Shuffle – Upon The Hill

Posté le : 27 mai 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Shuffle - Upon The Hill coverShuffle est originaire du Mans. Et au Mans, on fait de la musique. La preuve, le groupe a déjà sorti un premier EP en 2012 et intitulé Desert Burst. Après nombre de concerts, le combo nous revient cette année et vient de sortir son premier album Upon The Hill, distribué par M & O Music. La troupe se compose de Jordan à la guitare et au chant, de Sullivane aux claviers, de Jonathan à la basse et enfin d’Alex à la batterie. Grimpons sur la colline pour avoir notre point de vue sur cet album vu de là-haut. Go.

<br/>

Genre : Alternative Rock – Sortie : 23 mars 2015

Genre : Alternative Rock – Sortie : 23 mars 2015

Le propre, c’est frais et ça sent bon, c’est bien connu. Mais l’aseptisé serait de trop. Shuffle semble avoir déjà assimilé tout cela et, dès le premier titre Tomorrow’s relics, ce sentiment domine. Le son est terriblement propre et clair, ça sonne juste comme il faut. La mélodie fait le reste. Le chant est bien en place et cette voix résonne première classe. Mr. Broom, le deuxième titre, s’annonce plus énergique et démontre là aussi tout le talent à fleur de peau de ce quatuor que l’on penserait venu d’outre-Atlantique tant il affiche un haut niveau. Oui, il a bien des accents pris ça et là au légendaire Deep Purple, ou encore chez les fous de Foo Fighters. Mais il y a aussi ce timbre de voix, déjà évoqué, mais qui fait penser à votre serviteur du jour au très regretté Guy Speranza du grand Riot, que seuls les plus anciens d’entre-nous connaissent. Touchant sur ce point. On parle de Rock alternatif ici mais on peut aussi parler bien sûr de Metal, même si celui-ci n’est pas le plus noir. La musique de Shuffle est un souffle apaisant capable de vous bercer mais aussi de faire claquer les portes quand il le faut. No time, le titre suivant, aurait pu figurer au générique du Cinquième élément de Luc Besson, et lui aurait été comme un gant. Ecoutez, vous verrez. Il n’y a pas à dire, cet album vous met de bonne humeur et rien que pour cela, c’est déjà une réussite. Les riffs proposés sur les morceaux délivrent assez d’énergie pour filer la niaque à n’importe quel dépressif. Withdrawal est une bonne petite claque et un morceau particulièrement bien conçu, alternant moments de repos et accélérations vocales, servies sur un plateau par une guitare qui fait le boulot, et du bon boulot. Subtil distillateur de beauté faisant penser par moments à des groupes de pop anglaise de qualité, comme sur le titre Nobody
Cares, cette musique ravira quiconque daignera se donner la peine de la respirer à pleins poumons. Le solo de guitare sur ce titre est court mais en dit long sur la classe que le groupe possède. Ce dernier est passé maître dans les intros de ses compositions. Pas une seule ne tombe dans la mièvrerie, toujours bien pensées, toujours bien construites, rares et touchant au magnifique. Le moral au beau fixe pour la journée, voilà ce qui vous attend à l’issue de l’écoute de cet album. Des titres comme Is It Real, Northern Lights (encore une intro juste splendide) et Crazy auront fini de vous convaincre. Prétendre l’inverse est impossible et même un malentendant resterait bouche bée devant tant de justesse musicale. Profitez, écoutez, vivez et adorez cette galette. Parole de Sons Of Metal.

Shuffle vient de nous gratifier d’un album capable de faire monter sa musique très haut dans le ciel. Bien au-delà de la colline qu’il visait, le groupe vient de franchir une montagne. À ce rythme-là, il dépassera bientôt son Everest et rien ne sera trop haut pour lui. Shuffle c’est fort, alors arrêtez-vous sur cet album amis et amies métalleuses, et faîtes passer le message.

Pat

Tracklist :

  1. Tomorrow’s Relics
  2. Mr. Broom
  3. No Time
  4. Withdrawal
  5. Nobody Cares
  6. Better For Both
  7. Schizophrenic Maze
  8. Is It Real
  9. Northern Lights
  10. Crazy

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/Shuffleofficialpage

Site Internet : http://shuffle-musik.com/

  1. […] avons tout de suite été sous le charme de cette musique terriblement bien ficelée et envoutante (lire la chronique de l’album). Alors quand nous avons su que les Manceaux étaient de passage à Paris, nous en avons profité […]