Maleficentia - Finis Gloriae Mundi coverMaleficentia est originaire de la région parisienne et a vu le jour en juin 1998. Leur premier album Born Of Steel And Fire sort au printemps 2000. Après plusieurs changements de line-up, un second album dénommé Under The Banner Of Suffering sort en 2003. Un troisième album se trouve enregistré et le groupe cherche un label afin de le distribuer. Enfin, son quatrième album Finis Gloriae Mundi sort chez Khaosdivision et le groupe s’affiche prêt à affronter le monde.

<br/>

Genre : Black Metal symphonique - Sortie : juillet 2014

Genre : Black Metal symphonique – Sortie : juillet 2014

Enfin un groupe qui correspond à la saison dans laquelle nous sommes, le printemps et ses couleurs, les odeurs venant des fleurs. Vous aimez cette saison et ces éléments ? Oui ? Et bien, vous n’êtes pas au bon endroit alors foutez le camp d’ici. Ici, il fait sombre, il fait noir et il n’y a pas ou très peu d’espoir. Amis metalleux et amies metalleuses, bienvenue dans le néant. De Black Metal symphonique, il s’agit. On passe l’intro se voulant assez lugubre et inquiétante pour tomber sur le premier titre de cet album, Among Wilted Hellebores qui pose les bases de la musique du groupe. Il saute aux oreilles et non aux yeux, car l’on n’a jamais écouté avec les yeux, que le groupe possède un sens ultra développé de la mélodie, celle qui accroche et te pose une enclume dans chaque poche. Car c’est lourd et aérien en même temps. Voix macabre, éraillée par le mal ou la sorcellerie, voire les deux. Les synthés, bien sûr, ajoutent à la mélodie mais ce sont surtout les guitares qui tirent le tout vers le haut. Il n’en serait rien sans la section basse/batterie ou véritable machine à hacher menu que l’on n’en peut plus. Ici, les blasts ne font pas rire. Oui, ce premier titre est réussi. Il est d’ailleurs à l’image des autres titres de l’album qui savent se montrer hauts en couleurs et d’une grande richesse car le sens de la mélodie déjà décrit est une des armes de Maleficentia. Les musiciens ont véritablement la faculté de trouver des breaks de qualité. On se sentirait proche de certaines envolées lyriques sentant bon le Iron Maiden côté guitares, mais la comparaison s’arrête là car, là, nous sommes dans un registre proche du légendaire Dimmu Borgir et consorts. L’utilisation des claviers peut se montrer par moments trop importante mais on valide quand même.

Un seul reproche pourrait être fait au niveau du son, certes équilibré mais à la restitution un peu plate et manquant de relief. Attention, il n’en n’est pas mauvais pour autant, qu’on se le dise. The Colour Of Emptiness est un des titres majeurs de cette galette. La puissance touche presque au maximum, sur scène, ce morceau fera mal, très mal. Les titres passent, la musique s’égrène et laisse derrière elle une impression de terres dévastées par je ne sais quelles épidémies malfaisantes. The Crimson Path illustre cela parfaitement, un sentiment malsain entoure ce titre, efficace, et tu ne sens plus serein. Quelques dix-sept années plus tard, Maleficentia continue de jouer la carte de l’authenticité contre vents et marées. C’est tout à son honneur et c’est à souligner dans un monde où la compromission et le retournement de veste sont légions. My Last Curse et le dernier titre Finis Gloriae Mundi viendront prouver aux rares septiques ce que persévérance et sincérité veulent dire. Le dernier morceau est une vraie tuerie, n’ayons pas peur des mots, n’ayons pas peur des maux, tout cela est si beau. Aux non amateurs du genre, sachez dépassez vos limites, sachez dépasser vos habitudes et sachez appréciez la différence, sans aprioris aucun. Comme une certaine marque de produits capillaire, Maleficentia le vaut bien.

Maleficentia vient de par son quatrième opus se positionner parmi les fortes têtes du genre. Son album, sans révolutionner le genre, vient quand même insuffler du très bon au même genre. Nous avons là un très bon album qui mérite de s’arrêter longuement. Puisse ce dernier porter le groupe vers un destin que nous lui souhaitons aussi brillant que sa musique est noire.

Pat

Tracklist :

  1. Silence And Perdition
  2. Among Wilted Hellebores
  3. The Light Of The Temple
  4. The Colour Of Emptiness
  5. The Crimson Path
  6. Let The Vulture Sings My Empire
  7. Collapsed By Memories
  8. My Last Curse
  9. Finis Gloriea Mundi

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/Managemaleficentia