Evolvent – Whatever Happens

Posté le : 23 avril 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Evolvent - Whatever Happens coverEvolvent ne m’étais pas inconnu avant que le label Dooweet sollicite notre webzine pour cette chronique. J’avais en effet eu l’occasion de les découvrir sur scène fin 2013 et, d’emblée, quelques points forts m’avaient marqués. Tout d’abord, la voix très mélodique d’Emma qui réussissait une belle prestation, malgré une salle pas très bien sonorisée. De plus, les nappes de piano permanentes de Sébastien donnaient une couleur gothique et une musicalité assez différente des groupes symphoniques habituels. Un petit air de Theatre Of Tragedy, sans les voix growl masculines. Cependant, l’ensemble péchait légèrement par un manque de variété, principalement au niveau du rythme. Je suis donc très curieux de suivre l’évolution du groupe depuis, surtout après l’Ep Human Instinct (2014) qui fut déjà de bonne facture.

Genre : Metal mélodique - Sortie : 2 mars 2015

Genre : Metal mélodique – Sortie : 2 mars 2015

Il est vrai que lors du concert précédemment évoqué, Emma interprétait surtout des morceaux écrits alors qu’elle n’était pas encore la vocaliste du groupe. D’ailleurs, l’ensemble du combo a été profondément renouvelé autour du fondateur Sébastien. Nous trouvons donc aujourd’hui aux guitares Clément qui participe aussi activement à la composition. Sur l’album, le bassiste est Matthieu mais il a été remplacé depuis peu par Ludovic et la batterie est tenue par Frédéric. Voyons donc de plus près cette nouvelle création illustrée par une très jolie pochette tout en mouvement.

Tout démarre par un titre instrumental qui vise à nous plonger dans le bain. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il réussit son effet car l’imagination peut partir dans toutes les directions grâce à une mélodie fortement accrocheuse. Semblable au générique d’un film d’aventure, les claviers, synthétiseur et piano, nous montrent où est installé le capitaine du bateau. Sébastien nous laisse nous absorber par l’atmosphère, avant que quelques petites secondes séparent ce titre nommé Dawn du suivant, Win Or Die. Là, la barre est laissée au second, Clément, qui nous gratifie d’un riff d’introduction entrainant. Par rapport aux impressions décrites précédemment, Evolvent a muté d’un style moins gothique et plus symphonique. Ce titre et d’autres de l’album pourront faire penser au Nightwish des débuts ou à Xandria. La belle voix d’Emma chantée avec la technique du champ lyrique accentuera cette impression. Cependant, là où Evolvent garde son identité, c’est par l’entremise de ces notes de piano qui agrémentent les compositions. Posées comme des gouttelettes de pluie, parfois en avant et d’autres fois plus en retrait, elles créent une autre mélodie que celle effectuée par la vocaliste. Une marque personnelle de la part des franciliens. Je parlerais de Love Doesn’t Love Me car le clip est visible dans le lien plus bas, même si à mon sens ce n’est pas le meilleur titre de l’album. L’agrément principal de ce morceau est l’apport d’Alexandre Warot au chant growl. Mixé légèrement plus en retrait que la voix d’Emma, il me laisse penser qu’un membre permanent du groupe apprenant à growler serait un apport intéressant. Alexandre est d’ailleurs aussi l’enregistreur et mixeur de l’ensemble du disque, qui est très bien réussi. Seule la guitare basse est un peu noyée dans le reste de la musique, mais c’est un fait habituel dans le Metal Symphonique.

Our Fate est aussi à souligner, car c’est une ballade poignante qui met parfaitement en avant les deux points forts de Evolvent. Le piano nous gratifie d’une atmosphère mélancolique pendant qu’Emma excelle dans les vocalises. Tous les ingrédients pour tirer quelques larmes, alors que Clément pose sa six cordes pour soutenir la composition avec une clarinette, ce qui apporte un atout supplémentaire à l’ensemble. We Are, la composition qui suit, est ma favorite de l’album. L’introduction aux chœurs puissants et mélodieux est embellie par des nappes de synthés imposantes. Trente secondes plus tard, après un silence, la guitare place un arpège léger afin de laisser se poser les deux colombes. Emma sera accompagnée pour ce chant par Oxy Hart, la vocaliste du groupe Seadem (Electro aux influences Trip/Hop). Les deux cantatrices vont nous en mettre plein les oreilles. Le mélange de leurs timbres de voix sonne merveilleusement bien. La couleur est donnée par le contraste entre les refrains qui sont très puissants et accrocheurs, alors les strophes sont plus épurées. Vers le milieu du morceau, celui-ci prend une autre dimension grâce à une accélération de rythme. Soulignons à ce propos le très bon travail de mise en perspective effectué par Fred. Encore une preuve que pour être un bon batteur, inutile d’excéder dans la force. Je ne pourrais pas oublier le titre éponyme qui est lui-aussi très bien construit. Whatever Happens est un hymne aux paroles encourageantes, puissamment posées. De nombreux passages du calme vers le plus intense donneront toute sa force à cette composition qui est aussi l’une des plus réussies de l’album. Enfin, Siempre permet à Emma de nous chanter quelques phrases en espagnol avec l’aide de José Castillo qui n’est autre que le fils d’un ancien membre de Gypsy Kings. Un titre qui comporte aussi une couleur différente. Clément laisse résonner le cœur d’une guitare acoustique mélodieuse, alors qu’un violon joué par Isabelle Hemant fait son apparition. L’album se termine sur cet air calme aux sonorités ibériques.

Pour conclure, sans vouloir faire un mauvais jeu de mots, Evolvent a bien évolué depuis Delusion, son dernier album complet sorti en 2011. L’ensemble garde ses points forts, une voix mélodieuse ayant succédée à une autre, chacune avec sa personnalité. Le piano est toujours présent par ses petites touches qui octroient à Evolvent une marque personnelle, mais les compositions sont plus variées. Clément à la guitare prend aussi une place importante en apportant ses inspirations. De plus, les amis du groupe invités sur cet album ajoutent chacun une spécificité intéressante, ce qui laisse à l’auditeur un album avec différentes facettes. Celui-ci est très agréable à l’écoute. Sans les grands moyens de certaines formations étrangères du Metal Symphonique, voilà un de nos dignes représentants qui progresse à chaque nouvelle création. Evolvent n’a pas à rougir, le talent est bien présent.

Khaos

Tracklist :

  1. Dawn
  2. Win Or Die
  3. Hurricane
  4. Love Doesn’t Love Me
  5. Our Fate
  6. We Are
  7. Over Seasons & Time
  8. Embrace
  9. Whatever Happens
  10. Siempre

Liens :

Site Internet : http://www.evolvent-band.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/EVOLVENT-OFFICIAL/213082918739395

Clip de Love Doesn’t Love Me : https://www.youtube.com/watch?v=LLGFJ–jaNc

  1. […] groupe de Metal symphonique parisien Evolvent, dont nous avions chroniqué le dernier album il y a quelques mois, connaissent un changement majeur en cette fin d’année. Suite au départ de […]