Suns Of Stones – II

Posté le : 29 février 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Revoici un peu de Rock’n’Roll avec le groupe originaire d’Ottawa (Canada), j’ai nommé Suns Of Stone. Comme je ne savais pas que les soleils de pierre existaient réellement, je me suis penché sur leur cas. C’est donc leur second album que j’ai reçu entre mes mains et je peux d’ores et déjà vous assurer que le cd déchire. Bon et si on lançait la musique avant de chercher à comprendre pourquoi on trouve de tels soleils au Canada ?

Genre : Rock'n'Roll - Sortie : 5 Décembre 2015

Genre : Rock’n’Roll – Sortie : 5 décembre 2015

Vous désirez être sauvé ou être le Sauveur ? Tant mieux, le premier titre de cette galette se nomme Savior et il va vous donner des frissons. Un son légèrement ‘’vieux’’ (années 80 quoi) avec des patterns de guitare ou de batterie accessibles. La voix d’Alan Charton fait des merveilles et montre différentes facettes au cours des pistes. Tantôt traînante, tantôt rapide, elle vous trainera dans tous les cas à travers cet album. Et comme on ne change pas un son qui gagne, et bien, ce sera le même au travers de tout l’album.

Niveau mélodies, vous préférez vous faire réveiller ou commencer à vous endormir ? Parce qu’avec des titres comme My Temple ou Head Down, les percussions s’enchaînent, les riffs de guitares partent comme des rafales et la basse rebondit joyeusement.

Mais, pour moi, une des chansons la plus représentative du groupe et de ses influences doit probablement être Not Everybody qui me rappelle franchement un autre groupe : The Answer. Les sonorités sont proches avec la basse très présente, un solo de guitare magistral ainsi qu’une batterie mise un peu à distance pour laisser de la place aux autres. Même au chant, j’ai presque l’impression d’entendre Cormac Neeson plutôt que le talentueux Alan. Bref, un titre à écouter et ré écouter en boucle jusqu’à avoir l’ensemble des mélodies en tête.

On remarque aussi que le groupe est adepte des introductions ‘’bourrines’’ avec un son très rapide et très aigu qui vrille immédiatement les oreilles et permet de sentir l’entrée de la basse dans les compos. Les morceaux étant très courts, on ne sent pas d’essoufflement ni d’ennui, les titres s’enchaînent avec une certaine cohérence faisant passer les trente-neuf minutes de la galette seulement pour cinq minutes.

Vous êtes prêts à entrer dans la danse ? Car on va presque danser et détruire un bar avec Black Cat. Ce maudit chat noir doit faire un malheur dans les concerts du groupe avec une fosse qui peut prendre une ampleur monstrueuse, parfaite pour une bonne baston dans un vieux bar de cow-boys retraités. Ce jour-là, vous assisterez à un vrai miracle que de les voir se lever pour s’élancer au rythme infernal de la chanson qui se voit pratiquement continuer par la suivante Fool For Ruin. Si vous n’en avez pas encore eu assez, il vous reste Rocker Down ou Self Restraint qui devraient vous remettre un peu de plomb dans la tête (au sens littéral bien sûr).

En conclusion, voici un bon album qui sent le cigare chaud, la bière, l’amitié et la baston. Réunir tout ça avec un son so eighties laisse vraiment rêveur sur le potentiel du groupe. Entre deux guitaristes géniaux, un bassiste au top et un batteur précis, que peut-il manquer ? Ah oui, la voix si troublante d’Alan, parfois rocailleuse, quelquefois claire qui finit de compléter la recette. Bref, je ne l’oublierai pas de sitôt cet album et je m’en vais de ce pas le remettre dans le lecteur.

Diamond

Tracklist :

  1. Savior
  2. My Temple
  3. Wicked Mercy
  4. Head Down
  5. Not Everybody
  6. For Power
  7. Had To Let You Go
  8. Black Cat
  9. Fool For Ruin
  10. Rocker Down
  11. Self Restraint

Liens :

Site officiel : http://sunsofstone.com/

Page Facebook : https://www.facebook.com/sunsofstone/timeline