Mississippi Bones - Songs For The Rejects coverMississippi Bones est né en 2009 et est originaire de Hardin County, dans l’état de l’Ohio (oui, tout le monde n’a pas la chance d’être en Californie). Le groupe est déjà l’auteur de deux précédents albums qui sont Mississippi Bones sorti en 2010 qui s’est avéré acéré et excellent, puis Tracks, sorti en 2012. Le combo vient nous présenter ici sa troisième galette au titre improbable. Le combo se compose de Dusty Donley à la guitare, de Jared Collins au chant, de Derik Dsunson à la guitare, de Jason Rector à la basse, de Jason Miller à la batterie et, enfin, de Heather Collins pour les chœurs. Mettez vos bottes, on part patauger dans la mélasse, bienvenue en terre plouc. Let’s go.

Genre : Stoner Rock – Sortie : 24 février 2015

Genre : Stoner Rock – Sortie : 24 février 2015

Avant de passer au contenu, prenez le temps d’inspecter dans les moindres recoins cette pochette assez géniale. Inutile d’en dire plus et découvrez cela par vous-mêmes. L’Ohio est un état dit « clé » lors des élections américaines, pourquoi ? Parce qu’il est un reflet de ce qu’est la population des Etats-Unis. Des universités prestigieuses comme celle de Colombus, une très renommée équipe de football universitaire avec cheerleaders en jupettes, les dimanches avec bbq, Budweiser et une certaine idée de « l’american way of life ». Mais comme tout état du Midwest qui se respecte, on y trouve aussi son lot de péquenots, on dira « rednecks » en version originale parce que ça fait plus classe quand même. Mais ce n’est pas nécessairement péjoratif, mais un peu quand même. Jetez un coup d’œil à la photo de groupe présente sur la page d’accueil de leur site Facebook. Vous remarquerez que l’un arbore un splendide T-shirt Star Wars, un autre porte le T-shirt d’un astronaute sur la Lune posant avec le drapeau de l’état de l’Ohio ! Enfin, un autre p’tit gars pose avec un T-shirt « bullet club ». Tout cela devant un champ de maïs. De belles têtes de vainqueurs comme l’on dit chez nous. Mais c’est cela qui est bon ! Ces mecs et cette fille ont tout compris ! Ok, vous ne leur laisseriez pas votre chat en garde parce qu’ils le boufferaient sûrement mais ils sont dans le vrai. « Pourquoi », demandes-tu ami metalleux ? Mais parce qu’ils font une musique de malade, voilà pourquoi ! Oui, la musique de Mississippi Bones est une moissonneuse batteuse lieuse de compétition estampillée John Deere et qui serait passée faire un tour chez « Pimp my ride ». Si le titre de l’album vous parait incongru, les titres des morceaux le seront tout autant. Pour la majorité d’entre eux, ils sont pour le moins décalés voire illuminés. Trop de créativité ? Trop de fumée ? En tous cas, de l’efficacité.

Larry The Martyr, premier titre balancé en pleine tête, riff agressif, voix chaude, chœurs en place, vague de décibels. C’est gras, c’est huileux comme un sandwich de porc dégoulinant de sauce barbecue que vous mangez adossé à une grange poussiéreuse. Une entrée reçue comme un coup de fouet. Le Stoner est à l’heure, mais pas uniquement. Le sens aigu du refrain en fait un plus incontestable, sentiment vérifié avec le titre suivant Scaly Wags And Ne’re Do Wells qui s’impose facilement grâce à une énergie non dissimulée. La qualité du chant est probante, une voix aussi chaude qu’un rocher laissé au soleil de la vallée de la mort. Les textes sentent bon le mauvais goût, les mauvaises blagues et la musique est à la hauteur de tout cela. Il y a de véritables titres pouvant tourner en autant d’hymnes comme Geology 101 ou bien encore If You Find Hell Lonely, titre assez lent, lourd et carrément superbe. Fermez les yeux, vous n’êtes pas seul, la musique de Mississippi Bones tantôt Metal, tantôt proche du Blues que l’on joue dans les marais glaiseux vous entoure. Mieux, vous enlace. Ces six-là sont forts, très forts. Sans en épouser la musique, il y a de la graine de Lynyrd Skynyrd dans ce groupe. Il en a la même étincelle en tous cas. Besoin d’une autre preuve ? Mais courrez écouter The Real Housewives Of Alpha-Centauri VII, on croirait entendre le légendaire Blackfoot, héro du Rock sudiste. Ils m’en mettraient presque la larme à l’œil ces abrutis-là. Tout est bon et tout passe bien, les soli de guitares, les breaks et autres rythmes cassés. Et le passage vocal sur Logical Grace est terrible.

Vous avez maintenant compris que cet album ne recèle que du tout bon, c’est un pur bonheur que d’écouter tout ça. Nobody’s Witnesses en rajoute une couche, direct dans la bouche, tu es compté huit et tu te couches. La fin se profile mais pas avant d’entendre Voyages Of The Starship Socalize, véritable incitation à la démence, un véritable déclencheur de circle pit ambulant. Tu es sur les genoux mais tu as encore assez de force pour entendre le clap de fin. Ballade indescriptible que cet Apoceclectic Visions, un morceau proche de la transe flirtant avec le spirituel ou des impressions divagantes d’un post-cône. L’accélération finale terminera d’achever votre danse du feu autour du bar local. C’est fini. Reposes-toi maintenant mon ami.

Mississippi Bones possède une réelle capacité à devenir un sacré monstre, peut-être même un monstre sacré. Ce troisième album est l’égal de leur premier opus, la maturité en plus. L’ignorer serait une faute, le Stoner/Rock/Blues proposé ici est vendu en toute légalité. Profitez-en amis metalleux et amies metalleuses, le dépaysement musical est garanti. Mississippi Bones, je vous aime.

Pat

Tracklist:

  1. Larry The Martyr
  2. Scaly Wags And Ne’re Do Wells
  3. Geology 101
  4. In Regards To Euphory, Entropy, And Transdimensional Ecologists
  5. The Electric Church
  6. If You Find Hell Lonely
  7. The Real Housewives Of Alpha-Centauri VII
  8. Logical Grace (An Automaton Hymn)
  9. All Wells That End (Are We Having Fhtgan Yet)
  10. Nobody’s Witnesses
  11. Voyages Of The Starship Socalize
  12. Apoceclectic Visions

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/mississippibones

Bandcamp : http://mississippibones.bandcamp.com/