Mammoth Mammoth – Volume IV Hammered Again

Posté le : 22 juillet 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , ,

Mammoth Mammoth Volume IV front coverMammoth Mammoth est originaire de Melbourne dans la lointaine Australie et a vu le jour en 2008. Le groupe d’énervés évolue sous la forme d’un quatuor et se compose de Ben Couzens à la guitare, de Mikey Tucker au chant, de Frank Trobbiani à la batterie et enfin de Pete Bell à la basse. Auteurs d’un EP éponyme et de deux albums intitulés Mammoth et Hell’s Likely, les Australiens viennent nous proposer ici leur troisième mouture avec de très solides arguments à faire valoir. La pochette en est un. Cet album sort chez Napalm Records et va vous laisser dans les cordes. Z’avez votre bière ? Alors on y va.

Genre : Hard Rock - Sortie : 27 mars 2015

Genre : Hard Rock – Sortie : 27 mars 2015

L’Australie a toujours été pourvoyeur de groupes ayant marqué l’histoire de la musique Rock au sens large du terme, outre le groupe intemporel ayant un guitariste en culotte courte, citons les écolos de Midnight Oil ou Angel city, c’est du côté de Rose Tattoo qu’il faut chercher pour situer Mammoth Mammoth. C’est-à-dire à l’essence même du Rock’n’Roll. Ce Volume IV est dangereux. Vous prenez une boîte, vous y mettez tout ce que l’Australie recèle en bestioles létales tels serpents, araignées diverses et variées et autres saloperies du genre, vous refermez le couvercle, vous secouez énergiquement et vous déposez ça devant la porte de quelqu’un que vous n’aimez pas trop, vous sonnez et vous partez vite. Lorsque le propriétaire des lieux ouvrira ce qu’il prendra pour un cadeau, il aura alors une bonne vision de ce qu’est cet album. Oui, cet album fait mal. Une densité énorme, des coups violents, les deux premiers titres sont terribles de rage. Deux morceaux justement très proches de l’énergie indomptée et indomptable de leurs aînés de Rose Tattoo. Ça bouge et ça vous rend vite fou. Le troisième titre se teinte un peu plus vers le Stoner mais garde la même niaque du début. Black Dog concentre autant d’énergie que la boisson portant presque le même nom. Le riff est implacable. Tout est implacable d’ailleurs, écouter ce disque est comme courir dans l’Outback avec une parka, insupportable de chaleur, on souffre sous les décibels aussi mordants que le soleil local. Non contents de déjà faire souffrir (de bonheur) l’auditeur, ces quatre musiciens ont entouré leurs compos d’un son brutal à l’efficacité maximale. Promised Land vous asphyxie, vous tue la mort elle-même tellement c’est bon. Le chant de Mikey qui n’en n’est pas un se montre redoutable dans son exécution, quelle voix ! Puissante et parfois railleuse, elle ne peut coller mieux que quiconque d’autre sur les titres proposés.

Vous pensez vous en sortir ? Abandonnez cette idée car débarque Reign Supreme, titre très influencé par la bande à Lemmy, pas de plagiat, juste en prendre le meilleur et le sublimer à la sauce locale. Ça va bouger sérieux dans les bouges autour de l’Ayers Rock et de sa terre rouge. Cet album redonnerait l’envie à un mort, vous vous sentez invulnérable, prêt à en découdre à mains nues avec un crocodile du coin et à le transformer en une chouette paire de chaussures pour madame, le sac à main assorti en plus, bien sûr, car vous n’avez plus peur de rien. Cet album est un euphorisant naturel en vente libre. Sick (Of Being Sick) s’offre même une petite ballade du côté de chez Black Sabbath. Quitte à faire, autant bien faire, pas vrai ? Monsieur Iommi n’aurait pas craché sur ce riff, soyons-en sûrs. Qui plus est, ce titre s’avère un des meilleurs sinon le meilleur grâce à son refrain accrocheur à mort et au solo de guitare qui s’en suit, simple mais terriblement efficace. Ces gars-là savent jouer la note qu’il faut au bon moment. Hammered Again nous ramène de nouveau vers Rose Tattoo et à la voix d’Angry Anderson dont on distingue les mêmes intonations dans la voix. Ce morceau porte bien son nom, c’est aussi lourd qu’un marteau et ça frappe de la même façon. C’est parfait. L’album/tuerie se termine par High As A Kite, intro planante, lien direct à la pochette de l’album où une inhalation d’herbes locales peut en effet provoquer cet état de fait. Un titre situé entre de nouveau un vieux Black Sabbath et du bon gros Stoner. Le voyage se termine, vous vous réveillez au milieu de nulle part, sous l’œil d’un koala mort de rire à l’idée de vous voir encore plus stone que lui. Mission réussie. Amis métalleux, amies métalleuses, rednecks de tous bords, ce cadeau est pour vous, pour nous tous. Merci Mammoth Mammoth.

Mammoth Mammoth peut se targuer d’avoir réussi son coup. Coup d’éclat, coup de génie, coup de maître, coup dans la tronche, appelez cela comme vous voulez mais seul le résultat compte et le compte est bon. Jetez-vous sur cette galette, elle restera sur votre chevet pour très longtemps. Elle est déjà sur le mien.

Pat

Tracklist :

  1. Life’s A Bitch
  2. Lookin’ Down The Barrel
  3. Electric Sunshine
  4. Fuel Injected
  5. Black Dog
  6. Promised Land
  7. Reign Supreme
  8. Sick (Of Being Sick)
  9. Hammered Again
  10. High As A Kite

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/mammothmammothband

Site internet : http://www.mammothmammoth.com/