IMG_1440

Je prends la route pour la Belle Électrique une deuxième fois en un mois. Après avoir accueilli Epica, Exodus et Testament, la salle grenobloise s’apprêtent à fournir au public les Allemands de Accept et de The News Roses. Autant dire que Metallian Productions nous offre Noël avant l’heure.

The New Roses

Ce sont les Allemands de The New Roses qui ont l’honneur d’ouvrir la tournée d’Accept. La formation aurait dû se produire quelques semaines auparavant dans la petite salle du Thunderbird à St Étienne, mais suite aux tragiques événements de novembre, la date fut annulée. Dommage car juste après avoir regardé quelques clips, il me tardait de les voir. C’est avec impatience que j’attendais de pouvoir découvrir la formation allemande. Entre Hard Rock Us, Sleaze Rock et Glam, le quartet pose les bases d’emblée, entraînant le public dans un headbangue frénétique en un claquement de doigts. Difficile de viser quand votre tête bouge à tout va. Le chanteur rappelle Lex Koritni tant au niveau charisme qu’au niveau vocal. Si la salle n’est pas remplie à son maximum au début du set, il n’empêche que la frontman frappera un grand coup. Avant la fin de la prestation des Allemands, la Belle Électrique sera complètement acquise à la cause de The New Roses. C’est vous dire le niveau de jeu de la formation à suivre de très près.

IMG_1298 IMG_1352

Accept

Est-ce nécessaire de présenter ces Allemands ? Non, j’imagine. Mais assez rit. Il est 20h30 quand la Belle Électrique se trouve plonge dans le noir pour la seconde fois. Le temps de s’installer dans le pit et de découvrir le mur de son à l’arrière, et dans le même temps, le staff lève enfin le voile sur l’immense batterie aux deux grosses caisses. Nous pouvons commencer. Accept c’est qui ? Du tonique et de la puissance à l’état pur pour deux heures. Ceci étant dit, les Germains attaquent dans le vif du sujet grâce aux deux titres ravageurs Stampede et Stalingrad, extraits respectivement des deux derniers opus. Le groupe est en pleine forme. Le son de la salle toujours top niveau nous prends aux tripes. Alors rien qu’avec cette entame, nous pourrions rentrer chez nous mais c’est sans compter qu’Accept n’a pas dit son dernier mot. Heureusement puisque il reste encore environ vingt titres qui seront tous plus détonnants les uns que les autres. La bande à Wolf Hoffman (guitare) s’en donne à cœur joie et les compères semblent retrouver leur jeunesse. Si les puristes diront que la grande époque était avec Udo Dirkschneider, je n’ai assisté que deux fois à une prestation du groupe (l’une en 2012 et la deuxième aujourd’hui) mais Mark Tornillo ayant repris le flambeau de frontman depuis 2009, le monsieur à du coffre et une puissance vocale superbe. De plus, Mark empoigne le public d’une main de fer attirant à lui chaque personne. Que l’on soit devant ou derrière, la sensation est la même, ce qui permet d’avoir le sentiment d’être présent sur scène avec eux. Les titres joués en sont pour beaucoup car avec Restless And Wild, Pandemic ou Fast As A Shark repris en chœur par la salle grenobloise, comment ne pas se retrouver porté et se sentir unis sous la puissance des Allemands ? À l’heure du rappel, la Belle Électrique monte encore en ébullition à l’attente du retour d’Accept sur le plateau. Vient ensuite les titres Metal Heart, Teutonic Terror, Son Of A Bitch et pour terminer cette soirée en beauté, la splendide Balls To The Walls qui embrasera la salle de milles feux avant de laisser partir nos d’outre Rhin vers d’autres contrées.

IMG_1417 IMG_1461

La salle s’allume et, déjà, le public content de sa soirée s’en retourne prendre l’air. Le temps de passer féliciter The New Roses pour leur prestation. Le bilan en un mot : parfait. Accept aura encore mis la barre très haute, le son de la Belle Électrique et les lumières auront été top niveau. Vivement la prochaine date dans cette salle. Merci à Metallian Productions pour cette superbe affiche et pour ces soirées de haute qualité.

IMG_1515

Elovite