Stonebringer – Those Winds

Posté le : 20 juillet 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Stonebringer - Those Winds front coverStonebringer nous vient de Grèce, du Pirée précisément. Le groupe évolue sous la forme d’un quatuor qui se compose d’Argyris Kyriakos à la batterie, de Nick McAdasis à la guitare et au chant, d’Ilias Katsampalos également à la guitare et au chant et, enfin, de Fanis Tsougrianis à la basse. Le combo grec a déjà sorti un premier EP en 2012 intitulé Ocean Of The Brave et produite par Chris Tsangarides lui-même, le renommé producteur ayant à son actif quelques petites choses comme Judas Priest, Exodus, Bruce Dickinson, Anvil, Overkill, Ozzy… Stop ! La liste serait trop longue. Le groupe vient donc nous présenter son premier rejeton Those winds qui sort sur le label M&O Music. C’est parti.

Genre : Metal/Rock progressif - Sortie : 9 février 2015

Genre : Metal/Rock progressif – Sortie : 9 février 2015

Ah, la Grèce… Ne nous attardons pas sur les problèmes actuels de ce pays et de son peuple connus de tous mais arrêtons-nous sur le passé musical proche de cette grande nation. Le Rock et le Metal sont à la Grèce ce que le hockey sur glace est au Cameroun et à la Bolivie. Deux noms pour vous en convaincre : Demis Roussos et Nana Mouskouri, certes devenus légendaires et probablement à juste titre mais très éloignés de Slayer, convenons-en. Faut-il pour autant boucler l’affaire et considérer que le seul Metal ayant coulé dans ce pays aurait-été celui du trident de Poséidon ? Diable non ! Il y a Stonebringer qui se présente ici pour relever le défi. Et il possède des armes pour cela. Rubin, première corde de cet arc qui en compte neuf, vient d’entrée montrer le panel des possibilités qu’offre le groupe. Un riff bien lourd et bien gras, une mélodie cristalline et accrocheuse, un chant digne de ce nom et des chœurs féminins pour l’accompagner. Cela peut faire beaucoup, non ? On peut en effet se poser la question mais, au moins, la diversité est de mise. Le deuxième titre, Flesh And Bones, reste dans une lignée de riff épais et lourd, un son proche du Stoner par moments et le chant prend différents accents allant du très clair au très rauque, on flirte même avec le growl. Musicalement, la diversité entrevue sur le premier titre se confirme, on pourrait même y distinguer des accents de Mastodon dedans. Donc une belle référence. The Poet Of Gold, troisième morceau, fait monter le groupe de deux crans d’un seul coup. Un très bon titre où, là encore, les changements de rythmes se succèdent avec une bonne dose d’énergie distillée par les deux guitares. Un petit reproche à faire au niveau du son, loin d’être mauvais, il ne se montre pas assez puissant et clair dans son ensemble. C’est véritablement dommage car l’album aurait mérité un peu mieux dans ce domaine, car, côté compos, nous sommes plutôt gâtés, Stonebringer et l’assez génial Dead Kids Blues sont de vrais petits cadeaux de noël avant l’heure. L’ensemble de la galette reste compact, pas de ratés, il en est de même pour les titres affichant une longueur sérieuse de sept à neuf minutes pour certains. Ce qui n’est pas gagné d’avance avec de telles durées. Un titre à dégager de cet album ? Oui, il y en a un et il se nomme Vrahnas, une réussite totale pour ce morceau, tant au niveau du chant que du riff proposé. Rien à redire, on s’assoit, on écoute et on goûte. Stonebringer possède son univers, sa propre dimension et c’est tant mieux. Il existe un élément particulier dans son monde, un élément lui assurant que sa prise de risque se montrera toujours payante, on peut appeler cela le talent. Le talent de ceux qui osent, le talent qui fait d’un groupe LE groupe avec le temps. Les deux derniers titres ne démentiront pas cela, même si Depression se montre excessif dans les chœurs. Emerald, le dernier morceau, vient vite gommer cette impression pour finir sur une très bonne note. On retiendra cela au final et le sentiment d’avoir ici une œuvre personnelle restant accessible au plus grand nombre. Un album qui fait du bien.

Stonebringer vient de marquer un point avec son premier album. Riche de par ses différents titres, ces vents à l’avenir sauront gommer les quelques très rares défauts de cet album et sauront porter sur les océans et bien au-delà la musique de ce groupe. À suivre de près.

Pat

Tracklist :

  1. Rubin
  2. Flesh And Bones
  3. The Poet Of Gold
  4. Stonebringer
  5. Pan
  6. Dead Kids Blues
  7. Vrahnas
  8. Depression (Offered To Carry Us)
  9. Emerald

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/Stonebringer

Bandcamp : http://stonebringer.bandcamp.com/