Carnet de bord de Flayed, en tournée au Canada

Posté le : 26 novembre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , , ,

flayed bandVous avez toujours voulu savoir comment cela se passe quand un groupe part en tournée à l’étranger ? Sons Of Metal s’associe à Flayed pour vous proposer de suivre pas à pas concerts après concerts la tournée du groupe de Hard Rock français en tournée au Canada. Renato (chanteur de Flayed) nous détaille tout ici.

<br/>

<br/>

Canadian diary, Part I

Hopa ! Hépa ! On entame donc un mignon petit carnet de bord pour ce trip qui s’annonce plutôt ouf à travers le Qu’bec. On va passer les préparatifs puisqu’ils ont presque été inexistants dû au fait de nos concerts en France et de la sortie de Monster Man. Donc, mis a part le fait de devoir passer la douane à tout prix en se faisant le moins remarquer avec des sacs pesés au kilo près et en faisant bien gaffe au merch embarqué, ça s’arrête là… On a bien assez de potes qui se sont fait bloquer et qui, finalement, sont revenus sur nos terres françaises après sept heures de vol. Bref, nous décidâmes de laisser nos t-shirts de merchandising sur place et de n’emmener que quelques CD… Se faire du pognon à leurs nez et à leurs barbes, ils n’aiment pas DU TOUT ça les douaniers canadiens. Pareil pour le matos , on aura embarqué que deux guitares et un pauvre clavier Nord en guise d’orgue Hammond… À ce stade là, un seul show a été effectué et merde, le Hammond a quand même vraiment une autre saveur que ces putains de claviers électroniques de merde.

Départ 10h30 de Lyon pour Francfort, puis Montréal et enfin Québec. Trois avions donc, et avec deux d’entre nous qui n’avaient jamais posés leurs fions dans un siège d’avion, on ne savait pas tellement a quoi s’attendre, en plus bien sûr de toujours ce trac de la douane en arrivant. Mais bien gentiment , après douze heures de voyages, des douanes qui finalement ont été rapidement passées (sauf pour Rico qui avait les deux guitares en guise de bagages en soute et qui, bien sûr, nous a bien fait flipper devant Bernard Douane…) débarquement à Québec City où Nico, notre ami de Romans sur Isère, expatrié, nous accueille avec un sourire niais à l’aéroport accompagné de sa petite et de Garett, un autre pote expat’.

Flayed Car

Bon, après un trajet pareil, bouffe dodo et vivement le lendemain ? Eh bien non, pas chez Flayède ! Direction le Studio Sonum (l’antre de Nico, managé par Mr Marc Legaré) pour vérifier direct le matos que nous allons emprunter pour ce tour. S’en suit d’une bière, une HK (pas le mec du Vamacara hein…) pour pas être complètement déboussolés… Et ensuite, bouffe dodo ? Non, pas du tout, on est accueilli à la locale, donc traçage du côté du Québec Broue, un rade magique à base de hockey à la téloche et de match d’UFC, le tout saupoudré de serveuses siliconées et collagènées, bien sûr, en bikini (par deux degrés dehors…). Tellement improbable de boire des bières de 730 cl en bouffant de la poutine dans un rade pareil !

Après cinq pichets de bière rousse et vingt-trois heures à rester éveillés, on fini tout de même par aller dormir chez Nico. Pas tous… Charly a fini deux heures et demi plus tard que nous. Bien sûr, il fallait recharger dès le début du trip, ce qu’il a fait a minuit , heure locale, six heures du mat’ chez nous, l’heure à laquelle on s’était levé la veille.
Dodo ? Ouais grave… Mais bon, réveil à deux heures trente du mat’, tout ça, complètement en décalage, on passe les détails mais les premières nuits sont raides quand même…

Le lendemain, départ pour le studio Sonum pour rencontrer nos compagnons de route Les Trimpes, après avoir récupéré le Dodge qui nous servira de van tout au long du tour. On rencontre donc une équipe de Québécois bien cintrés comme il faut, des mecs (et une meuf) prêts à faire la fête pendant deux semaines avec nous sur leurs routes. 16h30, petite escapade pour une interview radio dans la fac de Québec (Chyz Radio) en vue de la tournée qui commence ce soir à Rivière Du Loup, expédiée en sept minutes chrono puis départ a 17h30 pour cette même destination. Deux heures et trente minutes de route plus tard, on débarque les premiers sur place. Le patron est plutôt cool et sait faire du son, ce qui met en confiance pour la suite. Mais les concerts ici ne débutent qu’a 22h30 (?!!!) et les Trimpes attaquent, sacré bon Hard Rock mâtiné de chant français à trois voix qui fout la patate et met l’ambiance en très peu de temps ! Très bon set donc en guise de découverte.

