Accept 2015-08-10 450 (800x533)La foire aux vins d’Alsace fut tout d’abord une rencontre festive ponctuée de dégustations des vins d’Alsace, de partage gastronomique ou encore d’expositions de machines agricoles. La première édition eut lieu en 1948 au centre-ville de Colmar. Il fallut toutefois attendre 1957 pour que l’événement puisse se dérouler annuellement. L’idée de créer un festival de musique en même temps que le rendez-vous des papilles sorti de l’esprit d’un certain Johnny Stark en 1958 qui fit venir notamment l’autre Johnny et Dalida. Les affiches pouvaient déjà inscrire régulièrement des grands noms de la chanson française. Un tournant intervint en 1968 avec la construction du parc des expositions et d’un théâtre de plein air de 6 600 places (rénové et agrandi en 2000). Pour assister au premier concert que l’on peut classer dans la catégorie Rock, il faut remonter en 1983 avec Wishbone Ash. En ce qui concerne le Metal, il faut encore sauter de plus d’une décennie avec la venue alléchante en 1996 de Iron Maiden, Helloween et The Offsprings. Ensuite, les concerts qui siéent plus spécialement à nos oreilles seront réguliers, on pourra citer Motörhead, Scorpions, Marylin Manson, Kyo, Nightwish, Saxon, etc (un intrus se cache dans cette liste). Depuis 2010, plusieurs artistes sont rassemblés le même soir sous la dénomination Hard Rock Session. C’est dans ce cadre que nous acclamerons cette année, dans l’ordre d’apparition : Ensiferum, W.A.S.P, Accept et Sabaton. Le régional de l’étape Khaos était sur place avec la photographe globetrotteuse Melissa.

Ensiferum, 18h00-19h00

Ensiferum 2015-08-10 113 (533x800)Quoi de mieux pour dynamiser ce peuple venu nombreux qu’un Folk Metal festif et énergique. Les Finlandais étaient déjà de passage dans le secteur au cours de l’année, comme d’ailleurs Accept et Sabaton. Cela n’a pas empêché la foule de se retrouver lors de cet évènement régional et de bien plus loin. Nous croisons entre autre Hubert de Metalliquoi ? qui a fait de déplacement. La masse trépigne d’impatience à se taper les entêtants spots publicitaires sur les écrans géants, dans l’attente de l’arrivée des guerriers du nord. Dans le public, plusieurs aficionados jouent le jeu en se maquillant le visage en croix, prêts pour le combat. Un léger sample retentit pendant que le batteur Janne et la claviériste Emmi rejoignent leurs instruments sous les acclamations. Puis la tempête débarque, les trois compères affublés de leur manche de guitare déboulent sous la furia. Les pogos ne prennent que quelques secondes pour débuter. Le set sera hyper entrainant et par deux fois, des circle pits seront réclamés par le groupe et exécutés avec entrain. Les trois qui occupent le devant de la scène courent de long en large, changeant allègrement de côté. Markus à la guitare nous gratifie de ses tirages de langue à la Gene Simmons alors que Sami, le bassiste en kilt, harangue la foule à tour de bras. Ses soli et ceux de Petri seront tranchants, deux beaux shredder. La seltist sera variée entre des titres rapides à double pédale en rafale et d’autres plutôt en mid-tempo d’ambiance épique. Un seul petit regret dans ce show, la sono rendra très mal service au groupe. C’est un aspect habituel à la Foire Aux Vins, le théâtre de plein air est très difficile à sonoriser. En conséquence, la voix lead de Perti était pratiquement inaudible par moments et lorsque les deux guitaristes choisissent de changer d’instrument comme lors du tout dernier morceau, le public n’entendra que les samples et la section rythmique pendant de longues minutes. Toutefois, le groupe aura réussi parfaitement à chauffer la salle, les premiers slammeurs s’élancent, nous y reviendrons. Un show convaincant pour un groupe qui se montre comme une belle bête de scène.

