Ça faisait longtemps que nous attendions le retour de Doberman Crew. Pour être honnête, on ne s’y attendait pas, nous pensions que le groupe était mort et enterré quelque part sur les pentes de la Croix Rousse à Lyon. Et là, paf ! La nouvelle tombe. Les Lyonnais reviennent sur les planches, d’abord en première partie du Bal des Enragés au Ninkasi Kao. Le show étant complet, nous patientons jusqu’à ce vendredi 12 février, pour les voir dans un café-concert à l’ambiance plus intimiste, j’ai nommé Le Panorama. Juste avant de vérifier si les chiens enragés ont toujours leurs crocs, nous verrons les Ardécho-Lyonnais de Sombra Y Luz.

SOMBRA Y LUZ-20160212-007

Sombra Y Luz

Quelques semaines après leur dernier concert saboté à Annonay, nous revoyons les Sombra Y Luz en grand forme (ou presque, nous apercevons le chanteur avec un bras en écharpe) se présenter à un public… Très épars. Complet la semaine dernière pour la release party de la guitariste Nat, le Panorama semble bien vide aujourd’hui. C’est triste mais c’est ainsi. Bien entendu, les Ardéchois s’en foutent et débutent leur set avec une dynamique électrisante qui perdurera jusqu’à la dernière chanson. Le groupe donne tout ce qu’il a, en particulier Morgan (chant) qui met le paquet dès la première chanson. Très énergique, ce dernier ne cessera de bouger et de s’approcher des spectateurs. Le nouvel album Esclave Moderne est bien représenté par la setlist mais les « classiques » ne sont pas oubliés comme La télévision est une arme de guerre. Ça envoie du lourd ! Le groupe est servie par un son très bon, puissant et propre. Il faut préciser qu’ils bénéficient de l’installation de Doberman Crew, toujours bien équipé. Sombra Y Luz réalise un très bon set mais nous voyons Morgan donner des signes de fatigue à la fin du concert, ce dernier perdant peu à peu sa voix. Nous remarquons également quelques fautes techniques mais elles sont rares. Enfin, le rappel pointe le bout de son nez, le chanteur accepte de jouer deux titres, dans la difficulté néanmoins puisqu’il devient de plus en plus difficile pour Morgan de cracher ses paroles acides. Toutefois, Mike et votre serviteur sont d’accord pour dire que Sombra Y Luz s’est encore amélioré et peut jouer les outsiders de haut niveau avec un meilleur soutien du public et des professionnels.

SOMBRA Y LUZ-20160212-002 SOMBRA Y LUZ-20160212-005 SOMBRA Y LUZ-20160212-001

Doberman Crew

DOBERMAN CREW-20160212-003Après deux années d’absence, les Doberman Crew reviennent. Il nous tarde de les retrouver et de les écouter à nouveau. Sans surprise, le groupe démarre en trombe avec Civil War, un titre extrait de l’album Le Grand Soir. Ecoutez-le, il est génial. Keefran (chant) est une véritable pile électrique qui ne cesse de sauter, de gesticuler et d’aller chercher les spectateurs qui, galvanisés par ce son puissant la technicité des musiciens (quel jeu de guitare de Will !) démarreront un pogo. Aucun doute, le groupe n’a pas perdu de sa superbe. Mais il y a du changement du côté de la basse, jouée par un nouveau venu. Exit Nico et sa Musicman, bienvenue à Manu, équipé d’une Fender Jaguar qui envoie des lignes de basse groovy appuyant le jeu musclé et précis de Pio (batterie). Tellement musclé que le batteur pulvérise sa caisse claire après le quatrième morceau, forçant le groupe à interrompre le concert le temps de changer la peau. Après cet intermède, Doberman Crew redémarre comme il avait commencé. Les titres s’enchaînent, l’excitation règne aussi bien dans le groupe que dans le public qui n’attendait que ça. Keefran nous annonce qu’il s’agit ce soir de la première salve d’une série de trois concerts en trois jours consécutifs. Bien qu’il s’agisse d’un bref retour car rien ne dit que le groupe continuera sur cette lancée, nous sommes ravis de constater que les Lyonnais sont toujours au top. Un jeu impeccable de la part de chacun des membres du groupe et toujours cette envie d’en découdre. Croyez-moi, ça fait du bien ! Bref, la fin approche et en guise de rappel, nous avons droit une nouvelle fois au destructeur Walk Or Die, introduit par un sample qui annonce un carnage. C’est juste dommage que le public ne soit pas plus fourni. Pas grave, ça n’empêche pas le quatuor de s’éclater et de finir en beauté.

DOBERMAN CREW-20160212-001 DOBERMAN CREW-20160212-002

Porteur d’espoirs, ce retour de Doberman Crew n’est peut-être pas définitif. Affaire à suivre de près. Toutefois, les Lyonnais ont réalisé une excellente prestation à la hauteur de leur talent. Sombra Y Luz ne nous aura pas déçu non plus (cela n’a jamais été le cas, ceci dit) et le travail fourni finira par payer un jour, sans aucun doute. Le Panorama redevient plus calme mais pas pour longtemps puisque que RAB viendra en juin et d’ici là, d’autres concerts seront prévus.

Merci à Doberman Crew, Sombra Y Luz, l’équipe du Panorama pour cette soirée.

Kouni