantage. Quand le talent est là, comment penser à la mauvaise surprise ? Come Undomeet surtout The Last Experience achèvent de confirmer, s’il en était besoin, la qualité évidente en termes de compositions. L’accélération en milieu de titre est parfaite, tranchant avec le rythme affiché de la batterie. Du très bon travail tout cela. D’ailleurs, la batterie ne veut pas se montrer en reste et se fait entendre tout spécialement en fin de titre, une dernière expérience sans doute. Pour finir le voyage, le groupe nous gratifie d’une reprise de Summertime, très personnelle mais je dois avouer, très réussie. Une fois de plus.

Klone possède sa sphère, propre à lui-même et unique en son genre. Cet album est le compagnon parfait pour vous évader, vous ressourcer, planer avec ou sans cône et plus simplement apprécier ce qu’est la beauté. Amis metalleux et amies metalleuses, ce petit bijou en regorge, alors ouvrez votre univers à ce groupe aussi grand que vos oreilles peuvent l’être et profitez, car la grâce ne nous entoure pas tous les jours. Mais aujourd’hui, c’est le cas.

Pat

Tracklist :

  1. Immersion
  2. Fog
  3. Gone Up In Flames
  4. The Drifter
  5. Nebulous
  6. Gleaming
  7. Grim Dance
  8. Come Undome
  9. The Last Experience
  10. Summertime (reprise)

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/KLONEBAND

Site Internet : http://klonosphere.com/klone/

Soundcloud : https://soundcloud.com/kloneofficial

 

  1. harry_beau dit :

    Cela reste mon avis, mais pour moi l’album est la suite logique des 2 précédents Black days étaient sombre , puissant, avec the Dreamer le groupe reprenait un peu « espoir » et là ils ont enfin trouvé la lumière et cela se ressent tout le long de l’album, qui sont aériennes et subtiles, un vrai travail d’orfèvre.
    Le seul regret , c’est que la plupart des gens ne seront jamais au courant qu’ils viennent de passer à côtè d’une merveille auditive !!!