Setlist :

  1. March Of War
  2. Axe Of Judgment
  3. Heathen Horde
  4. Twilight Taverne
  5. Teacherous Gods
  6. Warrior Without A War
  7. Ahti
  8. Lai Lai Hei
  9. From Afar
  10. Burning Leaves
  11. Two Of Spades

W.A.S.P, 19h30-20h30

WASP 2015-08-10 171 (533x800)Les Américains de W.A.S.P ont pris le parti de se rappeler aux bons souvenirs du public avant la sortie d’un nouvel album en octobre prochain. C’est un honneur d’accueillir l’un des piliers du Heavy Metal, en attendant peut-être un jour Ozzy, si toutefois celui-ci tient encore debout. En ce qui concerne W.A.S.P, son fondateur Blackie Lawless a prouvé que l’âge n’avait que peu d’emprise sur son talent et notamment ses capacités vocales. Lui qui fut surtout célèbre pour ses provocations choquantes s’est assagi tout en gardant intacte son envie d’en découdre. Des chevillières à lanières ont remplacé les piques métalliques et pour le reste, il porte un maillot de football américain, une paire de ray-bans et une guitare au design stylée. Le look n’est plus glam mais reflète quand même un style personnel. À côté de lui, les musiciens sont plus sobres à ce niveau mais nous découvrons une équipe de haute qualité. Doug Blair à la guitare lead va notamment nous envoyer un titre instrumental magnifique en pleine poire. Le combo est un tantinet moins mobile qu’Ensiferum mais la sono sera mieux réglée et l’essentiel sera expédié sans soucis. Nous assisterons également à un Wall Of Death, ce chanteur possède un charisme à lui, il n’a pas besoin de faire de grands gestes pour que les auditeurs répondent présent. Je garde à l’image ce grand fan de W.A.S.P à quelques mètres de moi qui connaissais par cœur l’intégralité des paroles et semblait complètement en transe à l’écoute de ses maîtres. Voilà l’effet que produit la bande de Los Angeles : une puissance toujours intacte, un aspect transcendant et pas besoin d’en faire des caisses, la relation avec le public devient presque fusionnelle.

Setlist :

  1. On Your Knees
  2. The Torture Never Stops
  3. The Real Me (The Who cover)
  4. O.V.E Machine
  5. Wild Child
  6. The Idol
  7. I Wanna Be Somebody
  8. Chainsaw Charlie (Murders In The New Morgue)
  9. Blind In Texas

Accept, 21h00-22h00

Accept 2015-08-10 450 (800x533)Machine de guerre suivante avec les expérimentés teutons. Cocasse de se dire que lorsque ceux là débutaient leur carrière, certains membres de Sabaton ou Ensiferum étaient encore dans leurs couches. La scène sera aménagée avec un support de batterie aux reflets métalliques voir argentés et un mur d’enceintes. Accept sera le groupe au son le plus net ce soir, certainement grâce à ce décor qui évite les résonnances en arrière de scène. Ils furent en forme, les teutons flingueurs, et tout sourire. Un show très carré et impeccablement exécuté, les leaders de groupe sont de suite visibles. Wolf Hoffmann à la guitare et Peter Baltes à la basse se mettent allègrement en avant. Ils envoient la sauce et nous sentons que tout ou presque repose sur leurs épaules. Soulignons aussi le très bon travail de Mark Tornillo au micro, il réussira presque à faire oublier Udo. Une voix légèrement éraillée, proche de Brian Johnson. Le Heavy de Accept se montre donc bien lourd et le taureau qui orne la pochette du dernier album en date reflètera parfaitement le style. Les deux autres membres sont des nouvelles arrivées, à savoir Uwe Lulis à la deuxième guitare (ex Grave Digger, Rebellion) et Christopher Williams à la batterie. Nous nous faisons agréablement bousculer par le groupe, mais désagréablement par les slammeurs, promis nous développerons. Un grand atout des Germains, c’est aussi de faire régulièrement chanter le public grâce à ses mélodies accrocheuses. Du coup, les « hooooo » peuvent se lancer avec entrain, là aussi une bonne partie des fans présents, dont certains compatriotes du combo, connaissent tout par cœur. À mon avis, des quatre shows de ce soir, ce sera musicalement le plus réussi.

Setlist :

  1. Stampede
  2. Stalingrad
  3. Restless And Wild
  4. Final Journey
  5. Princess Of The Dawn
  6. Pandemic
  7. Fast As A Shark
  8. Metal Heart
  9. Teutonic Terror
  10. Balls Of The Wall

