Grave Pleasures – Dreamcrash

Posté le : 01 octobre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Grave Pleasures - Dreamcrash front coverGrave Pleasures est un combo venu de Finlande. Ils naquirent sur les cendres d’une ancienne formation nommée Beastmilk après le départ de leur guitariste et co-fondateur Johan Snell début 2015. Ils décident à présent de poursuivre leur propre route avec un nouveau nom, Grave Pleasures. Dreamcrash arrive comme leur premier album, eux qui définissent leur musique comme du « apocalyptic post-punk ». C’est leur droit, mais j’ai un peu de mal à enfiler ce costume. Je dirais pour ma part que le style se rapproche plus d’un bon groupe de Rock avec une atmosphère plutôt mélancolique légèrement gothique.

Genre : Rock Mélancolique - Sortie : 02 octobre 2015

Genre : Rock Mélancolique – Sortie : 02 octobre 2015

Le timbre de voix de son chanteur Mat « Khvost » McNerney se montre assez particulier sans être désagréable. Un petit côté Jim Morrison avec cette impression d’une légère reverb naturelle sortant du gosier. Il est entouré par le bassiste Valteri Arino et une dame guitariste nommée Linnéa Olsson (anciennement dans The Oath). Afin de compléter la troupe, présentons également le batteur Uno Bruniusson et le deuxième guitariste Juho Vanhanen. Détaillons tout cela de plus près dès à présent.

D’une manière générale, nous pouvons affirmer sans détours que la musique Grave Pleasures porte son identité propre. Il faut donc un certain nombre d’écoutes pour y entrer car le son, la voix du chanteur et l’ambiance se montrent assez uniques. La section rythmique joue en ligue des champions, car elle marque de son emprunte assez rapidement. La batterie en particulier fait preuve d’une capacité à mettre en relief assez impressionnante. Toms martelés, roulements de caisses claires, grosse caisse à la frappe entêtante, rien dans la force et tout dans la finesse. Dans le même temps, la guitare basse maintient le tout en tension par un jeu fait de croches rapides, alors que le rythme général cavale lentement. Les guitares n’intègrent pas trop d’effets et leur son reste la plupart du temps clair, donnant au tout une touche « années 70 ». J’ai déjà évoqué le timbre de voix particulier, il est clair que l’auditeur pourra aimer ou non. Je pense pour ma part que la grande force de Grave Pleasures, c’est justement que les instruments sont au service de cette voix unique. Le timbre de voix pourrait laisser une marque très redondante sans cet entourage et cette atmosphère. Toutefois, les meilleurs titres se trouvent pour moi vers la fin de l’album.

Le titre introductif manque de pêche, mis à part une accroche intéressante à la batterie, il ne marque pas l’esprit d’emblée, il faut passer directement à New Hip Moon pour que le niveau s’élève légèrement. L’introduction reste sur un riff léger mais le morceau devient plus rock et énergique ensuite. La basse martèle le rythme comme une locomotive à vapeur bien lancée malgré que le rythme général ne soit pas très élevé. Un gros travail rythmique dans les contretemps se trouve aidé par des guitares bien mélodiques et un refrain entrainant. L’ambiance rapprochera légèrement le groupe du style que développait Midnight Oil. Evoquons rapidement Futureshok et Taste The Void pour leur aspect Rock direct. Alors que les morceaux en mid-tempo du début d’album n’accrochent pas trop l’attention, ces deux là marquent un territoire appréciable. Bien Rock tout en intégrant l’identité propre du groupe avec sa section rythmique de haut niveau. L’un des titres les plus marquants de cet album est pour moi Girl In A Vortex. L’introduction mélodieuse à la basse se montre frissonnante avant que les guitares n’entrent progressivement avec de la résonnance. Le refrain devient très mélodique et c’est certainement le titre le plus positif de l’album. En effet, il reste à la fin quand même cette impression générale d’une grande mélancolie, certains diraient une musique pour dépressifs. La suivante, Crooked Vein, rentrera parfaitement dans le cadre tout en étant superbement construite. Elle me fait penser à certaines chansons de Noir Désir comme Marlène ou Lolita Nie En Bloc, la guitare reste légère, la voix très grave avec des légers trémolos. Une petite interlude marque toutefois un contraste intéressant, comme un toxicomane après sa dose, avant que l’effet ne retombe et que le mal-être resurgisse. No Survival terminera l’album dans cette continuité avec un aspect intéressant venant des chœurs, une piste intéressante pour l’avenir.

Pour conclure cette chronique, Grave Pleasures arrive comme une formation assez récente et ce premier album montre un son assez unique, mais un groupe qui se cherche encore. Si les musiciens font preuve talent, un effort supplémentaire pourrait se concrétiser dans la composition pour percer d’avantage. Les améliorations possibles peuvent se fixer au niveau de lignes de chant plus diversifiées, car le tout donne parfois l’impression de tourner légèrement en rond. L’apport positif des chœurs sur la fin pourrait aussi être une piste à creuser. Si vous voulez vous faire une idée en direct, le groupe passera à la Flèche d’Or (Paris) le 3 octobre.

Khaos

Tracklist :

  1. Utopian Scream
  2. New Hip Moon
  3. Crying Wolves
  4. Futureshok
  5. Crisis
  6. Worn Threads
  7. Taste The Void
  8. Lipstick On Your Tombstone
  9. Girl In A Vortex
  10. Crooked Vein
  11. No Survival

Liens :

Site Internet : http://gravepleasures.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/gravepleasvres

Clip de New Hip Moon : https://www.youtube.com/watch?v=A3afbBoUMpk