INFRAROUGE-20160223-004

Un peu plus d’un mois après avoir vu ces deux groupes sur scène, notamment Infrarouge qui m’avait fortement surpris, je retourne donc les voir pour confirmer mes impressions. Le rendez-vous est calé au Ninkasi Kafé de Gerland, à Lyon. Dagyde ouvre la soirée devant une salle relativement bien remplie tandis qu’Infrarouge devra assurer la tête d’affiche. On prépare le matos photo et on ouvre grand ses oreilles, c’est parti pour deux heures de Fusion Rock.

Dagyde

DAGYDE-20160223-008Si le concert au Blogg fut réjouissant, ce soir Dagyde va encore monter le niveau. Déjà, Thomas, le nouveau chanteur du groupe, se montre plus à l’aise sur scène. Dans l’ensemble, la formation lyonnaise a gagné en confiance et en cohésion de jeu. Le duo basse-batterie incarné par Emma et Bongo se révèle redoutable d’efficacité. Rémi, à la guitare, semble plus introverti et concentré sur ses effets et ses riffs. Devant la scène, le public s’agite et les encouragements fusent. Emma est une pile électrique, tantôt en train d’invectiver les spectateurs, tantôt en pleine transe avec ses lignes de basse. Bien que quelques pains surgissent ça et là, ils faut vraiment tendre l’oreille et se concentrer pour les remarquer. Il y a toutefois un léger défaut : le chant manque de variété. Bien que Thomas soit excellent de justesse, ses lignes de chant sont trop souvent semblables d’un titre à l’autre et font terriblement penser à Alice In Chains. Rien de dramatique en soit, cependant. On retiendra principalement l’énergie envoyée par le quartet et le rythme impeccable des musiciens. Comme le dit si bien Thibaud, chanteur de RAB présent ce soir : « vous avez bien beurré le conduit ! ». Bref, après une longue traversée du désert marquée par un changement de style musical et des chaises musicales pour le poste de chanteur, Dagyde semble enfin sur la bonne voie.

DAGYDE-20160223-006 DAGYDE-20160223-009

Infrarouge

INFRAROUGE-20160223-001Comme je l’ai déjà dit dans ma chronique du 14 janvier 2016, Infrarouge a montré un réel progrès depuis leur premier concert à Sarras, en juillet 2013. Le temps de la confirmation est venu. Et bien les bougres ne vont pas décevoir. Avec ses textes engagés et acides, le chanteur se met le public dans la poche rapidement, en plus d’une introduction vigoureuse avec une basse toute en rondeur. Il faut saluer le talent (et le travail surtout car le talent seul ne suffit pas) de chaque membre, bien calés dans le temps et précis dans leur jeu. Les samples rajoutent une dimension parfois dramatique aux chansons, parfois un peu « indus », donnant une belle profondeur à la musique et un contexte saisissant aux textes. Le chant rappé, maîtrisé, nous plonge dans une société sujette au chaos mais aussi à des moments de relâchement. La fin du set verra Emma de Dagyde partager la scène avec Infrarouge le temps d’un titre au refrain rappelant Les Sales Majestés (Infrarouge emmerde le Front national) et permettant au public de se lâcher une dernière fois.

INFRAROUGE-20160223-005 INFRAROUGE-20160223-006

Ça fait plaisir de voir ces deux groupes qui s’apprécient mutuellement monter leur niveau de jeu et gagner en popularité. Nous attendons impatiemment l’album de Dagyde qui devrait voir le jour cette année. Quant à Infrarouge, je ne peux que vous conseiller d’aller les voir et d’écouter leur production Article.XI.

Kouni