Atrocia – Dystopia : The Machine Murders

Posté le : 09 octobre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Atrocia - Dystopia The Machine Murders front coverAtrocia est originaire de Saint Nazaire et a vu le jour en 2015. Le groupe évolue sous la forme d’un quartet et se compose de Julien à la guitare et au chant, de Cyril à la guitare solo, de Pierre à la batterie et enfin d’Arnaud à la basse. Un premier album pour une formation récente dont les références musicales font plaisir à voir. Alors voyons ce qui se cache derrière cette pochette toute droite inspirée par la scène Thrash des années quatre vingt. Installez-vous, c’est parti.

<br/>

Genre : Death Metal - Sortie : septembre 2015

Genre : Death Metal – Sortie : septembre 2015

Première écoute, zéro doute. Atrocia n’est pas là pour rire ni même faire sourire. D’ailleurs, pourquoi tenter de se marrer un peu alors que ce monde se barre en testicule, non ?  Mais, heureusement, dans ce monde, il y a ce nouveau quatuor qui distribue sérieusement les riffs sans compter, sans calculer mais cela ne veut pas dire que cela soit fait n’importe comment, bien au contraire ! Tout cela donne dans le parfaitement structuré. Côté chant ça bascule chez les amis de Cannibal Corpse, pas plus, pas moins et donc un bon point. Les riffs font penser à ceux de Slayer, pas de plagiat mais une très bonne inspiration. Unforseen Warfare, la première des huit balles qui composent cet album/barillet, pose les jalons du genre. Il risque de faire très chaud dans les fosses et les circles-pits vont pleuvoir comme autant de frappes russes actuelles de ce bon vieux Vladimir sur la Syrie. Voilà pour le cadrage. Land Of The Agressor poursuit dans la même veine et monte même en grade, changements de rythmes, notes recherchées, diversité. Ce n’est pas mauvais du tout ce que nous avons là. Le son se montre correct, pas exceptionnel mais d’un bon niveau quand même. Les instruments se distinguent bien les uns des autres. Pour un futur album, le son sera le chantier principal à traiter et puis un chantier à Saint-Nazaire, c’est normal, non ? Chantier, Saint-Nazaire, vous avez capté ? (je vous demande pardon, ça ne se reproduira plus).

On redevient sérieux et l’on se retrouve collé au mur avec Mass Lobotomy, titre défouloir à l’essence létale, vos sens seront mis à mal, un excellent morceau. Décidemment, ces p’tits gars là savent de quoi ils parlent, savent ce qu’ils jouent et le font plutôt bien, très bien même. Les soli se montrent assez virtuoses et l’envie de se décrocher la nuque est permanente. Il y a ici beaucoup de qualité, comme on disait chez VW mais ici c’est franc et direct, on ne se la raconte pas et l’on joue avec conviction. Les huit titres sont gravés dans la même matière et il n’y a pas ou peu de déséquilibre dans l’ensemble. Néanmoins, certains d’entre eux se distinguent un peu plus des autres. Citons le très Slayerien Brain Destroyer, une vraie réussite musicale et une belle performance vocale également. Sentinels Of Enslavement agit également sur vos nerfs comme autant de coups de marteau sur votre pauvre tête déjà mise à mal par tant d’assauts auditifs déjà subits. Vous êtes encore debout ? Alors délectez-vous de Red Project qui fera aussi merveille dès lors qu’il sera joué sur scène. Le break en milieu de titre vous permettra tout juste de reprendre votre souffle pour retourner dans l’arène et tenter d’en ressortir vivant. Le solo de guitare est une belle petite réussite sur ce titre également. Laboratory Chronicles vient mettre un point final et un poing dans la face tour court à ce belliqueux album. L’opus se termine tel qu’il avait commencé, en n’ayant rien épargné et avec le sentiment d’avoir presque tout dévasté sur son passage.

Pour un premier essai, on peut dire qu’Atrocia a réussi son coup. Pas de compromission, de l’honnêteté, de la technique et de l’envie, voilà tout ce qui fait que le tout est authentique. Et il est bien connu que lorsque l’on ne triche pas, on peut aller loin. C’est tout le mal qu’il faut souhaiter à ce groupe qui a de très sérieux arguments à faire valoir sur la scène hexagonale, et même bien au-delà.

Pat

Tracklist :

  1. Unforeseen Warfare
  2. Land Of The Oppressor
  3. Mass Lobotomy
  4. The Machine Murders
  5. Brain Destroyer
  6. Sentinels Of Enslavement
  7. Red Project
  8. Laboratory Chronicles

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/AtrociaOfficial

The Machine Murders, preview version : https://www.youtube.com/watch?v=zWbkZrBNYE4