IMG_8637-15-15

Nous voici une nouvelle fois dans une de ces petites salles qui voient évoluer les groupes de demain. Ces quasi squats qui, petit à petit, en même temps que les groupes qui y répètent et jouent leurs premiers concerts, se développent. On notera d’ailleurs que ce soir, c’est avec de nouvelles lumières que le Studio Campus a accueilli trois « petits » groupes qui, sans aucun doute, deviendront grand et ne tarderont pas à jouer sur de bien plus grandes scènes. Mais trêve de projection dans l’avenir, concentrons-nous sur ce qui se passe ce soir et nous commençons de suite avec les M.F. Crew !

M.F. Crew

IMG_8482-5-5Cette soirée commence donc par un nom qui ne s’est ajouté à l’affiche que quelques jours plus tôt. Voici M.F. Crew, un groupe au nom étrange dont on ne connaît pas la signification mais qui envoie du lourd (même si l’on me souffle dans l’oreillette que « M.F. » serait l’abréviation d’une insulte anglophone). Et c’est en fait un mélange de stoner et de rock sur une base métallique qui se dégage des premières notes du groupe. Un son original aux influences diverses et sans doute un peu confuses mais qui, une fois qu’on a terminé de se demander à quoi ça ressemble – recherche qui se sera bien sûr clôturée par une défaite par K.O. – envoie un groove comme on en croise peu souvent. On sent que les gars sont là pour jouer les sons qui leur plaisent, les rythmes qui les font marrer, le tout dans une ambiance Rock’n’Roll d’où sort des chansons comme Last Beer aux riffs tranchants et au refrain entraînant et au final en chant de taverne. Donc certes, les M.F. Crew ne révolutionnent pas la musique mais c’est frais et il n’y a aucun doute que les gaillards vont arpenter les scènes pendant un bon bout de temps, le sourire aux lèvres pour apporter un show de bonne humeur goovy aux son de grosses guitares !

IMG_8441-3-3 IMG_8431-2-2

Frantic Machine

IMG_8596-11-11Vient maintenant un groupe que je n’avais pas encore eut l’occasion de voir en live malgré un premier album à l’ambiance hallucinante de sons malsains et entraînants. Je parle bien sûr de Frantic Machine qui, je l’avoue, m’ont totalement envouté avec leur Peace Of Mind. Alors c’est avec grand intérêt que j’ai découvert ce que donne la machine frénétique en live. Et, surprise, c’est encore mieux que ce à quoi je m’attendais. Le live réussit à donner une nouvelle ampleur aux sons torturés du groupe car, là où l’album a privilégié l’ambiance pour apporter la tranquillité d’esprit à l’auditeur – tranquillité toute relative mais là n’est pas la question – le passage en direct permet de libérer une puissance musicale qui restait jusque-là contenue, quasiment muselée dans la densité musicale des compositions de Frantic Machine. Mais ici, le son des guitares prime et c’est un océan de violence douce et maitrisée qui s’ouvre à nous. Et oui, car même si l’on découvre cette troisième dimension, les Parisiens n’oublient pas le sens de leur musique : nous plonger dans une ambiance irréelle, à la limite de la schizophrénie. Bref, vous l’aurez compris, la musique de Frantic Machine réussi à combiner intelligence et gros headbangs, et on en redemande !

IMG_8617-14-14 IMG_8637-15-15

One Last Shot

IMG_8906-30-30Voici maintenant un groupe que j’ai déjà eu la chance de chroniquer à l’occasion de leur passage au Headbang Contest en 2015. Tremplin qu’ils ont d’ailleurs remporté avec brio et qui les a conduits au Motocultor Open Air cet été. Mais trêve de blabla, je pense que votre intérêt sera tout autre si je vous dis que les cinq compères nous balancent un hard stoner, ou plutôt un stoner rapide et burné qui ne manquera pas de faire secouer les têtes dans le public en même temps que celles des musiciens sous leurs chapeaux de cowboys ! Car, oui, le style cowboy semble être une particularité du groupe. Il serait alors facile de dire qu’il s’agit d’une formation qui se donne une image de cowboys avec un pseudo stoner mais OLS est bien plus que ça. C’est une machine à tuer, le genre de groupe qui balance du riff lourd, acéré et pour qui un concert sans wall of death s’appelle une répétition. Et pourtant, ce n’est pas très grand le Studio Campus mais l’on aura de beaux mouvements de foule dès les premières chansons ! Et malgré tout, à l’image des deux autres groupes de la soirée, OLS reste un groupe de potes qui délirent sur scène, le plus simplement du monde, le tout avec une musique qui déchire. Alors que dire de plus si ce n’est de vous précipiter pour aller les voir ?

IMG_8842-27-27 IMG_8918-32-32 IMG_8967-34-34

Encore une soirée de concert qui se termine. Une soirée qui aura bénéficié d’une très bonne programmation signée Thanatos Production : riche, équilibrée et de qualité avec des groupes qui ne demandent qu’à jouer et qui méritent tous amplement que l’on prenne le temps de les écouter et d’aller les voir en concert.

Eladan