Sabaton, 22h30-23h30

Sabaton 2015-08-10 050 (533x800)Dès l’installation de la scène, nous sentions que nous allions assister à un grand spectacle. Décor militaire, reconstitution d’un tank qui sert de support pour la batterie et quelques feux d’artifices. Nous verrons en effet pendant l’installation des artificiers s’afférer en tenue militaire. Ceux-ci mettront en place pyrotechnie, torches et fumigènes. Le concert commencera par (coucou Kouni) The Final Countdown qui sera repris avec entrain par une partie du public. Je suis toutefois sceptique sur cette introduction un peu inutile qui ne fait que rapporter des royalties à un autre groupe et écourter le show de Sabaton d’environ quatre minutes. Ensuite, ce sera un spectacle absolument dantesque que nous offrirons les gars de Falun. Au niveau du visuel et du jeu de scène, les explosions partiront dans tous les sens. Une ligne de torches derrière les musiciens (sauf batterie), le canon du char qui envoie un trait lumineux, des pétards qui explosent dans tous les sens. Pendant ce temps, les musiciens, comme Ensiferum avant eux, occuperont la scène pleinement. Techniquement, il faut le dire, ce sera moins élevé que Accept et certains spectateurs diront que le visuel gâche une certaine pauvreté dans le jeu. Pour d’autres, ce sera la fan attitude la plus totale, avec notamment la Sabaton French Division et d’autres aficionados allemands. Les interactions avec le public seront nombreuses et Joakim sera en pleine forme. Le titre Swedish Pagans donnera lieu à une fausse dispute sur le fait de la jouer ou non, le refrain sera d’ailleurs repris par le public à la fin du morceau. Un autre moment sympathique, c’est ce fan vêtu en sosie de Joakim qui sera mis à l’honneur. Le vocaliste l’interpellera pour échanger avec lui l’armure argentée qu’il porte sur le torse. Pour résumer Sabaton, c’est une tornade et une grosse prestation scénique mais ce qui ressort avant tout, c’est sa capacité à diviser les appréciations. Nous n’avons que très peu croisés de personnes « qui aiment un peu ». L’impression qui demeure c’est un groupe aimé totalement ou au contraire rejeté à bloc. Le fait qu’ils portent leur propre identité dans le style musical, vestimentaire et scénique crée certainement ce phénomène.

Setlist :

  1. The Final Countdown
  2. Ghost Division
  3. To Hell And Black
  4. Carolux Rex
  5. Swedish Pagans
  6. Resist And Bite
  7. Fare From The Fame
  8. The Art Of War
  9. Night Witches
  10. Primo Victoria
  11. Metal Crüe

Sabaton 2015-08-10 158 (800x533)

Pour conclure cette sixième Hard Rock Session, affirmons sans encombre que la programmation fut de qualité. Quatre groupes qui étaient à fond, mordants et musicalement de qualité. Pas trop d’écarts de style, même si chaque spectateur avait son chouchou parmi les quatre et nombreux sont ceux qui auraient voulu un show plus long de leur groupe favori. Cependant, il nous faut relever quelques petites déceptions que nous ne pouvons taire.

Parlons donc des slammeurs. Nous pouvons comprendre que certains prennent du plaisir à pratiquer cela et l’interdire serait une mauvaise idée. Cependant, là ou ces petits inconscients seraient bien avisés de se calmer, c’est dans le fait de savoir slammer avec respect pour ceux d’en bas. Nous avons ainsi vu une dizaine de personnes qui ont passé quasiment l’intégralité du concert à se laisser porter par la foule. Ceux-ci, au lieu de rester droit, gigotaient bras et jambes dans tous les sens. La conséquence fut quelques bobos pour les spectateurs dans la fosse mais aussi beaucoup de tension et un public qui commençait à vouloir « mettre des coups » pour se venger. Moi-même, un type d’au moins 70 kg m’est tombé sur la nuque, ce ne fut pas très agréable et passer le reste du concert à regarder derrière soi au lieu de devant (donc la scène) se révèle fort désagréable. En conclusion, il serait judicieux que l’équipe de sécurité rappelle à l’ordre ceux qui poussent le bouchon un peu trop loin. Il en va du bon déroulement de ces concerts à l’avenir, que certains en viennent aux mains n’est pas à exclure tant la tension était vive dans la fosse.

Deuxième motif d’insatisfaction, nous vivons notre passion du Metal et dans ce cadre, nous accédons à des concerts par accréditations afin de réaliser les photos et reportages. Or, là, aucune réponse de l’organisateur n’a été faite aux demandes que nous avons initiées. Bien entendu, nous sommes en capacité d’entendre un refus, pour une raison ou une autre, mais l’absence de réponse apparaît comme un manque de considération. Heureusement, notre photographe a pu accéder à l’espace dédié près de la scène par un autre moyen. Sans cela, pas de report, pas d’aventures passionnantes à raconter.

Malgré ces petits désagréments qui peuvent être corrigés, la Hard Rock Session a tenue toutes ses promesses. Une salle comble, un public globalement satisfait, le tout dans un cadre festif car pour ceux qui viennent de loin, une petite dégustation dans l’après-midi avant le concert reste toujours agréable.

Report par Khaos

Photos par Melissa