Interview : Lucia du groupe Akentra

Posté le : 10 décembre 2015 par dans la catégorie Interviews
Tags: , ,

AKENTRA_074Sons Of Metal : Bonjour, peux-tu présenter le groupe, votre parcours pour ceux qui ne vous connaîtraient pas ?

Lucia : On est Akentra, nous avons créé le groupe en 2006 avec Steve, le batteur, et Stéphane le bassiste. On a enregistré un premier album sous forme d’EP en 2006 puis Didier Chesneau et Aymeric Ribaud du groupe Headline sont venus nous prêter main forte. Ensuite, on a souhaité compléter notre line-up avec deux guitaristes qui sont Habib et Thomas. On a enregistré un album avec eux en 2010 (Asleep). Ensuite, on est parti sur un nouvel album qui est sorti en avril 2014 et qui s’appelle Alive. Entre temps, Habib a quitté le groupe juste après l’enregistrement pour des raisons familiales et nous avons accueilli Maël pour le remplacer.

Et toi, quel est ton parcours personnel, tes références musicales ?

En fait, j’écoute un peu de tout. Je suis très jazz, j’aime bien aussi tout ce qui est électro, ce qui est Pop/Rock. J’écoute pas mal de choses. Pour donner un ordre d’idée ça va de Marylin Manson à Maryline Monroe, un peu les deux extrêmes.

Comment composez-vous chez Akentra ?

Toutes les parties musicales, c’est plutôt les garçons et toutes les mélodies de chant et les textes, c’est moi. En général, ce sont les garçons qui emmènent un riff de guitare, un morceau de couplet ou un refrain. Ensuite, on construit les morceaux autour. Une fois qu’on a quelque chose qui musicalement tient la route, je mets un texte dessus.

Quelle est l’origine du nom Akentra ?

En fait, Akentra, à la base, c’est une plante carnivore. On trouvait que ça représentait bien la dualité du groupe entre des côtés agressifs avec des guitares et un aspect plus doux avec le chant féminin.

AKENTRA_escalier

Effectivement, vous alternez bien entre des titres bien lourds avec des guitares et la basse notamment assez massives. À d’autres moments, vous excellez aussi dans les ballades et les passages plus doux. Qu’essayez-vous de faire passer à travers ce choix ?

On aime tous pas mal d’univers et de choses différentes et nous n’avons pas envie de se confiner à un seul type de morceau. De temps en temps, une petite ballade ça ne fait pas de mal. On essaye d’élargir un peu les horizons.

Votre dernier album, Alive, est sorti en 2014. Quel changement avez-vous voulu apporter après l’album précédent ? (Asleep 2010)

Pour ce nouvel album, on a voulu travailler les morceaux plus en profondeur. On les a laissé pas mal mûrir car il y a eu quatre ans entre la sortie des deux albums. On a eu le temps de les décortiquer et d’aller au bout de qu’on souhaitait avec ces morceaux-là. Le dernier album Alive est aussi un peu plus Rock que le précédent qui était plus Metal.

Alive est le titre de cet album et aussi le premier morceau de l’album précédent y a-t-il un lien entre les deux ?

Oui, tout à fait. C’était un petit clin d’œil à l’album d’avant. Le titre Alive (vivant) c’était aussi pour dire que ça fait quatre ans qu’on a plus de nouvelles de nous mais on est là, vivants, et on continue de faire de la musique.

Quel sont les thèmes qui inspirent les paroles de tes chansons ?

Il n’y a pas vraiment de thème prédominant. Ça peut aller d’une déclaration d’amour à mon chéri dans The One, une tentative de suicide dans Resurrection ou alors de l’être humain qui est vraiment une pourriture dans Future. Les thèmes sont variés et je ne m’interdis rien.

Le titre My Son parle t-il de ton propre fils ?

Pas du tout. Ce morceau, les paroles sont un peu ironiques. À partir d’un certain âge, souvent des gens disent : « alors c’est pour quand le bébé ? » On n’a pourtant pas forcément envie d’en avoir. En fait, la chanson dit que ce n’est pas forcément mon envie, la vie que j’aimerais d’être une maman. Mais finalement on n’est jamais à l’abri car on ne contrôle pas tout.

