Dust In Mind – Never Look Back

Posté le : 01 mai 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

w24045492_Dust_In_Mind_NLB_coverAprès avoir sorti un Ep en 2013, Dust In Mind s’est lancé dans la rédaction d’un album. C’est donc de Never Look Back dont le groupe a accouché, une galette très prometteuse. Au niveau de la pochette, c’est un fond couleur poussière avec les symboles du quintet qui vous attend, le même que celui de l’Ep mais avec le titre du Cd légèrement excentré.

<br/>

<br/>

Genre : Metal - Sortie : Mai 2015

Genre : Metal – Sortie : Mai 2015

Lançons le Cd et écoutons l’introduction qui présente le contexte. Titre très court, il s’agit plus d’une petite mélodie et des paroles plutôt qu’une chanson avec, au départ, un bruit de pluie qui laisse place au fur et à mesure à une entame bien ficelée. S’ensuit How Can You, avec un démarrage fulgurant et un rythme soutenu. Le groupe s’appuie principalement sur Jen, même si Dam n’est pas en reste avec ses growls. La batterie, utilisée comme peu le font, lance coups sur coups avec une légère préférence pour ses cymbales. Le rythme bien marqué permet un headbang facile et léger pour échauffer vos cervicales. Les riffs des guitares claquent secs tandis que la basse joue plus dans la discrétion. Passons à Never Look Back, un titre très sombre et traînant. Ici, ce morceau est plus tranquille, préférant quelques explosions de puissance. Le meilleur exemple en est la batterie avec ses blasts rapides et maîtrisés alors que la guitare est plus mesurée. La basse de Matt vibre joyeusement entre ses mains, même si elle est encore un peu cachée. Le sympathique solo de basse permet d’ailleurs de s’en rendre compte aux alentours des 2’50. Continuons avec Give Up, piste qui commence par un bon coup de growl de la part de Dam. Un rythme un peu simple au début laissera place à des patterns plus puissants et subtils. Ici, le rapport chant féminin/masculin est plus équilibré, laissant apprécier un mélange très fonctionnel. Les effets qu’envoie la batterie sont excellents, les guitares bien mises en valeur et laissant la basse bien seule. Sautons à Real Nightmare. Un petit son poussiéreux qui rappelle un temps révolu depuis longtemps, celui de l’Égypte antique. Le titre, assez long, prend son temps pour s’élancer avec cette fois une basse bien poussée, une maîtrise impeccable de la batterie avec les coups de double pédale et le fond sonore de cymbales. La musique se fait paradoxalement plus calme et moins présente lors des growls que du chant clair, avec quelques passages remarquables comme celui à 3’33. Les guitares ne sont pas en reste avec des riffs pas forcément complexes mais joués avec précision. La suite avec Farewell et sa mélodie assez particulière. Préparez-vous pour un martelage en règle de la batterie dans les vingt premières secondes avec un riff de guitare appuyé. Le chant se fait traînant et la basse a de nouveau disparue, mais vous pourrez lâcher quelques cervicales en route avec le rythme 1-2-1 de la batterie. Finissons par My Departure, titre le plus long du Cd avec ses 6’26. Cela commence par un petit riff tranquille à la guitare et dès que la batterie arrive avec son rythme, on se sent petit. On se laisse bien vite aspirer par cette chanson qui ne demande que ça. C’est un concentré de riffs répétés mais très bien exécutés qui vous laissera avec l’envie d’en entendre encore.

En bref, un Cd à ranger dans une bonne place de votre étagère entre du Ossonor et du Amon Sethis, même si la musique est globalement plus violente. Laissons-les profiter d’un repos avant de préparer de nouvelles chansons et de partir en tournée.

Diamond

Tracklist :

  1. Intro
  2. How Can You
  3. I Love As I Hate
  4. Never Look Back
  5. The Slave Of Man
  6. Give Up
  7. Frozen Smiles
  8. Real Nightmare
  9. Farewell
  10. Toxic
  11. My Departure

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/DustInMindMusic?fref=ts

Site officiel : http://www.dustinmind.com

  1. […] était déclenché. Leur nouvel album nous était bien parvenu et Diamond en avait fait la chronique mais nous avons droit à quelques petits changements […]