Melted Space – The Great Lie

Posté le : 12 octobre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Melted Space - The Great Lie front coverLe Metal symphonique français détient des représentants talentueux depuis quelques années. Le style plus poussé techniquement des Opéra Metal a lui aussi son pendant des Avantasia, Ayreon ou encore Trans-Siberian Orchestra. Melted Space s’est placé d’emblée non comme un projet suiveur, mais en tant que style propre, sorti tout droit de l’imagination et du talent de son compositeur : Pierre Le Pape. Celui-ci avait jeté un gros pavé dans la mare en 2012 avec son premier album concept From The Past, suivi l’année suivante par l’EP Between. Des qualités de compositions poussées et des invités choisis en fonction, notamment les chanteurs, ont donné lieu à un accueil très enthousiaste.

Genre : Opera Metal Symphonique - Sortie : 16 octobre 2015

Genre : Opera Metal Symphonique – Sortie : 16 octobre 2015

The Great Lie vient donc soulager l’impatience des amateurs de belles mélodies avec à nouveau le concours d’une belle troupe d’invités prestigieux. Cette fois, Pierre va mettre les petits plats dans les grands puisqu’il aura également l’appui de l’orchestre philarmonique de Prague pour les parties symphoniques. Voyons donc de plus près la nouvelle recette mélangeant musique classique, de films et bien entendu, Metal, en ayant pas peur de pousser parfois vers les styles les plus extrêmes.

Le morceau introductif naît en volume progressif tel un générique de film, mais de grand film. L’orchestre symphonique donne l’impression de naitre du néant, les cloches du tocsin en guise de signal. Nous entendons les cordes mais aussi les cuivres et quelques percussions. Il va se passer quelque chose, à coup sur, l’intrigue est lancée. Une petite guitare fait son apparition ainsi que la batterie et la basse, mais ne mettons pas toute la gomme de suite. Le premier vocaliste à se lancer n’est autre qu’Arnaud Strobl de 6h33, comme à son habitude, il assure de son beau timbre de voix grave. Après un petit break de batterie et un jeu qui sera plus intense, le pendant féminin principal sera Aylin Giminez de Sirenia. Elle aussi réussit une belle performance et après l’album assez moyen qu’a sorti son groupe cette année, c’est un réel plaisir de l’entendre à ce niveau.

Le film d’aventures se poursuit avec Called By The Queen mais après une petite introduction grandiose à la Nightwish, le morceau prend des accents plus Rock. La transition est surprenante et fait mouche. Le chant est assuré par l’américaine Christine Rhoades, pour la part féminine en compagnie de Guillaume Bideau pour la tranche masculine. Le rythme des guitares se montre très agréable et la mélodie fait son effet rassembleur. Départ dans le calme et des mélodies plus conventionnelles avec No Need To Fear qui fait penser à Within Temptation ou Delain par moments : claviers imposants, guitares présentes mais qui font très peu la mélodie. Les deux voix féminines principales sont assurées par Clémentine Delauney et Mariangela Demurtas pendant toute cette partie calme. Un passage ultérieur remarquable nous sort de ces airs légèrement trop entendus pour entrer dans les ténèbres. Une montée méchante en puissance et des accents sombres grâce à l’apport des growls du chanteur de Black Metal Attila Csihar (Mayhem) et de Mikael Stanne (Dark Tranquility). Les différentes voix s’entrecroisent de belle manière et on se retrouve assez loin des mélodies conventionnelles pendant ce passage. Le final rejoint toutefois les sonorités du début du chant. Un très beau morceau ingénieusement construit et plein de contrastes.

Terrible Fight, comme peut le laisser présager son titre, part dans les chapeaux de roues. La batterie tape fort et l’orchestre symphonique tient toujours la mélodie. On ne peut pas vraiment définir un chanteur lead dans ce titre, tous les vocalistes prennent une part importante avec leurs caractéristiques vocales. David Vincent (Morbid Angel) y tient aussi sa part de talent. Voix claires, growl, toute une palette de nuances qui font de ce morceau l’un des plus entrainants de l’album. À noter que le solo de guitare est assuré par Adrian Martinot. Citons également dans les voix féminines les très bonnes performances de Virginie Goncalves (Kells) et Lucie Blatrier.