Et c’est parti pour les « maudits français ». Pas de balances ni de sound check. 3, 4 et feu ! Tout ça sur du matos qu’on ne connait pas, sans bouger les réglages de la batterie et surtout ce CLAVIER PUTAIN !!! Rafinet… ô Rafinet… Et on va devoir supporter ça encore six datesNon, c’est pas si pire mais c’est vrai que lorsqu’on a son petit confort et des habitudes dans les oreilles, certaines choses font gentiment hérisser le poil. Mention spéciale à un Sweet Coverage inédit que personne en France n’aura jamais le chance de voir ! Fin de soirée dans un apart au-dessus de la brasserie des bières toujours aussi énormes (la Coors Light, c’est vraiment de la merde et ça se boit comme de la flotte), de clopes canadiennes et une fête entre groupes pour sceller la belle amitié qui s’amorce !

Six heures de sommeil plus tard, après un petit dej’ comme au pays de l’oncle Sam, nous v’la repartis sur la route pour cinq heures en direction de Chicoutimi. Et là… Et bien nous y sommes en ce moment même, on reprendra donc ce récit dès demain. À noter tout de même que rouler sur les plaines canadiennes, niveau classe à l’américaine, ça se pose là ! On ne manquera pas de vous faire passer quelques videos ! Bon aller, on se voit tantôt !

Flayed Canada 3
Canadian diary Part II – Chicoutimi

C’est donc après cinq heures de route à travers la forêt canadienne (on en a pris plein nos gueules !!!) et des lignes droites interminables, où même un petit refuge pour pisser est difficile à trouver que nous sommes arrivés a Chicoutimi. Entre lacs et montagnes, cette ville est vraiment magnifique…

On débarque donc au Sous Bois, un très beau café concert accueillant à peu près trois cent personnes en sous sol, mais pas comme dans nos caveaux, hein, vraiment une « vraie » salle de concert bien équipée niveau son et, là encore, avec un sondier au top qui connait parfaitement son matos.

Après quelques demi côtes levées chez « Georges » et un litre de bière chacun avec Les Trimpes, le concert attaque donc à 23 heures ( ?!!!!!!! vraiment, on est pas habitués ) et ces derniers cassent la salle en deux ! Énorme show des Trimpes ce soir-là devant un public acquis à leur cause. Dur de passer derrière mais on commence a prendre nos marques sur leur matos (un énorme merci a eux encore une fois, d’ailleurs) et Rafinet m’explique que je ne suis qu’un sale con avec mes remarques d’hier (ah oui, c’est Renato a la rédac’ de ce carnet de bord) à propos de son Nord, puisque branché sur une sono en fait c’est franchement pas mal (la veille, il était pluggeé sur un ampli d’harmonica…) et notre Rafinet national retrouve ses sensations ainsi que nous tous d’ailleurs et ce concert aura été vraiment très très très COOOOL ! Fin de soirée chez le frangin de Pat, batteur des Trimpes, jusque 5 heures du mat’ à grands coups de… Tous les classiques ! Levés 10 heures, bref, je vous passe les détails de notre état aujourd’hui…

Il est 12h15 heure locale (donc 18h15 en France) et sur ces belles paroles, ou vous dit à demain puisqu’on prend la route de ce pas pour Thetford Mines !

Rock or fuckin’ die putain…

Flayed Canada 2

Canadian diary Part III – Thetford Mines

Deux cafés concerts l’un sur l’autre dans le même bâtiment !! Bon ben forcément, nous sommes rentrés dans le mauvais, se retrouvant au bar avec une pinte chacun avec derrière nous un Québécois de 20 ans qui reprenait des classiques du Rock devant deux poivrots à 19h. Magique, d’autant qu’on a encore un peu de mal à tout comprendre, mais alors deux mecs blindés, je vous laisse imaginer…

Bref, une bière plus tard, nous allons dans le bon endroit et sommes accueillis par l’équipe de Thumbs Up Production qui est la première orga’ sur place qui nous chouchoute a l’Européenne, c’est a dire avec bouffe (excellente !!) et hôtel le soir. Il faut savoir que la bouffe, le logement et la picole c’est pas le plus simple à obtenir ici, mais Rémi des Trimpes a tapé aux bons endroits pour ce tour !

