IMG_8520Il y a des jours bizarres. C’est le cas de ce lundi 23 novembre. Suite à des changements, je ne prends pas la direction du Ninkasi Kao pour Kadavar, ce sera votre serviteur Kouni, mais pour la Halle Tony Garnier. Ce soir, Les Derniers Couchés et Speakeasy se chargent de l’organisation et l’affiche est des plus belles. En effet, comment résister pour les fans du genre aux Finlandais de Amorphis et Nightwish ainsi qu’aux Suédois de Arch Enemy ? Est-il bien nécessaire de présenter les trois formations ayant déjà fait leurs preuves à maintes reprises ?

Amorphis

IMG_8282Il est 19h30 quand Amorphis débute son set dans une Halle Tony Garnier en mode petite capacité. On notera le son de belle qualité, ce qui n’est pas forcément le cas de toutes mes dates ici. Comme à son habitude, Tomi Joutsen (chant) possède son micro futuriste se calant très bien avec le Metal progressif produit par le sextet. Les lumières esquisses donnent une âme formidable au set proposé par la formation. Mais si le concert tourne parfaitement et que le public répond présent d’emblée, l’un des reproches que l’on pourra faire est le manque de dynamisme sûrement dû à la grandeur de la scène. On a la nette impression que les Finlandais ne savent pas trop comment appréhender le plateau de la Halle Tony Garnier. Ceci étant, ça n’enlève rien à la beauté et à la qualité du jeu.

Setlis Amorphis :

  1. Death Of A King
  2. Sacrifice
  3. Hopeless Days
  4. Bad Blood
  5. Drowned Maid
  6. Silver Bride
  7. The Four Wise Ones
  8. House Of Sleep

IMG_8276

Arch Enemy

IMG_8376Pour ma part, c’est la première fois que je vais voir Arch Enemy sur scène et j’avoue ne pas trop savoir à quoi m’attendre. C’est donc avec joie que j’attends le début du set des Suédois menés par la belle Alissa White-Gluz au charme dévastateur. D’emblée, l’énergie est là et la voix tonitruante de Alissa, habillée dans un style chevalier du zodiaque, résonne dans la grande salle lyonnaise. La formation déroule son set avec brio et avec une qualité parfaite. De plus, la demoiselle originaire du Québec s’adresse en français aux spectateurs régulièrement, provocant un engouement énorme dans le public. Il est vrai qu’il est toujours plus facile de comprendre et d’être attentif à sa langue natale. Au fur et à mesure que le set avance, les guitares continuent leur travail transperçant, permettant de soulever les spectateurs. Une prestation de très belle qualité qui aura ravi les fans de Arch Enemy et les personnes n’ayant jamais vu les Suédois sur scène.

<br/>

Setlist Arch Enemy :

  1. Intro : Khaos Overture
  2. Yesterday Is Dead And Gone
  3. War Eternal
  4. Ravenous
  5. Stolen Life
  6. You Will Know My Name
  7. As The Pages Burn
  8. Under Black Flags We March
  9. Avalanche
  10. No Gods, No Masters
  11. Nemesis

IMG_8441 IMG_8372

Nightwish

IMG_8537Une demi-heure plus tard, les lumières de la Halle Tony Garnier s’éteignent à nouveau. Il est temps pour Nightwish d’entrer sur scène. Quelques minutes avant, une voix nous prévenait que des explosions dues à la pyrotechnie pouvaient avoir lieu. On comprend mieux pourquoi puisque le set de dix-sept titres débute par un puissant pétard surprenant et aveuglant tous les spectateurs proches de la scène. Tandis que nous attendons la quatrième chanson pour nous diriger vers le pit photo, on peut constater un public aux anges et bien présent. N’étant personnellement pas un grand adepte des Finlandais, je ne pourrais pas faire de comparaison. Mais il fait bien avouer que la chanteuse Floor Jansen n’a pas la présence de Tarja Turunen ni son coffre vocal. Cependant, on sent tout de même la demoiselle plus présente que sa prédécesseur suédoise Anette Olzon. Que dire de plus, mis à part que le set est carré et millimètré à la perfection due aux artifices mis en place pour le show. Il est temps pour les sept photographes accrédités de se diriger sur le devant de la scène pour les deux titres She Is My Sin et My Walden, où nous sommes autorisés à photographier. Les lumières magnifiques rendent ce début de spectacle envoutant et magique. Notamment les parties avec la flûte de Troy Donockley ou les soli de clavier de Tuomas Holopainen.  Le moment peut-être le plus chargé en émotion sera sûrement le titre The Islander qui verra la IMG_8464salle briller de mille feux sous les flashs des téléphones. En tout cas, on peut ne pas aimer Nightwish mais une chose est sûre, on ne peut qu’admettre le côté envoutant et l’atmosphère spectaculaire. Le public lyonnais ne s’y trompe pas et réserve un accueil superbe aux Finlandais à chaque fin de titre. La magie continuant, le claviériste Tuomas Holpainen nous offrira un solo plein d’émotions à quelques titres de la fin. Histoire de mettre en peu de sorcellerie et d’amour dans la salle, la formation nous offrira une intro entre le Titanic et Bilbo le Hobbit dans le dernier titre The Greatest Show On Earth qui durera près de vingt-cinq minutes. Je n’avais jamais vu un tel titre sur scène et, au final, quand le fond est intéressant, le temps passe à une vitesse folle et on se retrouve à la fin sans trop comprendre ce qui se passe. La formation finit sous une explosion de confettis, laissant le public envahi par la joie qui en demande encore.

Setlist Nightwish :

  1. Shudder Before The Beautiful
  2. Your Is An Empty Hope
  3. Ever Dream
  4. She Is My Sin
  5. My Walden
  6. The Islander
  7. Elan
  8. Weak Fantasy
  9. 7 Days To The Wolves
  10. Alpenglow
  11. Storytime
  12. Nemo
  13. Stargazers
  14. Sleeping Sun
  15. Ghost Love Score
  16. Last Ride Of The Day
  17. The Greatest Show On Earth

IMG_8520 IMG_8490

Les lumières de la Halle Tony Garnier s’allument et la sécurité invite le public à se diriger vers la sortie tranquillement. Merci à Speakeasy et aux Derniers Couchés pour cette belle soirée.

Elovite

(source pour les setlists : www.setlist.fr)

  1. […] ma soirée de Nightwish la veille, il me fallait bien une petite soirée bourrine pour me remettre. Je me rends donc avec Mike sur le […]