AKENTRA_107

La pochette te représente avec un grand chapeau noir. Pourquoi ce choix ?

C’était déjà un choix esthétique car j’aime particulièrement les couleurs rouge et noire et sont prédominantes. Ça représente assez bien notre univers aussi et puis le chapeau c’est un petit clin d’œil à un des titres,  Magic Trick (tour de magie).

Comment se fait-il que la phase de promotion que vous entamez maintenant ne se soit pas faite à la sortie de l’album (avril 2014) ?

Il a fallu déjà du temps pour intégrer Maël en tant que nouveau guitariste, afin de connaître les morceaux et faire quelques scènes avec lui. C’est vrai que cet album on l’a sorti peut-être un peu vite. Déjà parce que ça faisait quatre ans que les fans attendaient qu’on produise quelque chose. On avait aussi fait appel aux fans pour nous aider à financer cet album, on ne se voyait donc pas faire traîner les choses. Une fois qu’il était prêt, nous n’avons pas trop tardé à le sortir. La promo arrive un peu en retrait et aussi parce que ça coûte de l’argent et que nous étions un peu à sec après la sortie de l’album.

Penses-tu, au vu de ton aisance sur des morceaux plus calmes, développer des albums uniquement dans ce style, soit une version acoustique d’Akentra, ou bien un album solo ?

De toute façon avec Akentra on a dans l’idée de créer un set complètement en acoustique pour plusieurs raisons. Déjà, je trouve que c’est un axe qui peut être enrichissant pour tout le groupe, c’est intéressant d’interpréter nos morceaux d’une façon différente. Je pense aussi que nos morceaux s’y prêtent car ils sont très mélodiques. Une autre raison, c’est qu’en acoustique c’est plus facile de jouer dans des petits endroits. On ne peut pas jouer du Metal et apporter une batterie n’importe où. Ça pourrait aussi nous ouvrir d’autres portes et toucher d’autres gens qui n’écouteraient pas du Metal en temps normal.

Fin octobre, lors d’un concert, (Rock The Thym le 24 octobre à Thimert-Gâtelles en Eure-et-Loir), vous avez filmé l’une de vos chansons. Il s’agit de quel titre ? Un clip devrait en sortir ?

Oui, tout à fait, le titre c’est Kick Ass, un morceau qui envoie bien. On a déjà tourné tous les plans live lors de cette soirée au mois d’octobre et le clip devrait sortir début 2016, après les fêtes. On est en cours de montage.

Quelle est votre meilleure expérience live, sachant que vous avez fait des premières parties de groupes reconnus (Aqme, Zuul FX) ?

La meilleure expérience ce n’est pas forcément les premières parties de grands groupes. Je pense que là où on prend le plus de plaisir, c’est face à des fans en délire. Ça ne dépend pas forcément du groupe qui joue après. Par exemple, le concert qu’on a organisé récemment en octobre, on ne s’est jamais autant éclatés sur scène. Vraiment, les fans étaient déchaînés, nous aussi malgré que nous soyons fatigués par l’organisation. On s’est lâchés comme jamais et c’était vraiment une super expérience.

Quels sont vos projets pour l’année 2016 ?

Après la sortie du clip en janvier, on souhaiterait faire un maximum de concerts, c’est vraiment l’objectif ultime. On a déjà deux dates au mois de janvier au Gibus Café (Paris) le 27 et une autre à Dreux le 30. Nous sommes en train de voir pour ajouter des dates sur notre calendrier.

Avez-vous un message à transmettre pour vos fans ?

J’espère que vous allez écouter notre album et que vous allez l’apprécier. Venez nous voir en concert pour nous découvrir sous un autre jour. On a hâte de vous rencontrer.

Merci à vous et bonne continuation !

Propos recueillis par Khaos

Photos Bernard Le Bars pour Akentra