Le groupe Disconnected, des jeunes locaux très efficaces, ouvrent la soirée puis nous enchaînons sur la scène du Cactus. Les scènes sont de plus en plus grandes sur ce tour, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Très bon concert, très bon retour du public et mention spéciale a Sylvain, le soundman de la soirée qui ne déroge pas à la règle en nous faisant sonner « comme à la maison ». Les Trimpes enchainent vite et maintenant qu’on commence à connaitre leurs paroles, les concerts sont de plus en plus agréables et il faut dire qu’ils ont livré un show particulièrement rock’ n’ roll avec une énergie plus que communicative hier soir ! Toé, moé et le rock’ n’ roll quoi…

After au bar jusqu’à 3 heures du mat’, on a retrouvé Nico (l’homme a l’origine de cette tournée) et il a fêté ça. On garde les vidéos pour plus tard mais on commence à avoir sacrément de la matière ! Puis direction le Comfort Inn du coin pour tâcher de dormir les quelques heures qu’il nous restent avant de repartir pour Québec City où, ce soir, doit avoir lieu le plus gros show du tour. Les WD40 sont ici très très appréciés et on a vraiment hâte d’être dans cette super salle ou beaucoup de monde est attendu. En attendant, on squatte chez Nico et on fait des Mario kart.

À plus tard pour de nouvelles aventures… On sera de repos les trois prochains jours, on fera donc un récap’ de ces 3 là mercredi ! En attendant, bonne nuit les amis !

Flayed de LA France.

Flayed canada 1

Canadian diary Part IV – Québec City

Clôture de la série de quatre shows donc à l’Anti Bar et Spectacle de Québec city ! Bon, personnellement, avec le peu d’heures de sommeil au compteur et le froid environnant, évidement je suis presque aphone, un show qu’il aura été rude et qui aura poussé ma gorge dans ces derniers retranchements… Mais c ‘est passé et pas si mal d’autant que notre Ju était on fire ! On aura ouvert la soirée devant un parterre de Québécois aux abois, curieux de découvrir un groupe français « qui sait rocker » (on l’aura entendu une paire de fois celle là ! ) S’en sont suivis Les Trimpes qui auront fait un sacré show avec le retour de Mlle Marcotte au micro et les WD40 qui, bien qu’ils jouent un style très particulier, auront terminé la soirée en beauté.

Trois jours de off donc à Québec City a partir de là. Je vous passe les détails mais tout fut à base de fiestas, d’apéros, de retrouvailles avec nos amis de Never More Than Less (Rrrrico Suave !), de Dance Laury Dance, de matchs de Hockey dans un rade typique aussi (et les Canadiens ont gagné) et tout le monde est passé sous les aiguilles de Lap’, batteur en chef des DLD pour immortaliser ce tour et enfin nous encrer Flayed dans la peau.

Nous sommes jeudi, il est 14h40, un nouveau van tout cuir nous attend dehors, les valises et les grattes sont en train d’être chargées, et départ pour la nouvelle série de shows qui commence par Saint Casimir ce soir.

On est bientôt de retour en France, nous serons chauds comme jamais et en plus, on joue à la maison, à la MJC Ô Totem de Rillieux la Pape avec Sidilarsen dès la semaine prochaine !

À demain pour de nouvelles aventures !

Flayed rock or die

Canadian diary Part V – Saint Casimir, Shawinigan et Montréal

Nous n’avons eu que des moments excellents dans ce pays, chaque soirée aura eu son petit lot d’anecdotes et Saint Caz, comme on aime a l’appeler, aura été mythique. Non au point de vue du show en lui-même mais plus aux circonstances : premier show de la nouvelle série et nous arrivons dans un très joli caf’ conc’ où sont passé pas mal de nos compatriotes tels que Black Bomb A ou Lofo’ pour ne citer qu’eux. Problème qu’on a pas vu arriver, sans compter le peu d’affluence ce soir là malgré un show des Trimpes pendant lequel on aura vu du body surfing et du pogo assis sur des chaises (oui oui !!!), lorsque notre tour de jouer arriva, le soundman qui, comme vous avez déjà pu le lire auparavant, d’habitude assurent tous ici, a complètement disparu !!! Sans balance pour nous puisque nous préférons le plus souvent le line check, ce show aura été compliqué a démarrer et il aura fallu trois titres et deux Trimpes derrière la console pour nous faire sonner à peu près droit. Un concert aléatoire plus tard, un patron et un staff confus de cette petite mésaventure, on aura enquillé sur une soirée mémorable pour oublier, à Saint Casimir où la bière est bonne et où le staff est capable de jouer une comédie musicale sur du Queen a 2h30 du matin ! Fin de soirée en trombe avec un Joe Maximum (Max, soliste des Trimpes) debout sur le bar, le billard, les tables, bref de partout et où Pat (l’autre guitariste chanteur) aura payé du marqueur à la française dirons nous ! Cinq heures de sommeil plus tard, un petit déj’ de ouf et nous voilà repartis…

