Toxic Lily – Trick Or Treat ?

Posté le : 05 février 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Je débuterais cette chronique par un trait d’humour tiré du célèbre sketch des inconnus « les chasseurs ». Comment différencier le bon Rock du mauvais Rock ? Ben, dans le mauvais Rock, les mecs ils prennent des instruments, ils montent sur scène puis ça claque tu vois. Alors que dans le bon Rock, ils prennent des instruments, ils montent sur scène…. Et puis ça claque ! J’ai envie de rajouter pour les Toxic Lily : purée que ça fesse bien ! Je le dis d’emblée, c’est pour l’instant ma meilleure découverte de 2016.

Genre : Rock alternatif - Sortie : 31 octobre 2015

Genre : Rock alternatif – Sortie : 31 octobre 2015

Voilà des jeunes gens originaires de la région parisienne. Ils nous offrent leur premier EP. Pas Metal pour un sou, ne cherchez pas la lourdeur. Par contre vous aurez du peps, des vitamines, des ondes positives pour affronter le lourd quotidien. Soulignons déjà qu’ils ont l’air sympa, il suffit d’aller faire un tour sur le site, de voir leurs têtes et de lire la description des musiciens remplie d’humour et d’originalité. Le ton est donné, musicalement ce sera dans le même esprit. La voix principale assurée par Mü, elle est entourée des mousquetaires Vassago et Polo aux guitares, de Grrreg à la basse et Nicow aux baguettes. Enfin, c’est Dooweet qui encadre leur promotion.

Débutons l’aventure assis sur une chaise longue dans la garrigue. Batraciens et grillons vous auront peut-être légèrement assoupi mais voilà qu’un étrange insecte vrombissant se distingue. Point de bourdon par ici, il s’agit simplement de la guitare rythmique dont le son pur et aiguisé nous accompagnera pendant toute l’écoute. D’ailleurs, tout l’album est fort bien produit, quoique je me demande si la voix de Mü légèrement plus en avant dans le mixage aurait apporté un plus supplémentaire. Je chipote toutefois car c’est très propre et agréable, pas du travail d’amateur. Voodoo Dance, dont vous pouvez voir le clip plus bas, débute cet album de la plus belle manière qui soit. Pendant que la guitare-tracteur dont nous parlions fait son œuvre de labourage, l’autre, soliste, distille ses petits riffs toujours bien placés. Nous sommes également très rapidement pris au diaphragme par la rythmique du chant de la vocaliste. Ça, c’est de l’interprétation ! Beaucoup d’intensité et une énergie communicative. Pas une cantatrice mais une actrice et puis ce morceau est agrémenté, en plus de la batterie, de percussions frappées à main type Djembe et, ma foi, ça rend super bien. Voilà aussi un titre qui porte bien son nom puisqu’il entraine un certain envoutement, amélioré par un break en milieu de morceau alors que le gimmick volontairement répétitif de la guitare lead va se transformer en une sorte de solo.

Don’t Cry prend la suite sans baisser de niveau, le rythme se trouve encore plus élevé à présent et purée je le redis : ce son claque, autant la guitare que la basse. Quand à Mü, elle me rappelle les caractéristiques vocales d’Alanis Morissette. Et oui, je n’ai pas que des références dans le Metal. Toxic Lily est toutefois plus musclé que la Canadienne mais nous retrouvons dans les lignes vocales cette énergie communicative. Les voix des chœurs sont modulées dans certains passages et tous ces petits arrangements rendent le tout vraiment varié. Un autre point fort des franciliens, ce sont les soli. Dans ce titre, le parfait exemple nous est donné avec un jeu guitare/basse très convaincant qui prend la suite du retrait provisoire de la chanteuse en gardant le côté punchy. On sent que dans ce groupe, tout le monde s’éclate à jouer ensemble.

Let Me Out se présente avec une intro bien remplie avant que la voix se posera sur une partie plus épurée. Le son de la basse reste agréablement chaud comme du sable fin sur une plage volcanique. Le refrain reste en tête, morceau percutant lui aussi encore agrémenté d’un solo au top. In Memoriam débute dans l’ambiance comme un duel lors d’un western puis le riff s’accélère à la cool, puis se stoppe et ainsi de suite jusqu’à un nouveau solo dantesque. Encore une intro différente sur Supercharger, nous sentons par là un soin apporté afin que ces six titres sonnent vraiment chacun différemment. La superbe ligne de basse nous donnera plus envie de danser que de headbanger mais il faut bien envoyer un peu de joie dans ce monde triste. Le batteur n’est pas en reste de talent lui non plus car il relève bien le plat à travers des roulements et des breaks variés. Enfin, ne nous endormons pas avant la fin grâce à Wake Up. Un dernier punch pour la route, c’est fort et ça dégage les bronches. Un refrain plein d’oligo-éléments et des couplets aussi coupants qu’un hachoir de boucher, voilà la formule. C’est beau mais c’est malheureusement déjà terminé.

Que dire de plus après ça ? Vous êtes des emmerdeurs les Toxic Lily, on va être obligé d’attendre pour connaître la suite. Voilà un groupe qui ne coupera pas les têtes mais qui nous permet encore de croire en la vie. On sort forcément grandis d’une écoute des Toxic Lily et ils portent bien leur patronyme car l’addiction n’est pas une option, c’est presque une conséquence immédiate. Continuez comme ça et ne tardez pas trop à nous en envoyer d’autres.

Khaos

Tracklist :

  1. Voodoo Dance
  2. Don’t Cry
  3. Let Me Out
  4. In Memoriam
  5. Supercharger
  6. Wake Up

Liens :

Site internet : http://www.toxiclily.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/ToxicLily.music/

Clip de Voodoo Dance : https://www.youtube.com/watch?v=3vsnWMDt7dM