Malemort – French Romances

Posté le : 17 septembre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Malemort French Romances front coverChers lecteurs, cela n’arrive pas souvent que nous chroniquons un album sorti il y a déjà presque quatre ans. Exception aujourd’hui avec Malemort qui a été l’une des belles découvertes lors du Rock’N’Roll Train Festival à Longwy en juillet dernier. De plus, la couverture de ce festival a pu se faire grâce à eux, petit retour d’ascenseur donc pour un combo qui mérite un bon coup de projecteur.

Genre : Rock/Punk/Metal - Sortie : 1er novembre 2012

Genre : Rock/Punk/Metal – Sortie : 1er novembre 2012

Malemort naquit au cœur de la région parisienne en 2011. Il fut fondé par le chanteur Xavier avec des amis d’enfance. Seul rescapé de l’équipe originelle, il s’entoure actuellement de JC à la basse, Steve et Seb aux guitares et un deuxième Seb derrière les futs. Le patronyme de Malemort a été choisi car il signifie « la mauvaise mort » en français ancien et qu’il se prononce bien en anglais également. À noter que plusieurs villages en France portent ce nom, ce qui amuse bien les gars au passage. Ces braves nous proposent une musique teintée d’influences diverses que nous pouvons puiser dans deux univers distincts. Je dirais ainsi qu’à la base, les racines poussent dans un Rock français assez catchy chanté en langue française. Un groupe comme Noir Désir, à certaines périodes, semble avoir envoyé quelques rayonnements. Cependant, leur musique porte une certaine rage aux dents, très électrique qui pourrait les rapprocher de la branche Punk française. L’ensemble se trouve donc agrémenté de titres bien rythmés et énergiques, au point que les franciliens ont pu réaliser la première partie de Death Angel récemment. Entre cela, d’autres tranches se trouvent plus posées et laissent la place à des paroles qui portent un sens. Voyons tout cela de plus près dès à présent.

Home Sweet Home démarre comme une bagnole, c’est le bruit d’un moteur en action qui précède l’entrée en lice des instruments. Assez vite, la tête se hoche d’avant en arrière car le rythme se fait agréable. Nous avons véritablement cette impression de rouler à blinde sur l’autoroute avec un parfum de liberté. Image qui colle en plus véritablement aux paroles. Pas trop de fioritures sur ce premier titre qui envoie la sauce avec un refrain fédérateur. Insoumission poursuit à blinde à l’aide d’une section rythmique carrée et énergique. Un très beau solo à souligner également. Toutefois, pour moi, l’album décolle plus pleinement à partir du titre suivant nommé Atomique Diplomatie. Celui-ci donne l’impression de continuer la formule précédente grâce à une intro qui cogne, mais la suite sera légèrement plus calme. Par ailleurs, ce morceau est pour moi l’un des plus réussis. Les paroles s’envolent avec révolte sur un très beau riff de guitare et elles restent en tête, histoire de marquer un peu la conscience. L’enchainement entre les strophes, un petit pont et le refrain provoque une adhésion rapide, c’est très bien trouvé. La meute se pose comme une partie joliment mélodique jouée par les guitares et un piano bien trouvé que l’on entend parfois en arrière fond. Le tout accompagné de paroles fortes que je ne vous détaillerai pas, écoutez.

Le Domaine s’élance en ballade et Xavier nous montre une voix plus assouvie qui lui sied bien aussi. Un petit « tintintin » comme un célèbre chanteur français ne ferait ici pas tâche. À partir de la moitié du morceau, un passage instrumental bien vu inclus le solo qui arrache la peau. Retour du marteau-piqueur avec Japan Airline et c’est dans ces passages que l’influence punk ressort légèrement. Le genre de titres qui envoie un sacré vent. Nous terminerons par Les Derniers qui n’est pourtant pas le titre final. Cela dit, le riff expédié ainsi que la ligne de basse bien audible sont fort sympathiques et méritent quelques lumières.

Nous savions déjà que Malemort était un sacré groupe de scène. Pour l’aspect studio, même si cette galette commence à dater un peu, le combo se montre plutôt à son avantage. L’album n’est malheureusement pas toujours bien servi par la production qui, sans être affreuse, aurait pu être meilleure. Cela dit, le groupe a d’emblée su créer son style en associant des passages énervés et mélodiques, une belle qualité de composition et des paroles profondes et réfléchies. Cela n’augure que du bon pour la suite, 2016 sera apparemment l’occasion d’une nouvelle galette de la part d’une troupe qui aura assurément pris des abdominaux.

Khaos

Tracklist :

  1. Home Sweet Home
  2. Insoumission
  3. Atomique Diplomatie
  4. La Meute
  5. Le Domaine
  6. Japan Airline
  7. Jamais !
  8. L’enfant-Machette
  9. Nous Les Barbares
  10. Diamond
  11. Les Derniers
  12. Fils d’Eve

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/malemortband

Lien Bandcamp : http://malemort.bandcamp.com/

Clip de Le Domaine : https://www.youtube.com/watch?v=lEMS2cASFpY

Live à l’émission Une dose de Metal : https://www.youtube.com/watch?v=_rMzzDpxuWI