Flayed La Taverne

Shawinigan

BOOOM, nous voilà arrivés dans LA brasserie de Québec à mon sens, le Trou Du Diable. Ici tout n’est que « micro brasserie » mais vu la taille de celle-ci, on s’apparente plus à un Ninkasi de chez nous, et pour la quantité de bière brassée, et pour les locaux de concert qui sont plus qu’excellents. Seule différence ? La bière est ici vraiment trèèèèèèèès bonne !
Un petit tour au shop pour se faire péter des T-shirts et des binchs, un accueil plus que parfait du staff avec bœuf séché, saucisson, bière artisanale et soundcheck. Son énorme, soundman excellent. Bref, vraiment, ici tout est parfait ! Après une bouffe de dingue payée par la maison (steak de bison, côtes levées et toute la compagnie créole) on s’en va faire un très bon show dans cette salle où le public nous accueille vraiment de la plus belle manière avec en plus un rappel de stade de foot (ohéohéohéohé), le premier de ce périple, il faut tout de même le noter. Direction l’hôtel Comfort Inn après tout ça, fin de soirée cinq heures du mat’ puis se faire jeter par la réceptionniste parce qu’ici ON NE BOIT PAS DE BIÈRE DEHORS !!! Putain, ça nous aura posé un problème tout au long du périple de ne pas pouvoir boire un coup avec la clope sur le trottoir… Et on aura fait de la merde une paire de fois sans le faire exprès.

Montréal

Réveil, petit déj’, route, Montréal ! Nous voilà arrivé sur la der’ des der’, elle qui nous aura rendue triste avant même de foutre les pieds aux Katacombes, la salle qui nous accueille ce soir. Ouep, savoir que c’est le dernier show de cette tournée incroyable à l’autre bout du monde ça file un coup au moral et un bien propre, je dois l’avouer… Mais la salle est très cool, avec un pylône central orné de têtes de morts, une belle scène et du super son. Après être allés boire des bières et taper quelques boules de billard aux Foufounes Electriques, place mythique de Montréal, on envoie nos balances fort d’un son que je qualifierai « d’enculé ».
Quatre groupes sont au programme ce soir : Vanity Case, Eagle Tears et la doublette magique Les Trimpes / Flayed. Pas mal d’amis dans la salle dont des Never More Than Less, des Dance Laury Dance et même du Viennois ! La famille Côte est partout… Excellent show devant un public vraiment « malade » et, encore une fois, ce rappel en mode stade de foot qui refait son apparition. ! Grosse dernière soirée donc avant l’after final chez Max, chanteur de Dance Laury Dance avec toute la nouvelle famille québécoise. De notre côté, nous sommes mi figue mi raisin, vraiment nous n’avons pas le goût de rentrer (à part pour nos familles, bien sûr…) et on aurait bien fait durer ce périple une ou deux semaine de plus, c’est évident.

Brasserie Le trou du diable

Taverne Le trou du diable, Shawinigan

Je vous écris de l’aéroport en ce moment même où nous attendons notre avion depuis à peu près sept heures maintenant. On est triste, on a rien dormi, on a perdu Rico mais nous sommes fin prêts à revenir au pays.

Je ne sais comment remercier tout ce joli petit monde que nous avons rencontré ou retrouvé ici et sans qui ce tour n’aurait jamais pu être possible, à commencer par Nico, l’instigateur de tout ça, Rémi qui aura booké toutes ces supers dates, les Trimpes qui nous auront prêté presque tout le backline, on est vraiment venus les mains dans les poches, DLD, NMTL, Marc Legaré et le studio Sonum. J’en passe, je suis désolé mais mort de fatigue, on se fera une petite conclusion plus tard… Ici, la scène Rock a de beaux jours devant elle et, oui, c’est clair, on va revenir et en grandes pompes ! Merci de nous avoir suivi et pour les lyonnais, on se retrouve le vendredi 4 décembre à la MJC Ô Totem avec Sidilarsen !

Esti de criss de marde….

Renato

  1. […] dont nous avons récemment partagé leur journal de bord sur la tournée canadienne, s’apprête à investir La scène Michelet de Nantes, vendredi 22 janvier 2016. […]