Penumbra – Era 4.0

Posté le : 02 février 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Avec un nom comme Penumbra vous allez peut-être penser, comme ça, à priori : encore un groupe de Metal symphonique qui termine en A en imitant la troupe. Et bien pas du tout. Figurez-vous, chers lecteurs et lectrices que Penumbra existait bien avant Epica, Tristania ou Sirenia puisque ces jeunes gens créèrent leur formation en 1996. Mon dieu, j’étais encore un lycéen boutonneux et la douce voix de Tarja Turunen n’était pas encore arrivée jusqu’à mes oreilles. Revenons à nos moutons.

Genre : Metal symphonique/Gothique - Sortie : 27 novembre 2015

Genre : Metal symphonique/Gothique – Sortie : 27 novembre 2015

Penumbra est de retour après un « petit break » de… six ans, rien que ça. Dans le jeu d’échec gothico-futuriste, la reine et le roi au chant se nomment Asphodel et Jarlaath. Les deux tours de la section rythmique sont composées d’Agone à la basse et Arathelis à la batterie. En outre, les deux cavaliers des six cordes se nomment Neo et Loïc. Enfin, nous retrouvons un seul fou des claviers en la personne de Zoltan. Cela dit, cet instrument a une place si importante dans la musique de Penumbra qu’il peut donner l’impression de bosser à plusieurs. La pochette se montre assez explicite : nous allons pénétrer dans un monde étrange et futuriste, identité centrale de ce nouvel album. Partons à présent explorer les confins de ce transhumanisme post gothique.

Les amateurs de Metal symphonique retrouveront des repères connus chez Penumbra, autant certains passages aux claviers typés Nightwish que des refrains super efficaces rencontrés par exemple chez Delain. Cela dit, il ressort de l’écoute une identité propre aux Parisiens, un son particulier et des arrangements variés. En conséquence, l’écoute se montre très agréable et aucun ennui ne se pointe. Dix tranches qui passent très vite, même un peu trop. Une fois n’est pas coutume, ne commençons pas par le début car l’un des titres qui m’a le plus plu est Eerie Shelter. Très travaillé autour des contrastes vocaux, entre le chant clair, les growls masculins, toute une palette d’options sont utilisées pour les arrangements. Il s’en dégage un aspect agressif, agrémenté par des guitares plombées et un clavier épique. Un autre morceau très réussi sera Save My World grâce à une introduction coup de poing et un jeu bien différencié des deux guitares. Aspirés dans le vortex, un passage plus calme au milieu rendra la guitare basse plus audible et la voix d’Asphodel résonnera comme l’appel d’une déesse de la mythologie grecque.

Certains passages de Era 4.0 nous donneront encore plus pleinement cette sensation d’un autre monde, comme une immersion dans le paysage de Leeloo, la jeune fille héroïne du film « Le cinquième élément ». Plusieurs pistes agrémentées de rythmiques électroniques, des voix transformées, une batterie dont la frappe sonnera parfois robotique, tous ces ingrédients nous plongeront dans la quatrième dimension. C’est particulièrement accentué sur le début de l’album. Le titre Charon brillera ainsi du contraste entre le synthé aussi lisse que la queue d’une comète et le chant guttural caverneux de Jarlaath. À un moment, l’auditeur pourra même se demander s’il écoute toujours du Metal car il sera balancé vers d’autres rives, ici des accents dance/électro. Cela ne plaira assurément pas à tout le monde mais tant pis, Penumbra  pose sa marque et même pour ceux qui connurent le groupe avant, c’est presque un autre Penumbra auquel nous avons droit.

Soulignons enfin que l’ensemble de cet album se montre assez rentre-dedans. Oblivion, par exemple, enverra des grosses guitares lourdes comme de la pierre stellaire en plein visage. La seule ballade de l’album, nommée Avalon, dégagera plénitude et puissance comme celles que compose Within Temptation. Elle permettra à la voix d’Asphodel de montrer toutes ses capacités, car elle ne sera ici pas prise dans des grandes orchestrations.

Pour conclure, je dirais que Penumbra a eu raison de revenir vers le public après quelques années de pause. Dans un milieu du Metal symphonique hyper concurrentiel, ils apportent leur pierre de fort belle manière. Ce nouvel album arrive à actionner les ressors que les amateurs du genre apprécient tout en y ajoutant un son personnalisé et une envie de surprendre. Continuez, pour notre plaisir à tous.

Khaos

Tracklist :

  1. New Era
  2. Insane
  3. Charon
  4. Save My World
  5. Exhumed
  6. Insidious
  7. Eerie Shelter
  8. Oblivion
  9. Avalon
  10. Malice In Wonderland

Liens :

Site internet d’où vous pouvez commander l’album sous plusieurs formats possibles : http://www.penumbra.fr/

Page Facebook : https://www.facebook.com/penumbra.band.official/

Retrouvez Penumbra chez notre partenaire M&O music : http://www.m-o-office.com/site/artists/artists-bio/?groupe=144