Unleash The Archers - Time Stands Still coverDans la ramification du Metal désignée comme « power », nous pouvons rencontrer des groupes avec des sonorités diverses. La musique que va nous proposer Unleash The Archers sera en effet assez éloignée d’un Power Metal romantique et symphonique. C’est plutôt dans les œuvres de bucheronnage que ces Canadiens de Vancouver vont nous entraîner. Les influences les plus proches seraient de préférence à chercher du côté des Germains de Helloween ou Gamma Ray. Ajoutons à tout cela une petite dose de Death mélodique et nous obtenons un savoureux mélange prêt pour l’explosion. Et puis, il y a cette particularité chez les Colombiens britanniques, le chant principal est assuré par une dame dont on voudrait bien savoir de quel coffre elle sort une voix aussi puissante. Comme quoi on peut se prénommer Britney et n’avoir rien d’une Spears. Son nom ? Slayes, effectivement plutôt un petit côté Slayer, s’il fallait choisir. Elle est entourée de quatre beaux bébés chevelus qui se présentent sous les patronymes de Scott Buchanan aux baguettes, Grant Truesdell et Andrew Kingsley aux guitares et Kyle Sheppard à la guitare basse. Les deux guitaristes donnent aussi parfois de la voix par leurs backings en chant clair ou growl. Time Stands Still est déjà le troisième album de UTA mais le premier produit par un label bien connu en Europe : Napalm Records.

Genre : Metal Power/Speed - Sortie : 26 juin 2015

Genre : Metal Power/Speed – Sortie : 26 juin 2015

Le court titre introductif déroule le tapis rouge de façon très mélodieuse et pourrait nous laisser l’impression d’un énième groupe de Power à tendance symphonique. Couleur choisie certainement pour nous intégrer dans la musique en douceur, car, pendant les neuf titres qui vont suivre, peu de répit sera laissé. Fozen Steel ne place aucun doute par l’intermédiaire d’un riff de guitare qui sonne comme chez Helloween. C’est rapide et précis, les deux guitares faisant les mêmes notes doublées à un autre endroit du manche. Puis, un cri aigu se fait entendre, à percer les oreilles d’un sourd. Les chœurs le soutiennent en chant growl par les deux guitaristes. Britney se montre en forme et c’est le genre de fille que vous n’allez pas trop tancer, au cas où elle serait susceptible. Les changements de rythmes sont légions, en fait c’est un mélange entre les armées du Mordor et du Gondor. UTA mêle habilement l’aspect lumineux habituel du Power avec un côté plus terrible hérité du Death. La batterie passe pendant ces passages en mode double pédale accélérée. D’ailleurs, le sieur Scott, derrière ses futs, est très doué. Une belle habileté dans plusieurs techniques, un jeu précis et qui donne la pêche. Pour le reste de ce titre, les riffs changent mais ils restent acérés telle une hache de bûcheron. Quant à la demoiselle, elle lance des vocalises sur plusieurs octaves grâce à la technique du falceto. Rob Halford n’a qu’à bien se tenir. Un dernier point et cela vaudra pour l’ensemble de l’œuvre, les soli sont hyper techniques, façon shredd, et joués à la manière du grand Maiden. Aucun des deux guitaristes n’est typiquement soliste, les deux s’alternent voir jouent des parties communes. Passons à présent par Hail Of The Tide qui enchaine de belle manière. L’intro atterrit de façon mélodique et lente justement comme les maitres britanniques de la NWOBHM, puis la rupture est franche et la batterie donne tout comme si les toms étaient des punchings balls. Britney growl alors que dans le refrain qui suit, elle retourne aux accents haut perchés typiques du Power Metal. L’alternance est de mise, on passe d’un style à l’autre comme lors de la douche écossaise, un coup ça caresse, l’autre coup ça mord.

Tonight We Ride poursuit sur un rythme effréné, vous pouvez visionner le clip au décor Mad Max en bas d’article. Le roll de batterie démarre doucement avant d’entrer dans la fureur, les riffs découpent tout, la grosse machine est de sortie. La vocaliste alterne les cris aigus et le chant très mélodique. Rage, émotions, technique vocale, tout est bien présent. Les guitaristes nous ressortent un shredd solo en partie en tapping. Crypt nous fait entrer directement dans le ventre de la bête, c’est Death, c’est extrême et ça apporte un réel plus à la musique du groupe. La basse, dont je n’ai pas encore parlé, n’est pas en reste d’excellent travail. Celle-ci propulse un son assourdissant qui demeure bien audible dans le mixage. Après cette intro en trombe, le refrain se montre étrangement calme mais monte en pression progressivement. Les soli partent dans toutes les directions tels des feux d’artifices et retour de passages Death. Des chœurs à l’atmosphère inquiétante font ensuite leur apparition, nous sommes bien dans la crypte. Dreamcrusher pourrait vous laisser l’impression qu’il s’agit de la traditionnelle power ballade, mais non. Avec un titre pareil et malgré une intro douce en arpège, lancer un slow ferait faire quelques tours de reins à votre dulcinée. Nous sommes là à nouveau dans une construction à l’inspiration proche de Iron Maiden, le méditatif et l’énergique se mêlent habilement. Ce morceau est assez long et la fin fait sortir les carnassiers du bois grâce aux voix saturées. Enfin, le titre éponyme se joue sur un rythme plus lent et lourd. L’ambiance est plus épique et cherche à laisser une trace dans les consciences pour finir l’album en beauté. Britney donne tout comme au début du disque, elle monte et redescend dans ses vocalises, toutes les vitres du palais sont brisées, la pièce peut se terminer.

Je vais être franc, Unleash The Archers, j’aime. Je ne découvre pas l’existence du groupe, dont certains extraits des anciens albums étaient arrivés jusqu’à mes oreilles. Cela dit, cette galette atteint le niveau supérieur par rapport aux précédents. Une production presque parfaite, un style personnel qui mêle habilement le Power/Speed, le Heavy classique et un Death Metal mélodique donnent toute l’originalité du groupe. Et puis, Bitney, quelle vocaliste ! C’est comme si vous étiez invité lors d’une fête, que vous voyez une belle jeune femme que vous voudriez séduire. Elle brille d’une belle apparence mais par intervalles réguliers, elle se transforme en démone, sort les griffes et les cornes. Capable de vous envoyer le plus beau baiser comme le poison le plus mortel. Quant aux costauds qui l’entourent, ils ont tous un sacré niveau. Après le passage de Unleash The Archers, nul doute qu’il ne reste plus beaucoup d’arbres dans les forêts de Colombie Britannique.

Khaos

Tracklist :

  1. Northern Passage
  2. Frozen Steel
  3. Hail Of The Tide
  4. Tonight We Ride
  5. Test Your Metal
  6. Crypt
  7. No More Heroes
  8. Dreamcrusher
  9. Going Down Fighting
  10. Time Stands Still

Liens :

Site Internet : http://www.unleashthearchers.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/UnleashTheArchers

Clip de Tonight We Ride : https://www.youtube.com/watch?v=UOvZKJlrtk8

Trailer album Time Stands Still : https://www.youtube.com/watch?v=nJHxvVB_khY