Sound Of Memories – To Deliverance

Posté le : 24 novembre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Sound Of Memories - To Deliverance front coverSound Of Memories qui nous vient de Paris a vu le jour en 2010 et se compose de Florent au chant, de Luis et Alain aux guitares qui tuent, du bassiste Fabien et enfin de Nacim à la batterie. Le groupe jouit déjà d’une belle petite réputation grâce à son premier et excellent EP Living Circles sorti en 2013. Le groupe nous revient avec son premier album intitulé To Deliverance. Autant le dire de suite, la progression est conséquente mais quoi de plus normal quand le talent est là ? Fiers de leurs racines puisées chez Metallica, Iron Maiden et Slayer, le combo parisien vient là nous délivrer son message. Attachez-vous bien car vous allez pénétrer dans une zone de turbulences.

Sound Of Memories - To Deliverance front cover

Genre : Death Metal mélodique – Sortie : 3 novembre 2015

Quoi de plus jouissif pour un groupe que de sortir son tout premier album, l’achèvement de longs mois, que dis-je, d’années de travail à créer un contenu homogène qui reflète les influences de chacun pour enfin pouvoir se poser au fond d’un confortable fauteuil et réécouter tranquillement cette douce musique sur laquelle on a tant planché. Enfin, tranquillement, voici bien un adjectif inadapté aux Sound Of Memories ! On l’avait déjà compris avec leur premier EP, Living Circles, le groupe ne fait pas dans la demi-mesure et mis à part cette petite intro tranquille, les Parisiens ont tout simplement aligné neuf baffles auditives sur la galette. Mais rentrons un peu plus dans les détails si vous le voulez bien.

C’est quoi ce « souvenir auditif » ? Sound Of Memories, c’est un bon gros Death mélodique moderne et tranchant, une musique qui n’hésite pas à aller vite et à caler des petits accompagnements à la guitare pour faire encore plus ressortir ce chant – à la limite du monocorde – venu du fin fond des entrailles de Florent Orsini. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit simplement d’une musique où un mec crache ses tripes dans un micro pendant que le guitariste parcoure à tout allure ses pentatoniques sur un gros fond de basse et de batterie tellement bordéliques que ça en devient inaudible. Non. Déjà, la basse et la batterie sont très nettement audibles et on sent qu’aucune note, aucune frappe n’est laissée au hasard et mis à part un mixage qui met un peu trop la grosse caisse en avant, on a quelque chose de propre efficace et bien rentre dedans. Voilà, amis métalleux et amies métalleuses pour un rapide survol de la bête. Il est temps de s’immiscer plus en avant dans cette galette pleine de bonnes surprises.

Tout commence par une intro trompeuse à souhait, instant de légèreté teintée de mélancolie pouvant mener à la folie, prélude à une tempête morale et physique. Momentum pose les jalons et affiche l’étalage technique du groupe. Des relents Thrash aussi bons à entendre et ressentir au fond de soi. Une entrée en matière parfaite. Le clou vient d’être planté. Confined In Struggle, second morceau, est une réussite totale, n’ayons pas peur des mots. L’intro est superbe, le riff démentiel, ingrédients parfaits pour le septième ciel, cela risque de dénuquer sérieusement dans les fosses. Si certains cloportes sur cette terre n’aiment pas cette musique, il serait de bon ton de les en abreuver sans relâche, pauvres lâches. Ce détail ayant été évoqué, je me surprends à balancer ma pauvre tête alors que j’écris cette chronique et la joie envahit votre serviteur quant à l’écoute de cet album. On ressent des influences de Maiden dans les mélodies, comme sur Amenaa par exemple. Mais l’on retrouve aussi Children Of Bodom, des choses faisant penser Amon Amarth, Obituary ou bien encore les monstres historiques du Thrash que sont les quatre cavaliers du côté de la baie de San Francisco et la légende Slayer. Ecoutez le solo de guitare sur Eulogy et inclinez-vous.

Vous cherchez une faiblesse sur ce disque ? Ne cherchez plus, ne cherchez pas, point de faiblesse il n’y a. Les titres proposés rivalisent tous de qualité et de fureur, Pray For blood est un rouleau-compresseur taille XL mais il n’est pas le seul. La maîtrise est totale et l’ensemble est létal. Ce disque est des musts de cette année, qu’on ne s’y trompe pas c’est superbe (le très maidenien The Vultures Pride). Ajoutez à cela une production de très haut niveau, même encore au-dessus de cela et nous touchons au graal. Sur ces mots, je vous laisse avec From Above et To Deliverance, sachez profiter et apprécier toutes ces notes et ces envolées les yeux fermés.

Sound Of Memories ? Ce groupe vient de devenir incontournable, sa progression est telle qu’il ne tardera pas à devenir quelque chose qui traversera aisément le territoire national pour aller en conquérir beaucoup d’autres. Sa musique a su prendre le meilleur de ses influences Thrash pour en faire sa propre recette, mais pas une recette vite fait quand on n’a pas grand-chose à proposer, il s’agit bien là d’une recette élaborée par des grands chefs. Alors ne vous privez pas par ces temps qui courent. Sound Of Memories est un bonheur au quotidien. Merci les gars.

Pat et Eladan

Tracklist :

  1. Non Compos Mentis
  2. Momentum
  3. Confined In Struggle
  4. Eulogy
  5. Amenaa
  6. Pray For Blood
  7. The Vultures Pride
  8. Beyond The Maze
  9. From Above
  10. To Deliverance

Liens :

Page Facebook : www.facebook.com/soundofmemoriesofficiel

Bandcamp : http://soundofmemories.bandcamp.com/

Youtube, Confined In Struggle : https://www.youtube.com/watch?v=mi2Lljlt14I

Lire aussi : notre interview de Sound Of Memories