Screw You Guys (Funk The Nation) – Jungle

Posté le : 11 décembre 2015 par dans la catégorie Chroniques
Tags: , , ,

Screw You Guys - Jungle front coverComment, mais comment, chers lecteurs et lectrices, certains mélomanes ont-ils pu passer à côté du disque que je vais vous présenter aujourd’hui ? Une grosse baffe et un réel plaisir que de chroniquer ce petit bijou produit par un groupe encore peu connu : Screw You Guys (Funk The Nation) que nous allons abréger en SYG. C’est de la région lyonnaise que ces jeunes gens nous viennent. Ils avaient déjà produit un petit EP, Human Zoo, en 2011 mais il était temps d’envoyer ce bon parpaing dans la poire. Le combo est composé de Julien D au chant, Bertrand à la batterie, Vincent à la basse et Julien C à la guitare.

Genre : Fusion Rock/Ska - Sortie : 21 octobre 2015

Genre : Fusion Rock/Ska – Sortie : 21 octobre 2015

Quatre ans pour préparer un album avec beaucoup d’attention, à l’image de cette pochette dessinée par Mélanie Planche où nous observons des traits précis et entremêlés, ce qui colle très bien au style musical. Il sera effectivement bariolé de beaucoup d’influences différentes. Soulignons déjà une production impeccable avec un mixage excellent et un rendu des instruments optimum. Les fondations bien en place, les murs peuvent être bâtis avec solidité et l’ensemble de l’album se trouve très homogène. Je ne vais pas pouvoir détailler les treize titres mais mon choix ne se fera qu’à l’instinct car d’un point de vue strictement musical, aucun point faible dans Jungle. Frayons-nous donc un chemin entre les lianes et herbes hautes, c’est parti.

Problem nous plonge d’emblée dans le rythme, tel le Ska historique des Jamaïquains. Les instruments sont très dansants, en particulier la basse qui tient un rôle central dans SYG. Le riff de guitare de ce premier titre rappellera légèrement celui de « l’homme pressé » de Noir Désir. Cela tombe bien car si les Lyonnais créent un ensemble sonore éloigné des Bordelais, Julien au chant fait preuve d’une grande maîtrise des phrasés comme Bertrand Cantat. Les paroles se posent, parfois avec beaucoup de rythme façon rappeur, parfois de manière très lisse, laissant cette impression très décontractée. Il sait aussi hausser le ton et crier un bon coup, envoyer les décibels à certains moments bien choisis. La guitare passe des gros riffs Rock aux cocottes plus typiques du Funk. Soulignons aussi que cet instrument est utilisé avec parcimonie, pas de saturation de l’espace sonore. L’oreille se réjouit mais ne fatigue pas.

Poursuivons avec Right et son riff  d’introduction plus gras. La basse toujours funky envoie ses ondes graves avec une certaine classe. Un morceau qui pourrait permettre aux Screw de frimer en décapotable, l’autoradio à fond, lunettes de soleil sur le pif et bras aux fenêtres. Un passage ultérieur verra tout de même une certaine montée en puissance avec un chant rageur qui prend aux tripes. On pensera à l’énergie vocale de Zack de la Rocha (Rage Against The Machine). Les cocottes peace and love reviennent pour Goral Clot qui sonnera très Red Hot Chili Peppers, la basse en mode slapping. Cette même insouciance, avec un petit air de surfeur californien. Soulignons aussi le rôle de la batterie dans toute cette harmonie. Aucune violence dans le jeu de Bertrand, beaucoup de mise en relief et une plus grande insistance sur les cymbales et percus au son léger que sur la grosse caisse.

Passons directement à Wandering Fish où la basse nous sortira à nouveau une rythmique de dingue incluant des harmoniques. Ajoutez à cela un chanteur qui saura se faire séducteur jusqu’à mouiller sa chemise et le cocktail est délicieux. Palpitation, comme son nom l’indique, montrera un rythme plus Rock avant que JAMR nous fera valser et triple boucle piqué. Là encore, le vocaliste fera preuve de grande classe en habitant véritablement son personnage. Comme un acteur de théâtre, nous sentons que les paroles sont pleinement portées dans les contrastes, les changements de rythmes, les intentions, les respirations.

Cassowary vaut le détour par ses paroles cocasses. Un groupe qui ne se prend pas la tête et à l’air de bien déconner aussi avec un texte qui évoque ce cousin de l’autruche. Vous remarquerez aussi qu’un autre sujet de paroles se situe souvent en dessous de la ceinture. Terminons par Step It On qu’aurait très bien pu écrire Michael Jackson grâce son rythme hyper dansant avec toutefois un peu de muscles en plus dans le refrain que chez le roi de la Pop.

Pour conclure, Screw You Guys nous offrent un premier album rafraichissant, très bien construit et au son quasi parfait. Un disque qui mettra beaucoup de gens de bonne humeur. Notre époque à besoin de ce genre de musique un peu légère, décalée et innovante. Treize titres, ça peut paraître beaucoup mais je vous assure que l’écoute passe très vite, même trop. Un album à découvrir d’urgence et un groupe à encourager vivement.

Khaos

Tracklist :

  1. Problem
  2. Right
  3. Goral Clot
  4. Never Lost
  5. Wandering Fish
  6. Anachronic
  7. Palpitation
  8. JAMR
  9. Cassowary
  10. Dance Hole
  11. Lonely Emptiness
  12. Step It On
  13. Pawn

Liens :

Page Facebook : https://www.facebook.com/ScrewYouGuys-FunK-the-Nation-104727103496/

Lien Bandcamp : https://screwyouguys.bandcamp.com/releases