ArkonaHistoire de continuer ma belle série de dates sur cette dernière semaine de novembre, je me rends cette fois-ci au CCO pour une affiche organisée par Sounds Like Hell Productions. Après la soirée d’anthologie du samedi 21 novembre avec l’Impericon, SLH nous propose de venir headbanguer sur une bonne soirée Pagan en cette journée du 26 novembre. Au menu : Svartsot, Metsatöll et les Russes d’Arkona emmenés par la belle Masha.

 

Svartsot

SvartsotAprès la semaine démentielle qui vient de passer, c’est avec déception que nous découvrons un CCO à moitié rempli. Qu’à cela ne tienne, la soirée n’en sera pas moins belle. Nous démarrons à 18h20 par les Danois de Svartsot et, d’emblée, la formation nous emporte dans un monde fantastique au temps des rois et des dragons. Si, sur album, le groupe ne m’avait pas laissé une grosse impression, en live c’est tout autre chose. L’alliance des instruments classiques, flûte et cornemuse se marie à merveille permettant à chacun de débrancher son cerveau. La chaleur montant doucement dans le CCO nous fait oublier le froid hivernal qui s’abat au fil des jours sur l’Europe. Nous finirons le set des Danois avec un public acquis à la cause de Svartsot. En d’autres termes, une entame plus que parfaite pour lancer cette soirée Pagan. Pour finir, le chanteur viendra dans la foule pour un pogo de quelques secondes avant de finir en beauté.

Svartsot

Metsatsöll

MetsatsöllNous partons pour la deuxième formation de l’affiche. Quoi de mieux que de mettre les Estoniens de Metsatsöll ? Alors même que le quintet n’a pas encore démarré, on sent nettement que le public est déjà acquis à la cause des Estoniens. L’ambiance qui était montée crescendo sur Svartsot montera d’un coup dès l’entame de l’heure de jeu de la formation de l’Est. Les lumières toujours impeccables pour ce début de soirée continuent de transcender les spectateurs de la salle villeurbannaise. D’ailleurs, c’est sur une leçon de cornemuse donnée par Metsatsöll que les premiers pogos feront leur apparition. Un public qui s’enflamme petit à petit, cela risque d’exploser pour Arkona. Quoi qu’il en soit, entre basse, guitare, batterie, flûte ou cornemuse, le mélange s’effectue de manière esquisse et coule doucement dans nos veines, un peu comme si on nous mettait une perfusion en continu pour nous faire devenir accro. C’est ce qui se passe avec Mersatsöll, comparable à une drogue tant leur musique entraînante s’empare de nos pauvres âmes. Les mains levées et les hourras ponctuant chaque chanson sont merveilleusement réflecteurs de l’engouement des spectateurs pour Metsatsöll. Comme quoi, il n’est pas nécessaire de jouer devant une salle de quinze mille personnes pour avoir une ambiance splendide. Mais les Estoniens ont de la ressource et au moment où l’on croit qu’ils ont dit leur dernier mot, le groupe nous offre la possibilité de former une ronde dans la fosse du CCO. À un ou deux titres de la fin, histoire de nous plonger un peu plus dans leur magie, la formation sortira un instant inqualifiable nous entraînant chez les Indiens.

Metsatsöll Metsatsöll

Arkona

ArkonaIl est l’heure pour les Russes emmenés par la belle Masha de fouler les planches du CCO. Alors que la salle ne paraissait pas très remplie de prime abord, quand on se retourne, nous sommes stupéfaits de constater que les spectateurs sont présents en nombre pour Arkona. La fête peut alors battre son plein. En effet, à la vue du groupe, le public entre en effervescence et se retrouve immédiatement envoûté par le Pagan des Russes. Masha, de dos avec une capuche sur la tête, lève le bras comme donnant le signe aux hostilités. Nous voici partis pour quatre-vingts minutes de bonheur intense. Le son et les lumières toujours au top permettent de donner un côté fantastique au set du quintet. Les passages de flûtes et de cornemuse ne laisseront pas de marbre, étant tout simplement splendides. De son côté, Sergei Lazar (guitare) déchaîne le public à merveille. Mais je pense que Masha à elle seule pourrait retourner une salle. En effet, la belle à la voix et au charme ravageur nous envoûte de manière inégalée. Mais ce qui mettra tout le monde d’accord sont les fabuleux titres Slava Rus et Goi, Rode, Goi qui donneront à la salle un goût de fête. Il faut dire que les Russes ont au fil des années conquis les foules de salle en salle pour devenir l’un des piliers de la scène Pagan. Que l’on voie Arkona pour la première fois ou non, il faut admettre la puissance, la technique et la qualité festive de leur jeu. Alors imaginez une salle déjà en ébullition qui se verra offrir comme titres finaux Stenka Na Stenku et Yarilo, mettant un terme magistral à la prestation des Russes.

Arkona Arkona

Arkona

Magnifique affiche Metal qui aura vu une salle du CCO monter en ébullition au fil des groupes. Deux surprises de taille avec Svartsot et Metsatöll qui auront époustouflé et la formation russe Arkona qui continue d’imposer sa suprématie grâce à la puissance vocale de la belle Masha. Merci encore une fois à toute l’équipe de Sounds Like Hell Productions pour ces soirées.

Elovite