Moke’s

Posté le : 20 octobre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Moke's front coverAujourd’hui, nous allons partir en voyage au cœur de l’authenticité et de la sobriété. Je vous assure que ça va nous faire du bien. Dans un monde où tout semble aseptisé, de la musique en passant par la bouffe et les relations sociales, un peu d’air frais ne fera pas de mal. Moke’s ne produit pas de clinquant : la musique et rien que ça. On est là pour ça, non ? Ben oui, alors allons découvrir leur EP. Les Franciliens évoluent sous la forme d’un quartet, deux hommes, deux femmes, une mixité sociale bienvenue. Agnès Bernon donne de la voix pendant que sa comparse Julie Lambertot tient le rythme. Pour terminer le carré, citons les deux messieurs qui sont Antoine Doyen à la guitare et Patrice Aerdeman à la basse. Ce petit disque a été enregistré par Antoine Coquelet au Basement Studio (Paris).

Genre : Garage Rock/Stoner - Sortie : 28 septembre 2015

Genre : Garage Rock/Stoner – Sortie : 28 septembre 2015

Sobriété je vous disais et voila un Ep sans titre, orné de ce qui semble être à la base une aquarelle aux couleurs pastel. Remarquez aussi que les titres des chansons se résument à un seul mot. Ce côté très authentique se remarquera aussi dans le choix du son. Bien loin des productions modernes, Moke’s ravira les fans des vieux albums de Led Zeppelin, Black Sabbath et autre The Who. Le mixage reste toutefois impeccable et ceci n’est certainement pas un manque de maîtrise, mais un choix délibéré de sonner différent et vrai. Même le son de la guitare distordue donne l’impression de sortir d’un vieil ampli à lampe. Le vrombissement permanent des cordes vous fera planer. Découvrons donc les cinq titres qui composent ce mini-album.

Et voilà, ce que je viens de décrire sonnera aux oreilles en premier dans Antic. La guitare envoie son petit accord avec effet saturé pendant que les cymbales résonnent. Le riff se montre ensuite plus Rock alors que la basse est elle aussi bien audible. Agnès entre ensuite avec son chant bien rythmé et placé à la perfection. Dans la suite du morceau, un passage fort intéressant naît avec une deuxième guitare qui expédie une mélodie intense et planante. Je suppose que le fumeur d’herbe magique sera bien aidé dans son évasion de l’esprit. Swamp poursuit sur une rythmique plus lente mais non moins soutenue alors que la batterie montre un jeu plein de finesse « à la John Bonham ». Le jeu des guitares sera là-aussi fort intéressant grâce à des résonnances aigues et graves qui s’alternent pour créer cet univers transcendant qui appelle à l’élévation des âmes. Sur la fin du morceau, nous assistons à une accélération du rythme très bien placée alors que se lance un solo mélodique. Belle opposition entre jeu sur les aigus et les rythmiques biens graisseux dans l’intro de Child. Beaucoup d’intensité dans le chant avant que d’autres passages planants sur des rythmes syncopés à souhaits contribuent à créer cette atmosphère faite pour rêvasser en rythme. Don’t fait suite sur les mêmes bases, sauf sur les refrains où l’ambiance sera légèrement plus catchy avec une batterie davantage marquée dans l’intensité. Pour finir, Darkness porte bien son nom, car le rythme de départ reste bien grave, ambiance qui permet à la voix légère d’Agnès d’être portée au dessus d’un torrent de boue. Cela se calme par moments pour retrouver un son plus clair.

Pour conclure, si vous aimez le vrai, sans chichis et que seule la musique vous intéresse, penchez-vous sur ce que propose Moke’s. Quatre compères qui semblent en parfaite osmose et bien dans leur trip musical : un univers planant pour soirées enfumées, une bonne bière à la main.

Khaos

Tracklist :

  1. Antics
  2. Swamp
  3. Child
  4. Don’t
  5. Darkness

Liens :

Site Internet : http://mokesband.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/MokesBand

Lien Bandcamp : http://mokes.bandcamp.com/