Fin novembre approchant, la chaleur persiste, on a du mal à croire que l’hiver approche et que la neige devrait faire son apparition dans les prochains jours. Certains pourraient se laisser déprimer qui plus est après les tragiques événements de la semaine dernière à Paris. Entre ça et la météo, il y a de quoi avoir le blues. Mais il en faut plus pour me démoraliser car après six jours sans concerts, je réattaque une belle série avec six dates en neuf jours. Pour commencer, je me rends à l’Amperage, à Grenoble, pour l’affiche du Burn(e) Fest 2 proposé par toute l’équipe de Bambane’s Crew. Au menu de la soirée : du gros Stoner avec Tusk, Sidmantra, General Cluster et Charlie’s Frontier Fun Town. Autant vous dire que la salle grenobloise va trembler et y laisser quelques plumes. L’heure est arrivée mais avant de débuter cette soirée d’enfer, les quatre formations se réunissent ensemble sur scène pour demander non pas une minute de silence, mais une minute de bruit. Voilà qui lance l’affiche à merveille.

IMG_7659Tusk

IMG_7390On commence par les Lyonnais de Tusk. Si, comme moi, vous êtes un adepte des scènes lyonnaises, vous aurez sûrement déjà vu les Dead Kiwis. Attention à ne pas confondre car si, aux premiers abords, la ressemblance peut être frappante du fait de trois musiciens présents dans les deux groupes, Léa n’a quant à elle rien avoir en commun. En effet, prenez une demoiselle aux cheveux blonds aux baguettes et un Stoner gras. Vous obtenez Tusk. Le quintet envoie la purée, tapissant la salle d’une musique énergique, puissante et grasse. Tout comme on mélange des pommes de terres, il faut bien de la matière épaisse. C’est ce que fourni le jeune groupe lyonnais avec des riffs lourds et destructeurs ainsi qu’une puissance transperçante sous les coups de Léa. Ajoutez à cela la tonicité, la fraîcheur de tout ce petit monde. Vous pouvez dès lors imaginer l’ambiance grandissante dans l’Ampérage. Nous ne sommes qu’au début et le reste est à venir. Tusk a posé les bases avec un niveau de jeu impressionnant qui aura sûrement scotché plus d’un spectateur présent pour cette seconde édition du Burn(e) Fest.

Sidmantra

IMG_7411On embraye par le groupe tout droit venu de Genève, Sidmantra. On reste dans un style Stoner bien pesant. La salle se retrouve d’emblée plongée dans un Stoner lourd et pesant. Cependant, comme la digestion d’un plat de patates, si l’énergie déborde de scène, on ne peut qu’admettre que le public semble éteint. Même si les spectateurs se réveillent peu à peu au fil des minutes, l’après Tusk est difficile puisque le dynamisme imposé par les Lyonnais avait lancé la soirée sur la bonne pente. Mais on ne peut pas nier que la qualité du set proposé par Sidmantra est d’une haute intensité. Il est sûr que dans un contexte différent, les Genevois pourraient avoir toute une salle à leur botte. À revoir sans hésiter, malgré une ambiance en demi-teinte qui n’aura pas permis d’être conquis à cent pour cent.

General Cluster

IMG_7533Allez, on entre dans le vif du sujet avec General Cluster. Après un an d’absence, je découvre le nouveau chanteur Vince. Certains diront peut-être que l’ancien état mieux. Mais pour ma part, la puissance reste intacte et le dynamisme est d’envergure. Quoi qu’il en soit, la formation grenobloise déploie toute l’intensité de son jeu dès les premières secondes pour embraser l’Ampérage et il n’en faudra pas plus pour que les spectateurs mettent le feu à la salle. Ju, à la guitare est sidérant car il ne semble pas être touché par les années tandis que Vince s’applique à ne pas laisser le public baisser de rythme et garder l’énergie. Dans le même temps, Sly (basse), Erwann (Guitare) et Fred (batterie) déroulent à merveille la qualité et l’intensité de jeu que l’on connait chez General Cluster, électrisant chaque particule dans la salle grenobloise. Cette atmosphère s’intensifiera quand l’ancien chanteur viendra rejoindre son ancienne formation pour mettre le feu un peu plus à l’Ampérage. Même si en raison de l’horaire chargé, le set ne sera pas allé jusqu’au bout, le moment d’échange fût chargé d’une intense émotion. Les Grenoblois auront encore une fois relevé le niveau de jeu pour atteindre les étoiles.

Charlie’s Frontier Fun Town

IMG_7619Le temps d’annoncer le gagnant de la tombola et nous partons pour la dernière ligne droite de la soirée avec Charlie’s Frontier Fun Town (CFFT). Tout comme General Cluster, le combo grenoblois démarre sur les chapeaux de roues. Le public chaud comme la braise répond présent dès les premières notes. D’ailleurs, l’Ampérage s’est littéralement transformé en sauna. Dommage, la neige n’est pas au rendez-vous, nous ne pourrons sauter dans des trous d’eau glacée. Ce qui ferait sûrement du bien, d’ailleurs. Le quintet déroule son set avec grandeur. Muss, au chant, ressemble à une pile électrique et ne s’arrête jamais. Les soli techniques de Doc Zarrach et V-Moi s’enchainent au gré de la puissance de Blad (batterie) et à la basse destructrice de Sly (encore lui !). Il serait facile de faire la comparaison avec un cup cake délicieux explosant sur la langue pour nous faire ressentir une sensation de bien-être. Face à cet échange de joie et de gaieté, CFFT arrive à la fin de son set. C’est un final démentiel qui attend le public puisqu’un nombre impressionnant de spectateurs envahiront la scène avec une banderole “Charlie’s Frontier Fun Family”, histoire de finir la soirée en apothéose.

IMG_7659 IMG_7606

Une nouvelle affiche exceptionnelle vient de se terminer. Dommage que cela doit prendre fin, car nous continuerions bien. Une bonne découverte avec Tusk, une formation à revoir avec Sidmantra et les Grenoblois de General Cluster ainsi que Charlie’s Frontier Fun Town continuant encore et toujours leur chemin sur les pentes de la destruction joyeuse musicale. Merci à l’équipe Bambane’s Crew pour cette magnifique date. Vivement la prochaine.

Elovite