A God Is Dead apporte la touche ballade au piano et sera chanté en solo par Manuel Munoz (The Old Dead Tree). Elle permettra aux nombreux violonistes de se reposer les épaules et permet aussi un certain repos des oreilles. Un chant qui collerait bien pour un générique de Walt Disney. Le contraste se révèle saisissant avec la suivante, Trust And Betrayal qui rompt le calme à l’aide d’un riff de guitare accrocheur. Guillaume Bideau revient accompagné de Mikael Stanne qui donne du growl Death comme il sait le faire, avec énergie et ce petit air de démon dans les cordes vocales. Le morceau alterne entre moments assez gentils et d’autres plus féroces. Glass Castle’s Beast reste pour moi le petit bijou de cet album. Il débute par un air inquiétant, le chant lead d’introduction sera joliment interprété par Kobi Fahri (Orphaned Land) en alternance avec le timbre rocailleux du comte de la crypte Niklas Kvraforth (Shining). Comme si Jésus et Satan avaient décidé de pousser la chansonnette ensemble, le mariage qui paraissait improbable a bien lieu, deux acteurs majeurs du Symphonique et du Black mêlent superbement leur voix.

Retour dans des sonorités plus conventionnelles avec un chant lyrique dans la suivante, Hopeless Crime. Toujours très bien construit avec à nouveau un joli solo de Adrian. The One Who Lost The Faith laisse une place afin qu’un des maitres du genre Opéra Metal y mette sa patte : Arjen Anthony Lucassen. Celui-ci y joue plusieurs instruments, des synthés, un solo de guitare et aussi en chemin un passage au dulcimer (instrument à cordes du moyen âge). Le chant de Niklas se révèle terriblement émotif, pour un chanteur de Black je suis agréablement surpris. Arno Storbl apportant aussi sa patte sonore. Du haut niveau vocal sur ce morceau.

Titania retourne dans le Metal Symphonique comme je l’aime habituellement. Imposant, mélodieux et puissant. Aylin revient poser sa voix de colombe avec l’aide des voix masculines de Guillaume Bideau et Mickael Stanne. Un tube en puissance et un solo réalisé avec classe par Sylvain Coudret, guitariste français évoluant dans le groupe suédois Soilwork. Lost Souls From The Other Side termine l’album par du très grandiose, comme une explosion finale. Le râle d’Attila Csihar résonne au milieu de l’orchestre symphonique et presque toutes les voix présentes vont apporter leur part. L’enchainement des différents chants gutturaux sonne notamment de manière mémorable, avec un passage véritablement Black Symphonique. Puis la rupture quand surgit un chant féminin angélique. Cet album termine en apothéose par une explosion musicale orgasmique.

Pour conclure, Melted Space se montre à la fois comme une très haute performance musicale en même temps qu’un véritable vent de fraicheur. Tout d’abord, Pierre Le Pape, en tant que composteur, se montre très talentueux dans la construction des mélodies et le tout tient ensemble comme une seule pièce. Toutefois, chaque morceau possède sa propre identité, ce qui m’a permis aisément de décrire chacun d’entre eux distinctement. À mon sens, l’album monte en qualité a force d’avancer dans l’écoute et la fin se révèle dantesque. Le casting trois étoiles de cet album prouve qu’on peut rassembler les belles voix fluettes des chanteuses symphoniques avec les growls terrifiants des chanteurs de Death ou de Black Metal. Le pari était osé, il est réussi et carrément remarquable. Plus difficile sera l’adaptation de ces compositions en live tant l’absence de ces guest fera certainement baisser le niveau. Melted Space fera la première parti de Leaves’ Eyes le 24 octobre au Glazard, ce sera l’occasion de vérifier tout cela. Un grand bravo en tous les cas pour le petit bijou qui nous est offert là.

Khaos

Tracklist :

  1. Listen To The Song Of Despair
  2. Called By The Queen
  3. No Need To Fear
  4. Terrible Fight
  5. A God Is Dead
  6. Trust And Betrayal
  7. Glass Castle’s Beast
  8. Hopeless Crime
  9. The One Who Lost The Faith
  10. Titania
  11. Lost Souls From The Other Side

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/meltedspace

Teaser du nouvel album : https://www.youtube.com/watch?t=3&v=YhURam1uNRI&noredirect=1

  1. […] manière ou d’une autre, mais il suffit d’ouvrir le livret du dernier Melted Space, The Great Lie, et regarder le casting de l’album pour se rendre compte que l’on a affaire à quelque […]