Wild Dawn - Bloody Jane's Shore coverWild Dawn est originaire d’Orléans et compte à son actif deux autres productions nommées Double Sided et Pay Your Dues. Le groupe évolue sous la forme d’un quatuor et se compose de Greg à la guitare rythmique et au chant, de Romain à la guitare solo, d’Alex à la basse et aux chœurs et, enfin, de Morgan à la batterie. Le groupe vient nous balancer son nouvel EP de neuf titres dont trois en version « non branchée » comme disent nos cousins québécois. Asseyez-vous, prenez une bière et mettez vous à l’aise, c’est parti.

Genre : Rock’n’roll – Sortie : 13 avril 2015

Genre : Rock’n’roll – Sortie : 13 avril 2015

Rock’n’roll qu’ils disaient. Ici, ça sent la poussière, les bottes usées, la graisse et une certaine idée du sud. Saint-Tropez, demande l’idiot ? Mais non, il s’agit bien sûr ici de ce qu’on appelait les états confédérés d’Outre-Atlantique. Alors, aficionados du genre et hors-la loi de tous bords, sortez casquettes grises, foulards rouges, santiags en serpent et le mescal. Rock’n’roll qu’ils disent. Et Rock’n’roll il y a. Decay, premier titre, vous en envoie une bonne bouffée de Rock teinté blues. Oui, la musique de Wild Dawn baigne dans le Rock and roll, joué de manière assez brute, dans un esprit pas si éloigné que cela de Motörhead, mais dans l’esprit principalement car on trouve ici plus de subtilités que chez le légendaire trio. Smite délivre lui aussi son lot de décibels à la pelle comme s’il pleuvait sur vous une rivière de notes que vous prendriez en pleine tête. Le solo de guitare sur le titre affiche autant de puissance qu’un mustang rendu fou par un millier de piqûres d’insectes. Avec Bloody Jane’s Shore, on monte d’un cran dans l’intensité et l’envie de bouger arrive très sérieusement. Songez à faire de la place dans votre chez vous si vous ne voulez pas tout exploser en moins de quelques secondes. Ces p’tits gars-là jouent l’essence même du Rock, la recette énergie/dépense/riffs et rythmes qui claquent est parfaitement connue et maîtrisée par la tribu. Le chant de Greg passe très bien et sans se montrer surpuissant, il sait être l’équivalent et le parfait penchant aux instruments. Tout cela passe vraiment bien. Comme The End Of Everything, autre titre qui résonne encore plus accrocheur que ses prédécesseurs. Le refrain saura vous scotcher pour un bon petit moment et il ne sera pas si facile que cela de vous le retirer de votre tête.

Reste debout ami metalleux et écoutes avec attention le morceau qui suit. King Of An Empty Castle sent la poudre et quelque chose qui ferait penser aux amis de Red Fang. Oui, carrément et c’est bien là un énorme point positif. Le vieux metalleux que je suis aura décelé aussi dans ce titre des accents de l’immense Thin Lizzy, autre gage de respect. Mais Wild Dawn possède sa propre marque de fabrique et c’est tant mieux. Mais que ce titre fait du bien. Secoues la tête et reprends une bière, ça fait du bien et on se sent terriblement bien. Là encore, le solo de guitare est à qualifier d’excellent. C’est le titre phare, point barre. War vient clore le festival en affichant lui aussi une volonté de fer quant à mener cet EP vers une réussite complète et totale. Et c’en est très proche car avec un son comme celui-ci, les compos s’en trouvent d’autant plus renforcées. Et puis plus aucun doute n’est permis, Romain le guitariste soliste de son état distribue les notes comme une mitrailleuse ses cartouches. C’est fort. L’EP se poursuit avec trois titres réarrangés et issus de leur précédent album, dans une version acoustique cette fois. L’impression de grands espaces est encore plus forte et ça sent le western crasseux, le saloon bien chaud rempli d’âmes perdues dans l’alcool ou dans un autre endroit d’ailleurs. S.A.D évoque cela parfaitement et cette voix n’en fini pas de planer, emmenant avec elle ces excellents accents bluesy. Youpi. Mention spéciale pour Stone Cold Motherfucker, véritable titre infernal écrit probablement à Crossroads même. Le Blues et rien d’autre. Juste un peu de bottleneck pour vous faire goûter aux bayous inquiétants de Louisiane. Better Days vient clore la galette avec la promesse de jours meilleurs. Bonne nouvelle, ils sont déjà là.

Wild Dawn vient de se tracer une voie rapide au travers des bayous, des déserts du sud et des terres redneck. Les arrêter ? Impossible, ils sont armés et dangereux. Leur musique est aussi efficace et dévastatrice qu’un fusil à canon scié, alors écartez-vous, laissez passez ces p’tits gars-là et votez pour eux. Il y a des nouveaux sheriffs dans le coin qui viennent d’arriver.

Pat

Tracklist :

  1. Decay
  2. Smite
  3. Bloody Jane’s Shore
  4. The End Of Everything
  5. King Of An Empty Castle
  6. War
  7. S.A.D. (acoustique)
  8. Stone Cold Motherfucker (acoustique)
  9. Better Days (acoustique)

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/wilddawn

Site Internet : http://wilddawn.com/

Ecoute de Bloody Jane’s Shore sur Soundcloud : https://soundcloud.com/wilddawn/sets/bloody-janes-shore