Elfika

Posté le : 22 juin 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Elfika coverC’est par sa courageuse initiative que le groupe francilien Elfika s’adresse à notre webzine afin que nous jetions une oreille sur sa première démo. La formation est composée du bassiste Emanuel, l’initiateur du concept. Celui-ci s’entoure rapidement de Laure pour le chant, Nicolas aux guitares, Yohan à la batterie et, enfin, Thomas aux claviers afin de mettre son projet à jour. Découvrons donc ce qui se cache derrière cette lumineuse pochette.

<br/>

Genre : Metal symphonique - Sortie : 30 mai 2015

Genre : Metal symphonique – Sortie : 30 mai 2015

Tout d’abord, remercions le groupe de nous avoir prévenu qu’il s’agissait d’une démo et non d’un véritable album. Dans le cas contraire, nous aurions dû fortement reprocher le travail de l’ingénieur du son derrière tout ça. En effet, si le mixage est correct, la prise de son et les corrections post-enregistrement manquent de précision. Certainement que le jeune groupe ne possède pas encore les moyens de certains autres de ses confrères. Ne soyons donc pas trop sévères sur ce point, nous ne pouvons exiger à personne plus qu’il ne peut donner.

Mirror Of Truth débute par une sonnerie d’alarme, celles qui se déclenchent lorsque Roger Moore, dans le rôle de James Bond, pénètre dans une base soviétique pour y mettre le bazar. C’est le clavier qui entre dans la danse en premier de manière assez calme, puis les autres instruments suivent plus énergiquement. Le tout se fait sur des sons électroniques qui agrémentent le morceau. La voix de Laure se pose doucement, nous découvrons un très beau timbre de voix mais avec, malheureusement, l’impression d’un placement aléatoire. Vers trois minutes trente environ, nous passons un interlude bien senti avant de terminer par le dernier refrain. Pour ce premier titre, l’impression est assez mitigée. Heureusement, le reste de la démo arrivera à monter en niveau. Infernoentame sa danse par les claviers en mode piano, avant de revenir vers des sonorités plus standards dans le Metal symphonique. Un petit air de Within Temptation, la voix reste cette fois-ci bien en place. Il y a un petit côté Liv Kristine (Leaves’Eyes) dans le timbre de voix. La modulation vocale sur les strophes ajoute un contraste intéressant. La basse n’est, pour une fois dans le « sympho », pas trop en retrait. La batterie suit avec énergie et bien dans le clic.

Là où un pas supplémentaire pourrait être franchi, c’est par une guitare mieux mise en avant. Si on entend bien la six cordes, des riffs plus diversifiés apporteraient une nette amélioration. One Day est la ballade et l’un des morceaux les plus réussis de la démo. Certes, elle rejoindra des sonorités déjà entendues ailleurs mais elle est agréable et porte sa propre identité. À noter le très joli et mélodieux solo de Nicolas. Broken Wings débute dans la vitesse et l’énergie grâce à une envolée des claviers bien suivie par la guitare. Un refrain bien trouvé au niveau de la composition, le morceau se montre convaincant et aurait peut-être mérité la première place sur cette démo. Il termine dans une belle symphonie avec des changements d’ambiance et prouve que ce groupe garde de la réserve sous la semelle. Lost In Life est une ballade langoureuse qui débute dans l’ambiance musique de films, le morceau prend une tournure plus énervée sur la fin mais ça reste gentil. Toutefois, là aussi, la composition montre son originalité et une recherche qui lui est propre.

Je conclurai cette chronique en félicitant déjà Elfika pour son courage d’envoyer sa toute première démo aux critiques. Je pense qu’ils le savent, les braves musiciens, que leur produit demeure encore imparfait. Quel serait le regard de nombreuses formations aujourd’hui sur leur première démo ? Certainement assez mitigé. Nous allons nous concentrer sur les points forts que nous ont montré les franciliens aujourd’hui, atouts sur lesquels ils pourront s’appuyer pour la suite. Nous pouvons déjà noter que si le groupe a choisi, comme beaucoup de congénères dans le même style, un nom qui finit en A, il ne nous offre pas musicalement un mauvais plagiat. La route que souhaite prendre ces jeunes gens est à explorer avec ses propres codes, même si certaines influences se ressentent par moment. Ensuite, soulignons le potentiel vocal de Laure qui ne demande qu’assurance et expérience pour monter encore d’un cran et pouvoir faire face dans un univers hyper concurrentiel. Je n’ai pas de doute qu’avec les moyens financiers d’une bonne production, Elfika saura tirer son épingle du jeu et rejoindre les bons élèves français du Metal symphonique.

Khaos

Tracklist :

  1. Mirror Of Truth
  2. Inferno
  3. One Day
  4. Broken Wings
  5. Lost In Life

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/Elfika

Bandcamp : http://elfika.bandcamp.com/releases