Skunk Anansie – Anarchytecture

Posté le : 04 mars 2016 par dans la catégorie Chroniques
Tags: ,

Sortons de l’univers Metal une nouvelle fois avec la nouvelle création de Skunk Anansie. Troisième album studio depuis leur réunion en 2009, Anarchytecture arbore une couverture très bariolée avec des traits aux directions multiples. À l’image de leur musique qui ne s’est jamais enfermée dans un moule, ce nouvel opus dérangera les esprits obtus. Ce sera toujours trop ceci ou pas assez autre chose pour ceux qui attendent d’une musique un cadre précis. Vous n’avez peur de rien ? Alors vous pouvez poursuivre. Derrière la talentueuse et charismatique Deborah Dyer alias Skin, les Britanniques vont encore nous bousculer. Elle est toujours entourée du même line-up qui a peu bougé au fil des ans. Encore une preuve de leur crédibilité. Prêts ? C’est parti !

Genre : Rock alternatif - Sortie : 15 janvier 2016

Genre : Rock alternatif – Sortie : 15 janvier 2016

Première impression, la production atteint ici la perfection. Rien à redire, le rendu étant impeccable sans en faire de trop non plus. Entrée à la cool et apprêtés de vos costumes de soirée avec Love Someone Else. Sans batterie, accompagné par un beat électronique qui monte doucement en puissance, ce premier titre se découvre très dansant. Nous sommes dans un esprit hérité de la culture britannique issue de la Pop voir de la New Wave ou du Trip Hop. Cela me fait penser à un autre artiste qui ne s’est jamais donné de limite : David Bowie. Oui, il y a de cette liberté créative. Ce premier titre te fera aimer à nouveau les boites de nuit, tant le rythme entrainant envoie des bonnes ondes. Outre le coté électro, je rassure mes lecteurs, la guitare est bien présente par des gimmicks assez légers, elle ne met pas toute la gomme. La basse accompagne tout cela en complétant avec brio le fond électro. Ce sont les quatre cordes qui justement vont assurer l’atmosphère de Victim, deuxième morceau à s’avancer. La batterie entre dans la danse mais avec un son légèrement transformé. Quant à la guitare, elle va se diriger vers des ambiances un peu plus lourdes vers la fin du morceau, atmosphère sonore pleine sans pour autant abuser de bruit. Skin jouera de la voix en allant vers des sonorités angoissantes. Le gros point fort de Skunk Anansie, c’est avant tout les énormes capacités vocales de Skin. Tel un caméléon, elle s’adapte à tous les contextes, toutes les ambiances. Capable d’envoyer de la rage, de l’émotion, de la lourdeur, et si vous avez la chance de la voir sur scène, quelle présence !

Beauty Is Your Curse reviendra ainsi vers des ambiances plus Rock et familières à notre espace musical habituel. La batterie de Mark Richardson est là bien présente avec un son pur, comme on l’aime habituellement. Du Rock d’accord mais pas cette impression de déjà entendu mille fois, sous l’impulsion de Ace et ses riffs de guitare précis. Très agréable. Je vais regrouper les deux ballades émotives que sont Death To The Lovers et le titre final I’ll Let You Down. Non qu’elles seraient des copies conformes mais chacune de manière différente montre le talent vocal de Skin. Une voix qui résonne, reste au fond du cerveau et séduit très vite même les plus tristes des terriens. In The Back Room revient vers le Rock mais cette fois-ci, c’est la basse de Cass qui prend le haut du pavé. Nous avons droit à une ligne ronde, chaude, rythmée qui conduit très vite au déhanché. Un petit côté Michael Jackson, aussi dansant que le titre introductif mais sans le beat électro. Sukers ! se montre comme un petit instrumental qui fera un léger coucou à notre univers Metal, avant d’enchainer. Comme si c’était le même titre, We Are The Flames suit et reste aussi mon favori de cet album. Ambiance pesante, la rythmique épouse les pas d’un éléphant. Tu le sens l’écrasement ? Les lignes vocales sont tout simplement ahurissantes pour celle qui a pu collaborer avec des artistes aussi différents que Luciano Pavarotti, Björk ou Gary Moore. Si des petits extra-terrestres ont déposé un exemplaire de leur civilisation en immersion sur Terre, il doit ressembler à Skin. Son talent bouscule aussi la norme sociale qui réclame parfois des chanteuses qu’elles montrent un physique irréprochable, ou au moins avantageux. Montrer de temps à autre un bout de chair et en jouer, le talent ne repose pas dans ces futilités. Aller de l’avant, développer son personnage artistique sans se donner de limites, voilà le chemin tracé par Skin et derrière elle Skunk Ananasie. Une voie royale à suivre.

Pour conclure, un bel album comme nous en avait habitué le combo londonien : sans concession. Moins Rock que le précédent, Black Traffic (2012), nous sommes emportés du début à la fin. Les mélodies percutent, l’ensemble se montre varié, excellemment produit et il convaincra tous les esprits curieux. Pour ma part, je me réjouis de les voir le 25 juin (Festival des Artefacts, Strasbourg) entre Volbeat, The Hives et Apocalyptica.

Khaos

Tracklist :

  1. Love Someone Else
  2. Victim
  3. Beaty Is Your Curse
  4. Death To The Lovers
  5. In The Back Room
  6. Bullets
  7. That Sinking Feeling
  8. Without You
  9. Suckers !
  10. We Are The Flames
  11. I’ll Tel You Down

Liens :

Site internet : http://www.skunkanansie.net/

Page facebook : https://www.facebook.com/OfficialSkunkAnansie/

Clip Death To The Lovers : https://www.youtube.com/watch?v=8A2j0sZJjnI