Asylum Pyre – Spirited Away

Posté le : 16 octobre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , ,

Asylum Pyre - Spirited Away front coverAsylum Pyre s’était déjà démarqué au sein de la scène Metal depuis quelques années grâce à des belles mélodies, sans pour autant pencher vers le symphonique et ses orchestrations caractéristiques. La vocaliste Chaos Heidi a aussi depuis longtemps été repérée par les fans d’Iron Maiden grâce à ses reprises réussies du groupe, notamment Infinite Dreams. Allez faire un tour sur sa page youtube, ça vaut le coup. Un autre pilier d’AP, c’est Johann Cadot, chanteur, guitariste et principal compositeur. Il vous en dira plus sur son groupe dans l’interview qu’il a accordé à notre webzine et qui sera publiée prochainement. Plongeons dès à présent dans ce troisième album du combo et égrainons quelques-uns des treize titres qui le composent.

Genre : Metal mélodique - Sortie : 23 octobre 2015

Genre : Metal mélodique – Sortie : 23 octobre 2015

D’un point de vue global, si vous ne jurez que par le très épicé, passez votre chemin, vous risquerez d’être déçu. S’il fallait un goût pour décrire la musique d’Asylum Pyre, je dirais que tout se montre délicieusement sucré. Du miel, du chocolat, de quoi dévorer toute la maison d’Hansel et Gretel, léchez-vous les babines. Un autre point fort que je tiens à souligner, c’est qu’aucun instrument ne se trouve noyé dans l’ensemble. Même la guitare basse, habituellement discrète dans les styles très mélodieux, vend sa part de confiseries. Nous assistons à une belle recherche d’équilibre et les mélodies font mouche. Un public habituellement réfractaire au style Metal pourrait apprécier AP tant leur musique passe bien, les moments agressifs n’étant jamais très longs. Zoomons sur quelques titres pour voir ça de plus près.

Second Shadow démarre en douceur au piano pendant qu’une petite voix d’enfant se fait entendre. Le calme s’efface lorsqu’entre une guitare saturée juste comme il faut. Un petit roll de batterie et voilà Heidi qui fait entendre son beau timbre. Refrain sucre d’orge d’emblée, alors que le piano se met en retrait par moments, la voix d’enfant revient au cœur d’un break bien construit. The Silence Of Dream démarre quant à elle sur un rythmique plus Heavy, nous distinguons deux guitares dont une dans la mélodie. Bonbons à la réglisse, on aime ou pas le goût un peu fort mais voila que la vocaliste growl et de fort belle manière. Je vais me laisser à un petit éloge gratuit, nous avons beaucoup de chanteuses talentueuses et loin de moi l’idée de comparer, mais Heidi est l’une de celle à la technique la plus pointue. Elle sait mêler puissance, émotions, techniques diverses et prononciation impeccable. En plus, elle donne des cours de chant dans la région parisienne, avis aux amateurs. Fermons la parenthèse, en tout les cas, ce titre en est le parfait reflet. Quant à Johann, il nous gratifie d’un superbe solo acéré. Only Your Soul ouvrira sur des claviers retentissants mais dont l’air pain d’épices se mêlera parfaitement en soutien du chant, surtout pendant les refrains. Vous pouvez consulter la vidéo en bas d’article pour vous faire une idée. Unplug My Brain surprend par son refrain aux accents Pop, sans que ce terme soit péjoratif dans mon esprit. La voix sera légèrement transformée et le rythme très dansant, voilà un titre qui pourrait faire son bout de chemin sur stations FM alors que les purs métalleux auront peut-être un peu de mal. Le titre éponyme nous offre une nouvelle gâterie onctueuse au sirop de fraise à l’aide d’une énergie fédératrice et positive.

Passons ensuite par une ballade qui confirmera tout le potentiel vocal de Heidi avec The White Room et ses intonations qui rappelleront Doro. Cependant, chers amis, le gros morceau, la plus belle tranche de ce gâteau, c’est le titre suivant nommé Soulburst. Fracas au milieu du calme, c’est les bombons pimentés qu’un salaud de gamin farceur a ramené à l’anniversaire des copains. Pourtant, le piano du début sonne bien calme mais tout est rompu avec une batterie lourde, violente et un chant growl terrifiant. Figurez-vous qu’ils s’y mettent tous les deux, à tel point que la voix de Heidi n’est plus facilement reconnaissable. Plusieurs ambiances se mêlent sur ce titre légèrement progressif, les techniques vocales différentes créent tout le décalage. Le milieu reviendra vers des ambiances assez intimistes avant de finir à nouveau dans le gros son en incluant un solo accrocheur. Terminons par Shivers et son intro à écouter en stéréo pour bien profiter des effets droite/gauche. Le refrain se trouve comme toujours dans la mélodie accrocheuse mais soutenue par une batterie en double pédale qui met le blast à fond les ballons.

Pour conclure, nous devons considérer un groupe avant tout pour ses qualités musicales. Asylum Pyre montre dans Spirited Away une belle recherche pour créer des ambiances différentes, le tout avec une belle maîtrise vocale et instrumentale. Le reste est uniquement question de goûts et on ne peut pas demander à l’amateur de bouillie à l’Harissa d’aimer subitement la barbe à papa. Ce qu’offre Asylum Pyre pourrait en tout les cas leur permettre de toucher un public hors du milieu Metal. Je leur souhaite donc de continuer à nous réjouir de la sorte, tant pis pour les caries. Si vous souhaitez les entendre de près, ils joueront en première partie de Stream Of Passion le 4 décembre au Warmaudio à Décines (près de Lyon), le 5 au Rat’s (Toulon) et le 6 au O’Sullivans Backstage by the mill (Paris 18ème).

Khaos

Tracklist :

  1. Second Shadow
  2. The Silence Of Dreams
  3. Only Your Soul
  4. Unplug My Brain
  5. In Ayao’s Arms
  6. Spirited Away
  7. The White Room
  8. Soulburst (Corted Vortex)
  9. At My Door
  10. Shivers
  11. Instants In The Time
  12. Remembering
  13. Fly

Liens :

Site Internet : http://www.asylumpyre.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/asylumpyre

Clip de Only Your Soul : https://www.youtube.com/watch?v=5cYXcYEL1yY

  1. […] l’occasion de la sortie de leur troisième album, Spirited Away, les Asylum Pyre auront la chance d’accompagner sur scène Stream Of Passion puis Luca […]