Myrath – Legacy

Posté le : 10 février 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Nous y voilà, quelques jours après la découverte de la nouvelle vague du Metal en Tunisie, à travers la chronique de Nawather. Ceux qui ont déjà ouvert la voie depuis quelques années, Myrath, sont de retour avec un nouvel album qui sort chez Verycords. Ma première rencontre avec le groupe a été leur première partie de Tarja en 2012 qu’ils assurèrent de manière brillante. J’avais découvert une musique originale, jouée par un groupe dynamique. Tous les admirateurs de la cantatrice finlandaise se remémorent à cette occasion le superbe duo vocal sur Phantom Of The Opera entre la belle et Zaher Zorgati, le chanteur de Myrath. C’est avec quelques albums dans mes bagages que je retournais dans mes pénates, en attendant avec impatience une suite. Là voilà, dans vos mains pour bientôt. Autant vous prévenir tout de suite, si les albums précédents étaient déjà très bons, il y aura sans doute un avant et un après Legacy. Détaillons tout cela de plus près.

Genre : Power/Progressif Metal - Sortie : 19 février 2016

Genre : Power/Progressif Metal – Sortie : 19 février 2016

D’une manière globale, ceux qui ont déjà pu délecter le très plaisant Tales Of The Sands retrouveront les mêmes repères, mais encore plus fort et d’un plus haut niveau. Déjà, la production sera d’un level encore supérieur et frôle le parfait dans Legacy. Nous sentons également que tous les musiciens ont progressés dans tous les domaines. Par exemple, les mélodies orientales seront d’avantage présentes à l’aide d’un son de clavier chaleureux, je dirais même embrasant tant nous y sommes aspirés avec passion. Elyes Bouchoucha se révèle en maître mélodiste, ajoutant à ce décor cinématique qui vous plonge dans un décor d’Aladin quelques notes au piano. Aussi incisives que des piqures de frelons. Malek Ben Rabia et sa guitare ne seront pas pour autant mis de côté, que ce soient ses soli ou les parties rythmiques, il y a quelque chose qui va chercher au fond du cœur, des tripes, et qui entraine tout le corps avec lui. Le bassiste Anis Jouini participe lui aussi intégralement à la mélodie à l’aide de lignes très bien construites et même quelques soli de basse, chose assez rare pour être soulignée. Poursuivons, car derrière ses futs, Morgan Berthet fait preuve d’un jeu tout en finesse qui colle parfaitement à l’ensemble. Sa batterie se trouve parfois épaulée par des percussions orientales type darbouka, ce qui accentue encore le dépaysement et le voyage de l’âme. Enfin, n’oublions pas le pilier central Zaher Zorgati qui sait aussi bien manier l’énergie que l’émotion, le tout dans des lignes mélodiques capables de faire tirer une larme à Vladimir Poutine. Il ne lui reste qu’à ajouter le chant guttural à sa palette pour rejoindre Kobi Fahri (Orphaned Land) dans ce domaine. Que dire après ça ? Besoin de détailler un ou deux titres ? Exercice difficile dans un album où tout a été taillé pour toucher droit au but, aucun remplissage, l’exercice n’est alors que purement subjectif.

Ecoutons tout d’abord ce premier titre sorti en clip et nommé Believer. Ce sera un condensé du reste de l’album, de la manière la plus directe qui soit. Le décor méditerranéen prend place immédiatement dans nos têtes, aidé par les violons romancés et romantiques. Les chœurs viennent aussi soutenir Zaher. Puissance, mélodie, un véritable esprit positif et contagieux. Venant de gars qui vivent dans un pays à la vie dure, c’est important de souligner l’exploit. Tonton Freud appelle ça la sublimation. La plongée dans l’oasis se montre encore plus importante dans un titre comme Nobody’s Lives. Là, c’est le chant en langue locale de Zaher qui ajoute sa dose de charme et comme avec Nawather, je redis que les langues orientales collent très bien avec l’univers du Metal. Pour moi, ceci est dû à la rythmique des phrasés et que la langue soit d’emblée un peu chantante. Dans ce morceau aussi, accrochez l’oreille au solo de Malek qui intervient après un break astucieux, car il vaut le détour. Sentez également cette plénitude dans le mid-tempo Through Your Eyes. En alternance avec des ruptures rythmiques faites de syncopes, le cœur n’y résiste pas. Les riffs musclés auront leur heure de gloire dans The Unburnt ou Storm Of Lies, un peu plus punchy. Ambiance carrément sombre pour l’introduction de The Needle qui rejoint un aspect plus gras du Metal.

Enfin, les deux ballades, surtout I Want To Die, traversent le corps comme la flèche de cupidon. C’est riche d’émotions, sans pour autant tomber dans les clichés et les mélodies entendues déjà des centaines de fois. Si l’amour tue, c’est par ici que ça se passe. Je mise une pièce que ce soit le prochain clip car elle pourrait rassembler bien au-delà du Metal. Voilà en quelques mots ce qu’il faut savoir à propos de Believer, aussi brillant qu’un bijou. Comment conclure en trouvant les mots justes ?

Myrath nous avaient déjà habitués à leur style, à leur identité propre, mais ils ont réalisé un sacré saut qualitatif pour ce nouvel album. C’est simple, tout est au top, certains aspects hérités d’un Metal Prog parfois un peu pompeux ont été balayés sous le tapis d’orient des mélodies directes et émouvantes. Cet album créera l’engouement, laissera que peu de personnes indifférentes. Le plus difficile après ça, ce sera de ne pas baisser le niveau pour les prochains albums. D’ici là, le groupe a le temps de présenter ce trésor à se procurer d’urgence. Ils seront aussi sur les routes en première partie de Symphony X, avec Melted Space. Allons les voir, les remercier, les encourager. Myrath le mérite et à travers eux tous les métalleux de Tunisie.

Khaos

Tracklist :

  1. Jasmin
  2. Believer
  3. Get Your Freedom Back
  4. Nobody’s Lives
  5. The Needle
  6. Through Your Eyes
  7. The Unburnt
  8. I Want To Die
  9. Duat
  10. Endure The Silence
  11. Storm Of Lies

Liens :

Site Internet : http://www.myrath.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/myrathband/

Clip Believer : https://www.youtube.com/watch?v=z2lztdrfrcw

Pour vous procurer l’album : http://www.myrath.com/shop/fr/

  1. Kevin Codfert dit :

    Salut à tous, je suis Kevin Codfert producteur et co-compositeur de l’album legacy de Myrath .
    Tout d’abord merci pour cette excellente chronique !!!
    Pour être précis 99% des sons de violons ont été interprété par les violonistes de l’orchestre symphonique de Tunis. Au final les clavier ( essentiellement piano ) ont été interprété par Elyes et moi même.
    Longue vie à sons Of metal !!

    • Khaos dit :

      Salut, merci pour cette remarque. Oui j’étais certain des violons sur Believer puisque’elles apparaissent dans le clip. Pour les autres j’avais un doute. Parfois les groupes avec une bonne prod arrivent à imiter le son d’un instrument à presque 100% identique. Du coup, c’est difficile de savoir. Pareil pour ton implication, n’ayant pas la pochette sous les yeux (pour l’instant car j’achèterai cet album) je ne pouvais pas savoir 😉
      Longue vie à Myrath !!