Ina Ich – Ma Chair Et Mon Sang

Posté le : 30 juin 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Ina Ich - Ma chair et mon sang coverC’est pour vous partager une petite découverte que je souhaite vous présenter un groupe qui donne la pêche : Ina-Ich. Le Rock français n’est donc pas mort avec la fin de Noir Désir, je le savais déjà par Shaka Ponk qui comble les salles et offre une musique de qualité, ce sera aussi le cas de Ina-Ich qui a pu faire leurs premières parties à plusieurs reprises. Le groupe évolue actuellement sous la forme d’un trio, même s’il y eut plusieurs autres musiciens. La figure de proue de ce petit groupe se nomme Kim-Thuy Nguyen, chanteuse dont les inspirations diverses et variées créent le décalage et l’identité propre à Ina-Ich. D’ailleurs, le nom du groupe est issu de sa langue d’origine, il désigne un son persistant et dérangeant, en vietnamien. D’une formation classique, elle trouve volontiers son souffle dans le Metal, d’où notre intérêt. Elle site volontiers Nine Inch Nails, Marilyn Manson, Nirvana ou encore Rage Against The Machine. Cela dit, Kim reste une artiste éclectique et elle cherche son inspiration tout autant chez Björk, Frédéric Chopin ou Léo Férré.

Genre : Rock Alternatif - Sortie : 18 avril 2015

Genre : Rock Alternatif – Sortie : 18 avril 2015

C’est autour de cet étonnant mélange des genres que va se greffer le batteur Aurélien Clair, puis, plus récemment, Brad Thomas Ackley. Ce dernier assure les guitares, les claviers et la réalisation. C’est un musicien expérimenté et reconnu qui a rejoint la formation puisqu’il a notamment travaillé avec le chanteur M. Ina-Ich a déjà pu produire deux album mais c’est afin de lancer cette nouvelle formation que le groupe nous concocte un petit EP. Son objectif ? Nous mettre l’eau à la bouche, en attendant le prochain album complet. Entrons à présent dans l’univers déjanté de Ina-Ich.

Observons déjà la pochette et remarquons d’emblée le brassage entre des aspects délurés et sombres. Couleurs dominantes et images issues du Metal sont bien présentes (cornes, langue tirée, noir), en même temps qu’une référence à l’Asie.

Musicalement, je préviens de suite les métalleux qui se lanceront dans l’écoute, le son va vous surprendre. Non pas qu’il soit mauvais mais la modulation sera assez éloignée de votre univers habituel. Si la batterie et la guitare entrainent par leurs ondes des secousses corporelles, il vous faudra un peu de temps pour vous habituer aux sonorités transformées, en particulier une batterie qui sonne assez électronique. Vous pouvez vous adapter et finir par aimer… Ou non. À titre personnel, cela n’a pas été une barrière mais c’est quand même important à souligner. Côté énergie, ça n’ira peut-être pas jusqu’au headbang mais ils en envoient une bonne dose tout de même. De ce côté-là, Ma Chair Et Mon Sang, dont vous pouvez consulter le clip ci-dessous, ne fait pas de quartier. Le rythme de ce premier titre nous embarque dans le mouvement, la batterie cogne avec ardeur et le riff de guitare se montre bien rentre-dedans. Un petit côté électro qui double les percussions ajoute de l’intensité et un décalage intéressant. Autre grand atout de suite perceptible, les paroles sont vraies, percutantes. Chose non négligeable, pas besoin de livret, tous les mots sont bien compréhensibles. La technique vocale bien maîtrisée met l’accent sur le rythmé des phrases, c’est le même effet qu’une célèbre boisson gazeuse, secouez ou la pulpe reste en bas. Une petite tornade qui se calmera légèrement avec le deuxième titre Comme Un Garçon. Si l’énergie reste, la musique remplit moins l’espace sonore. Un morceau qui pourrait rappeler les Rita Mitsouko, la modulation est aussi présente dans la voix quand le refrain reste bien en tête. La fin du titre martèle les mots sur une musique légèrement harcelante. Instant calme avec Je t’emmène qui débute par le bruit de la mer et un piano en résonnance. Là, c’est plutôt l’influence Björk qui se ressent, les paroles sont récitées dans une symphonique angoissante mais mélodieuse. L’argent est mon coup de cœur de ce petit EP. Tout débute par un petit air dans le genre « que va-t-il se passer », puis l’enchaînement vers un rythme à nouveau entêtant. La guitare est modulée par une pédale au son particulier. Là, ce sont des paroles qui savent décrire un sujet sérieux, le tout avec un trait d’humour et d’ironie. Bien entendu, vous n’entendez pas un mur de saturation, ce n’est pas du Metal. Cela dit, je ne reçois que de la bonne humeur de ces quatre titres.

Pour conclure, Ina-Ich décoiffe tout en nous poussant à changer nos habitudes. Ce ne sont pas les formules habituelles du Metal mais la base vient du Rock. Cette énergie positive est agrémentée par des sons transformés électroniquement. La formation donne dans l’univers déjanté, même si cela pourrait paraître pour hérétique dans le domaine du Metal. À titre personnel, sans vouloir forcer personne, je vous inviterais à essayer de passer par-dessus et de vous laisser aller. En tous les cas, je me réjouis, je vois des jeunes artistes qui créent, cherchent le dérapage contrôlé et l’originalité. Rien que cela mérite bien d’être souligné.

Khaos

Tracklist :

  1. Ma Chair Et Mon Sang
  2. Comme Un Garçon
  3. Je T’emmène
  4. L’argent

Liens :

Site Internet : http://www.ina-ich.net/

Page Facebook : https://www.facebook.com/INAICH

Clip de Ma Chair Et Mon Sang : https://www.youtube.com/watch?v=kZFFdcJACg0